Se connecter pour vérifier ses messages privésProfil
Livre du Savoir
Livre de l'Histoire

IndexPortailFAQMembresRechercherS’enregistrerConnexion
Navigation
    Port Nord Tintania Ouest Centre Est Alentours Sud Plan
  • Fermer

  • Liam rencontre Ié, ça promet ...!

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum :: Iwy, nouveau continent :: Lesnie, quartier Sud :: La caserne :: Bureaux des responsables :: Bureau de Ié
    << Sujet précédent :: Sujet suivant >>  
    Auteur Message
    Liam Estheim
    Guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Aoû 2011
    Messages: 8
    Age: 14 ans
    Race: Humain
    Force: 8
    Dextérité: 12
    Constitution: 8
    Intelligence: 7
    Sagesse: 6
    Charisme: 9
    Point(s): 5
    Fiche: URL

    MessagePosté le: 21/08/2011 17:57:02    Sujet du message: Liam rencontre Ié, ça promet ...! Répondre en citant

    Ce fut l'expression neutre mais le regard droit que Liam arriva aux portes de la caserne. Jetant un dernier coup d'oeil aux alentours, il s'assura qu'il n'était pas suivi - auquel cas entrer dans la bâtiment équivaudrait à se jeter soi-même dans un piège. Après quelques secondes, il finit par se décider à entrer, secouant la tête de sa méfiance infondée et irrationnelle. En théorie, dans le lieu de rassemblement des gardiens de la paix, on ne le laisserait pas mourir sans faire appel à la Justice ! Et il ne se laisserait pas tuer aussi bêtement, alors qu'il ne le  méritait certes pas. Espérons-le pour le moins. 

    Je ne vous ferai pas une description de la caserne (Elle se trouve déjà en en-tête de ce forum..), puisque Liam n'y prêta pas la moindre attention, ni aux gens qui l'entouraient d'ailleurs. Il réfléchissait. Était ce le bon choix ? Écouter les dires d'un soldat rencontré par hasard n'était pas ce qu'il faisait le plus souvent. Et dans le fond, il n'était pas sûr d'être prêt à rejoindre une guilde... Mais il pourrait toujours revenir sur son choix, non ? Ou tout simplement repartir sur le prochain bateau... De plus, s'il traversait à cet instant-même la cour des soldats, c'était d'abord et avant tout pour récupérer son bâton...! Mine de rien, il y tenait... !

    Il se retrouva soudain dans un hall plutôt plaisant, avec en évidence sur la droite un escalier menant - en toute logique - à l'étage supérieur et un bureau d'accueil, dans lequel un intendant âgé de bien un bon paquet de printemps de plus que lui se trouvait, l'air amical et chaleureux. Ce qu'il détestait cordialement, en clair. Il trouvait le recruteur tout seul ou est-ce qu'il tentait un minimum la sociabilité ? S'il voulait perdre du temps, il pouvait toujours errer dans tout le bâtiment et demander son chemin à une autre personne. Autant se servir de celui qui était là pour ça. 

    « Recrutement, lança-t-il simplement, prenant tout juste la peine de s'approcher du bureau... »

    L'intendant eut un sourire ironique qui lui déplut particulièrement. Il se moquait ouvertement de lui. Si le jeune garçon avait été en possession de son bâton, il n'en serait pas resté là ! Mais il s'intima au calme et écouta plutôt les indications du vieil homme. Sans un remerciement (C'était son boulot, il allait pas remercier les gens de faire leur travail), il se dirigea vers l'escalier et monta. 

    Il arriva finalement devant un bureau, hésita un instant à taper... Puis se raisonna ; c'était demander un geste stupide que de vouloir de lui qu'il s'annonce alors que de toute façon il entrerait. Autant passer directement à l'acte. Il poussa donc la porte, et marqua un certain temps d'arrêt en se retrouvant face un homme pour le moins imposant, par la carrure autant que par la prestance, ce qui le déstabilisa légèrement. Il reprit contenance, et affronta du regard l'homme, un peu moins fier qu'avant. Cet homme était juste un recruteur ? Tenait-il une place plus importante ? Il le saurait bientôt de toute façon, suffisait d'un minimum de politesse et tout irait bien ; 

    « C'est vous (Le vouvoiement sembla lui arracher la gorge) l'recruteur ? »

    Sa vaine tentative d'être agressif avait plus ou moins échoué, vu l'intonation sans hostilité employé ! Il se reprit, énervé contre lui-même. Il n'allait pas se laisser écraser par un inconnu quel qu'il soit, ou à l'eau la réputation qu'il s'était forgée ; 

    « J'veux des renseignements sur les conditions, les avantages et les obligations de la guilde. »

    Pour les conditions, ironisa-t-il amèrement pour lui-même, tant qu'être fils illégitime, avoir menti et parfois volé, et avoir un caractère de chien ne vous dérange pas, il ne devrait pas y avoir trop de problèmes.
    Il ajouta, un peu en retard, dans une dernière tentative pour se montrer plus sarcastique que vraiment intéressé ;

    « Et j'aimerais qu'on m'rende mon bâton. A moins qu'il ne serve déjà à nourrir le feu sous vos marmites, je ne comprends pas de quel droit on reprend les biens des nouveaux arrivants. J'appelle ça du vol, pour ma part. »

    Pendant une fraction de secondes, très infime, il se demanda s'il ne poussait pas un peu trop loin. Mais ses doutes volèrent aussitôt en éclat ; il se prosternerait pas, il ne supplierait pas, il voulait être maître de lui-même, point. Et tant pis si la seule solution pour cela était de froisser un peu l'honneur d'une guilde. C'était la meilleure façon de faire réagir non ? Il ne quémanderait pas son bâton, il demanderait poliment (Poliment...) qu'on le lui rende. Il croisa les bras et tenta de maintenir le regard aussi vert que le sien de l'homme. Question de fierté, ne jamais baisser les bras ni les yeux, rester déterminé.
    Revenir en haut
    Skype
    Publicité






    MessagePosté le: 21/08/2011 17:57:02    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut

    Maître de la guilde des Guerriers
    Maître de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Mai 2009
    Messages: 83
    Points d'xp:
    Age: 37
    Race: Humain
    Métier: Maître de Guilde
    Force: 15
    Dextérité: 12
    Constitution: 14
    Intelligence: 8
    Sagesse: 10
    Charisme: 12
    Point(s): 5

    MessagePosté le: 22/08/2011 16:13:34    Sujet du message: Liam rencontre Ié, ça promet ...! Répondre en citant

    La caserne toute entière semblait bien étrange en ce moment de grand flottement. Après avoir endurés la famine, les soldats se remirent peu à peu à la routine habituelle. Et justement, ce train-train quotidien commençait à devenir pesant pour le maître de guilde. Certains de ses hommes n’avaient jamais refait surface ou évitaient tout simplement la guilde, pour une raison que Ié ne parvenait pas à expliquer.

    C’était le cas de son plus fidèle soldat, son responsable de guilde lui-même. Mort, le guerrier nordique, n’était pas réapparu depuis un long moment et son supérieur trouvait son absence anormale. Cependant, Ié ne perdait pas espoir de le revoir un jour, puisque l’homme était connu pour son sens de l’allégeance très prononcé, du moins envers son maître. Il avait bien sûr songé à commander un groupe de soldat pour le retrouver, mais quelque chose de pragmatique l’arrêtait. Le maître de guilde avait affaire à son responsable, il l’avait choisi pour des raisons évidentes. Mort était un très bon guerrier, mais il était plus que cela, il faisait preuve de beaucoup de tactique et de ruse. Tenter de retrouver le guerrier devenait donc mission impossible, car Ié savait que son acolyte abhorrait la civilisation et se terrait dans une grotte dans la forêt de Lesnie. C’était une habitude de son peuple qu’il avait conservé, même en arrivant dans ce nouveau monde qui promettait le changement. Alors, le maître de guilde devait se contenter d’attendre et cela bénéficiait certainement à l’impression qu’il ressentait au sein du bâtiment. En plus de cela, le tabou ambiant concernant la ville de Luthneï accentuait son trouble.

    L’homme qui entra dans son bureau n’était pas celui qu’espérait le soldat, mais au moins son entrée sans tambour ni trompette permit de briser la monotonie du moment et Ié, dans un coin de sa tête, l’en remerciait. En réalité, il s’agissait plutôt d’un jeune homme, même d’un très jeune homme, qui venait d’entrer dans le bureau sans prendre la peine de se présenter.

    Apparemment, le jeune anonyme ne s’y connaissait pas spécialement en matière d’étiquette et de hiérarchie. Ainsi, Ié était considéré comme le recruteur de la guilde, ce qui dégradait un peu son statut, mais ce dont il ne prêta pas vraiment attention. Désireux de savoir tout immédiatement, sa volonté semblait sans limite, bien que ternie par l’allure imposante du maître de guilde. Il n’empêche qu’après un temps de réflexion, il semblait à Ié que l’adolescent en arrivait au comble de l’objet de sa visite : un certain bâton. C’était souvent le cas des nouveaux arrivants, ce que le guerrier n’eut pas du mal à classer le jeune homme comme tel. Le maître de guilde en tirait cette conclusion par la référence à une quelconque marmite dont le feu se nourrirait potentiellement dudit bâton.

    Par ailleurs, l’homme sourit à comment le jeune homme qualifiait cette confiscation qui servait la sécurité du Nouveau Continent. Un vol. L’ironie était plutôt amusante à relever, car c’était en effet la guilde des voleurs qui récupérait les biens pris par les soldats de la cabane de recensement. Sous l’apparence de la guilde des marchands, des actes bien plus tacites avaient lieu sans que la population lambda s’en aperçoive, ou en doute. Il était ensuite possible aux personnes qui souhaitaient s’enrôler de récupérer leurs effets personnels, mais cela nécessitait de contacter la guilde, et donc – comme tout se savait – leur maîtresse : Macha. Or, le guerrier et la voleuse ne partageaient pas les mêmes centres d’intérêts, pour dire les choses de manière correcte. Les deux personnes préféraient s’éviter, malgré qu’ils avaient dû en de multiples occasions lier des accords, toujours amers cela dit. Tant que l’un n’offensait pas l’autre, tout se passait bien, mais il suffisait d’un pas de travers de l’un pour que le second en profite. Mis à part ce détail, ils savaient tous deux, sans se l’avouer, que chacune de leur guilde permettait l’équilibre des choses au sein d’Iwy.

    Enfin, sans prendre la peine de faire remarquer son manque de politesse au jeune homme et passant outre, le maître de guilde attaqua lui-aussi le brut du sujet.

    « Les conditions sont simples, votre présence signifie votre bon vouloir. Vous serez entraîné et pourrez acquérir toute arme de simple facture dès vos débuts. Vous pourrez exercer vos talents librement et serez protégé par la guilde. Cela si vous suivez les entraînements quotidiens et jurez obéissance. Vous ferez alors parti de la guilde des Guerriers et pourrez récupérer votre bâton. »
    _________________
    Revenir en haut
    Liam Estheim
    Guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Aoû 2011
    Messages: 8
    Age: 14 ans
    Race: Humain
    Force: 8
    Dextérité: 12
    Constitution: 8
    Intelligence: 7
    Sagesse: 6
    Charisme: 9
    Point(s): 5
    Fiche: URL

    MessagePosté le: 22/08/2011 18:55:43    Sujet du message: Liam rencontre Ié, ça promet ...! Répondre en citant

    L'homme en face semblait pensif à son arrivée, laquelle en aurait agacé plus d'un de plus, surtout lors d'un moment réflexion. Mais ça ne semblait être le cas du recruteur, qui le laissa exposer les deux principales raisons à sa venue sans même tiquer ni répondre à sa certaine violente méfiance. Soit il avait ici un interlocuteur de naturel calme (Ce qui était l'idéal quand il s'agissait de parler avec Liam), soit ses pensées étaient trop prenantes pour vraiment réagir à l'attitude peu respectable du jeune garçon. À quoi un recruteur pouvait-il bien songer de si important ? De la pénurie de papiers ? Peut être était-ce pour cela qu'il ne lui proposa aucun formulaire à remplir. Ou supposition plus probable, peut-être les guildes avaient accès aux fiches des nouveaux arrivants...

    Liam blêmit imperceptiblement, mal à l'aise, alors que le recruteur terminait sa dernière phrase. Où avait-il donc la tête en confiant ainsi tout son passé, ses torts à un morceau de papier ...? Trop tard pour y penser de toute façon, on l'accepterait tel quel ou pas du tout. Il chercha tout de même à savoir si la guilde aurait bel et bien connaissance de ses exploits (Être illégitime ne lui avait jusque là causé que des ennuis, pour cause des préjugés) ;

    « Donc vous acceptez  quiconque se présente dans votre bureau, sans exception ? Sans connaitre ses motivations ni ses capacités de prime ? »

    Il détailla un moment l'homme, décroisant les bras. Le jeune Estheim n'aurait pas le dessus sur lui, qui devait avoir une vingtaine d'années de plus, et l'expression plus indéchiffrable que celle d'un certain Capitaine Ransh. Ce qui n'était pour ainsi dire pas chose aisée, et attirait aussitôt le respect par "ignorance des pensées". On se la fermait lorsqu'on ne pouvait déterminer si la personne à qui l'on discutait était aussi possiblement prêt à vous jeter à la mer qu'à vous serrer dans les bras. C'était un homme insondable et pourtant proche de chaque membre de son équipage, qui motivait sans avoir besoin d'effusions de compliments et d'encouragements. Le genre qui plaisait bien à Liam, et qui forcément arrivait à maintenir la loyauté de ceux qui avaient prêté allégeance à son autorité.
    Se pouvait-il que ce trentenaire à la carrure aussi robuste puisse se retrouver simple recruteur dans un bureau, à rêvasser de sujets et d'autres ? Il en doutait de plus en plus... Ou alors le métier de recruteur dans cette guilde tournait parmi les plus grands soldats ?

    « Je ne jure pas obéissance ; je n'offre pas ma soumission, expliqua-t-il d'un ton calme, non pas capricieux mais sûr. Je propose mes services... Je ne rechigne pas à écouter les ordres, sans discuter, mais à une certaine limite du raisonnable. Je ne suis pas un chien de foire, et rien ne m'assure que mes principes soient similaires aux supérieurs de la guilde. Mais si c'est le cas, et que je me reconnais en la guilde des guerriers, vous aurez mon allégeance totale. Je ne peux pas vous la garantir par avance... Pas plus que vous ne pouvez jurer améliorer mes compétences en m'entraînant. »

    Il se montrait bien insistant pour un adolescent de son âge, mais c'était ancré en lui ; il voulait une situation stable et qui lui convienne un minimum, autrement il allait voir ailleurs. C'était son âme de marin, ça. Il ne de voulait pas exigeant, il demandait simplement à ne pas être mésestimé, et à exploiter sa personne à fond. Pour au moins servir un peu dans sa vie comme il souhaitait se rendre utile. La routine, une vie tranquille, il ne souhaitait pas ce genre de rêve il voulait qu'on flirte avec ses limites, et qu'on le considère à sa valeur.

    « Qui sont ces supérieurs ? demanda-t-il après un moment de réflexion, voulant montrer qu'il était malgré tout prêt à obéir. Quels ordres sont-ils susceptibles de donner à un gamin de mon âge ? »

    La proposition lui semblait cependant plus alléchante qu'il n'osait le montrer. Un entrainement obligatoire tous les jours ? Mais quelle obligation ! Si avec ça il pouvait passer à un stade plus sérieux de son apprentissage, pour avoir plus de crédibilité lorsqu'il souhaitait s'imposer, il était prêt à tout. Sa fierté le guidait, et un moyen de plus pour s'affirmer pouvait le mener loin. 

    « Quant aux l'entraînements quotidiens... Je n'ai aucun inconvénient. Cependant... Vous savez que je me bats au bâton, je ne pense pas être de taille face à des fantassins, ni mon bâton face à de vraies épées. Des maîtres d'armes proposent des sortes de cours plus adaptées...? Ou il faudra que je change d'arme ? Ou y'a-t-il des hommes d'expérience pour m'apprendre à employer mon arme quelles que soient les circonstances, dont la défense de mon adversaire ?  »

    Sans s'en rendre compte, il avait repris le langage et l'intonation qu'il aurait adopté deux ans auparavant, celle des marchands. Une autre facette de son caractère se découvrait. Il abaissait juste un peu ses barrières ; après tout il n'avait rien à perdre dans cette histoire. Il n'avait rien à perdre tout court. Et obtenir plus de renseignements pourrait peut-être le convaincre de jurer cette obéissance, bien que cela ne lui plaise pas vraiment.

    « Et ... Par "protection de la guilde", qu'entendez-vous ? fit-il d'une voix blanche. Existent-ils sur Iwy des problèmes auxquels un bon guerrier ne saurait remédier seul ? La force règle beaucoup de litiges... jeta-t-il avec assurance. »
    Revenir en haut
    Skype

    Maître de la guilde des Guerriers
    Maître de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Mai 2009
    Messages: 83
    Points d'xp:
    Age: 37
    Race: Humain
    Métier: Maître de Guilde
    Force: 15
    Dextérité: 12
    Constitution: 14
    Intelligence: 8
    Sagesse: 10
    Charisme: 12
    Point(s): 5

    MessagePosté le: 23/08/2011 10:47:08    Sujet du message: Liam rencontre Ié, ça promet ...! Répondre en citant

    À dire vrai, les premières interrogations de l’adolescent étaient justifiées. En effet, la guilde des guerriers n’enrôlait pas à tout va sans vérifier les aptitudes de ses postulants. De plus, ce qu’avait dit le maître de guilde ne signifiait pas que le recrutement était de la même simplicité que le jeune homme spéculait. Même s’il n’avait pas voulu jouer sur les mots, le guerrier voyait que ses paroles n’étaient pas interprétées comme il l’aurait imaginé. Peut-être était-ce dû à la jeunesse de son interlocuteur, ou du moins en partie. Sur le point des motivations par contre, c’était effectivement le « bon vouloir » et la présence des candidats qui les révélaient le plus souvent.

    « Nous passerons en salle d’entraînement plus tard, pour évaluer vos capacités. »

    Apparemment, la suite se corsait un peu. Le jeune homme était un petit rebelle aux premières apparences. C’était souvent le cas pour les personnes de son âge, l’adolescence refusait la subordination, et ce même au sein du cocon familial. Néanmoins, les enfants de paysans qui étaient habitués à la labeur et aux consignes de leurs aînés se révoltaient beaucoup moins souvent que ceux de bonnes familles. Ce trait chez son interlocuteur permit au guerrier de le ranger dans cette deuxième catégorie, et ainsi d’en découvrir plus contre le gré du jeune homme.

    Le garçon dont Ié ne connaissait toujours pas le nom évoqua ensuite les principes de ses éventuels futurs supérieurs. Principes dont le jeune homme n’était pas certains d’être réciproques. Alors le maître de guilde décida de s’exprimer de manière plus vaste, voire philosophique.


    « Les principes des guerriers sont ceux de la guilde : servir le peuple Iwyen. Et l’entraînement améliore toujours les capacités de chacun. »

    Et c’était tout à fait vrai, la guilde était au service des habitants du Nouveau Continent. L’entraînement répétés permettait toujours le progrès.

    « Ces supérieurs sont moi-même, et ceux qui bénéficient d’un grade supérieur au vôtre. Les ordres ne varient pas d’un soldat à un autre, même si l’on peut s’arranger au besoin. »

    Il était certain que le jeune homme ne partirait pas en expédition tuer des bêtes sauvages tout de suite. Il lui faudrait quelques années d’ancienneté pour cela. Cependant, les ordres de tous les jours lui conviendraient dès à présent. Les tours de garde de la ville, toujours effectués à plusieurs, lui seraient sans doute demandés. De même, les corvées faisaient partis du quotidien d’un soldat. Dernièrement, avec la famine, les guerriers avaient aussi construit des bateaux, pêché et chassé le gibier.

    « Les guerriers ne font pas que la guerre. Une arme est une arme, le bâton en est une. Je pourrais vous aider à vous entraîner au départ. »

    Le maître de guilde venait de proposer ses services à la fois parce qu’il désirait suivre le parcours de l’adolescent, mais aussi pour une question beaucoup moins glorieuse. Les maîtres d’armes ne couraient pas les rues ces temps-ci, et il fallait donc faire preuve d’un peu de la polyvalence pour palier aux exigences de tous les jours.

    « Porter une arme n’est pas toléré en dehors de la guilde des guerriers. Vous connaissez le principe des guildes. Et Iwy est à peine révélé. »

    Ces dernières paroles n’étaient pas forcément rassurantes, mais elles reflétaient bien la nature du Nouveau Continent. Les guildes comme ailleurs avaient de l’importance conséquente, mais il rôdait aussi tout autour une atmosphère de grand inconnu. Des dangers pouvaient subvenir de n’importe où tant que les Lesniens ne contrôlaient pas la totalité de l’île continent.

    Puis, changeant de sujet complètement, le maître de guilde posa une question qu’il n’avait pas pour habitude de poser aux candidats qui venaient le rencontrer à la caserne.

    « Qu’attendez-vous de la guilde ? »
    _________________
    Revenir en haut
    Liam Estheim
    Guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Aoû 2011
    Messages: 8
    Age: 14 ans
    Race: Humain
    Force: 8
    Dextérité: 12
    Constitution: 8
    Intelligence: 7
    Sagesse: 6
    Charisme: 9
    Point(s): 5
    Fiche: URL

    MessagePosté le: 25/08/2011 12:44:34    Sujet du message: Liam rencontre Ié, ça promet ...! Répondre en citant

    Liam écoutait avec attention chaque parole de son interlocuteur, cherchant à déceler un signe ou un mot qui l'identifierait plus en profondeur. À vrai dire... Il devait être encore moins enclin à parler de lui que lui-même ne l'était. Mais disons, en son cas, que c'était plus pour glisser sur des détails rabaissants que vraiment vouloir garder le mystère autour de sa personne. Il n'avait rien à cacher, c'était les autres qui ne voulaient pas entendre ce qu'il avait à dire. 

    Visiblement, il s'était mépris ; le recrutement se poursuivait sur terrain. Ainsi ses futurs camarades ne seraient pas des danseurs de majorettes et des alcooliques malhabiles, on pouvait espérer une certaine sélection. Tout le monde n'était pas apte à devenir guerrier, selon lui...

    « Très bien... »

    La suite débordait de patriotisme. Servir le peuple Iwyen ? Les riches sans doute ? Qui avaient les moyens d'être protégés ? Après tout ça n'empêchait pas de venir en aide aux plus défavorisés. Il fallait peut être voir par qui était financée la guilde. Mais ça ne relevait pas de son rang.

    « J'aime servir un peuple qui me plait. Si "les Iwyens" le méritent, j'offrirai toute l'aide que je puis donner... Il faut de la volonté pour progresser et bien faire son travail, je l'aurai si cette ville ne regorge pas que de bourgeois narcissiques et de nobles suffisants. Si ça n'est pas le cas, je servirai quiconque sans exception. »

    Il ne fut pas vraiment étonné lorsque l'homme l'informa qu'il était un de ses supérieurs. Il s'y était attendu. À quel degré l'était-il cependant ? Maintenant il savait qu'il ne s'occupait pas seulement des recrutements, mais cela ne donnait pas plus de renseignements sur sa place.

    « Que représentez-vous au sein de la guilde ? Beaucoup de personnes sont susceptibles de me donner des ordres, exceptés les maitres d'armes ? »

    Il se montrait de plus en plus hésitant. Inconsciemment, il acceptait le fonctionnement d'une guilde, puisqu'au final c'était surtout des avantages. Il remballerait sa fierté pour une fois, pour la prouver plus tard. Peut être pourrait-il grimper des échelons, il n'avait que quatorze pour le moment, mais ses ardeurs n'en étaient pas pour autant amoindries. Il voulait devenir quelqu'un, qu'on jugerait comme tel plutôt que par les préjugés.
    Le guerrier lui fit alors une proposition inattendue ; l'entrainer ? Il ne connaissait pas encore son nom qu'il suggérait déjà de devenir son précepteur... 
    En plus de cela, il aurait le droit à porter son bâton ? Il eut un léger soupir de soulagement. Il de sentirait mieux avec son arme, puissante ou non. Il ne s'était pas rendu compte à quel point il s'y était attaché. C'était la seule chose qui l'ait accompagné jusqu'au bout sans le juger, à vrai dire...

    « Merci... murmura-t-il en essayant de ne pas le quitter du regard. »

    Un bref silence s'installa, pendant lequel Liam finit de se convaincre qu'il pourrait suivre tout ordre donné tant qu'il conservait ces deux privilèges. Il pouvait même essayer de demander une dernière faveur... Mais l'homme le pris de vitesse, demandant ainsi ce qu'il attendait de la guilde. Cette fois ci il fut un peu pris au dépourvu. Que faisait-il ici ?

    « Je ne sais pas. »

    Ce fut sa première réponse mais devant le regard de son interlocuteur, il comprit qu'il l'avait dit avec trop de précipitations pour ne pas dissimuler quelque chose. Il hocha doucement la tête, et décida que cet homme méritait sa confiance. Il n'avait aucune raison de ne pas dévoiler ses motivations, et cela attirerait méfiance. Il inspira avant de reprendre ;

    « Je suis là pour plusieurs raisons... Les premières sont bel et bien celles déjà évoquées ; retrouver mon arme et avoir un entrainement régulier. Les autres sont plus personnelles. »

    C'était difficile d'expliquer son point de vue à quelqu'un qui n'avait pas vécu les mêmes choses que vous, n'était pas dans la même situation... Il tenta le coup, bien qu'il se douta qu'on allait le prendre pour un gosse aux ambitions illusoires ;

    « Je veux me défaire des préjugés, devenir celui que je veux être et non pas celui que l'on m'impose. 
    J'aimerais... devenir capitaine d'un navire... Pas d'un navire marchand !
    s'emprassa-t-il de préciser. Dans une vraie flotte de soldats, au service d'un pays. La stratégie, la mer, l'art martial.. C'est mon domaine, pas les marchandises et la piraterie. Et j'aimerais combiner les trois. C'est l'avenir que je veux avoir. Alors j'ai pensé que fréquenter les guerriers me permettrait d'en apprendre plus, de pouvoir me perfectionner. Me donner accès au savoir que l'on m'a refusé. J'attends juste que le service guerrier m'endurcisse et m'ouvre des portes. Mais j'ai conscience que ça ne dépendra que de ma détermination et de l'expérience que j'acquerrai... »

    Il avala discrètement sa salive. Il se sentait mieux. Et encore plus résolu.
    Revenir en haut
    Skype

    Maître de la guilde des Guerriers
    Maître de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Mai 2009
    Messages: 83
    Points d'xp:
    Age: 37
    Race: Humain
    Métier: Maître de Guilde
    Force: 15
    Dextérité: 12
    Constitution: 14
    Intelligence: 8
    Sagesse: 10
    Charisme: 12
    Point(s): 5

    MessagePosté le: 25/08/2011 15:35:55    Sujet du message: Liam rencontre Ié, ça promet ...! Répondre en citant

    Pour une deuxième fois dans cet entretien, le maître de guilde ria en son for intérieur. Cette fois-ci encore, l’ironie de la situation était de mise. L’évocation du jeune homme au sujet des classes supérieures, ce avec un certain mépris, alors même qu’il présentait sa servitude si ces derniers n’abondaient pas, amusa le guerrier. L’adolescent ne semblait pas familiarisé avec les guildes, il était donc loin de la réalité qu’elles représentaient actuellement – bien que de manière officieuse – à Lesnie. La noblesse, représentée par la Comtesse au plus haut de sa hiérarchie, était en fait le pantin des guildes. Cela bien sûr contre sa volonté, mais surtout contre son su.

    Les quatre maîtres de guilde étaient ceux qui tiraient les ficelles de cette histoire. Ils avaient été conviés quelques mois auparavant pour une réunion au sommet avec leur homologue représentative du peuple. Les guildes s’étaient en fait mises d’accord pour contrôler la ville pendant que la Comtesse servirait de façade, surtout aux non affiliés et à ceux qui rebutaient les guildes. La jeune femme n’y avait vu que du feu pendant qu’au même moment, les quatre dirigeants engrangeaient de plus en plus de pouvoir sur les terres du Nouveau Continent. Auparavant, sans figure officielle, les guildes pouvaient s’affairer à leurs occupations librement. Ils avaient donc dû, avec l’arrivée de la noblesse, jouer de leurs talents pour récupérer ce qui leur était dû. La machination avait globalement renforcé l’entente des quatre constitutions, même si certaines connaissaient quelques difficultés relationnelles au niveau professionnel, comme il l’est évoqué plus tôt. L’ironie venait donc du fait que le jeune postulant ignorait qu’en servant le peuple Lesnien et la noblesse, il servait en réalité les intérêts de la guilde en étant complaisant à l’égard de sa Dame la Comtesse et de sa cour.

    Néanmoins, le guerrier ne partagea pas une seule syllabe de ses pensées avec son interlocuteur. Les seules personnes qui étaient au courant de toute cette entreprise se comptaient sur les doigts d’une main. Sachant cela, il était vrai qu’identifier les protagonistes était d’une simplicité d’enfant.

    Vint ensuite la curiosité du jeune homme qui s’interrogeait finalement sur l’identité du guerrier, alors que lui-même n’avait toujours pas décliné la sienne depuis son arrivée. Cependant, la tournure de la phrase n’obligeait pas l’homme à donner son véritable statut, il lui demandait uniquement ce qu’il représentait. Mais jouer sur les mots ne lui était pas une habitude dont on lui connaissait et il répondit donc d’une manière des plus simples.

    « Je suis le maître de cette guilde. Et beaucoup de personnes sont susceptibles de vous donner des ordres, y compris les maîtres d’arme. »

    Ié ne comprit pas pourquoi le jeune homme pensait que les maîtres d’arme n’auraient pas pu lui être supérieurs hiérarchiquement. Le guerrier ne saisissait pas en effet le raisonnement que l’adolescent avait pu avoir pour penser que les maîtres d’arme – qui ne courraient pas les rues, soit dit en passant – n’avaient pas autorité sur de simples soldats.

    Le maître de guilde remarqua tout à coup le changement de comportement de l’adolescent. Au départ récalcitrant, il semblait perdre de son assurance au fur et à mesure de la conversation. Le guerrier comprit qu’il avait touché une corde sensible en lui posant sa dernière question. Le jeune homme avait été ralenti dans son désir de s’imposer et de prendre confiance en soi, ce qui était typique des personnes de son âge.

    Sans s’attendre à une telle opportunité, l’adolescent venait d’évoquer quelque chose dont le maître de guilde ne s’attendait pas du tout. En effet, le garçon désirait devenir capitaine sur un navire. Même si ses ambitions étaient bien grandes pour son âge, Ié y vit une aubaine à ne pas rater. S’il ne pourrait pas atteindre de telles fonctions avant plusieurs années, l’homme avait en face de lui quelqu’un de motivé pour pouvoir par la suite rejoindre la toute nouvelle flotte de la guilde des guerriers.

    Pour dire les choses comme elles l’étaient vraiment, la flotte se constituait uniquement de bateaux de pêche pour le moment. Leur conception avait été encouragée par la nécessité de trouver de la nourriture rapidement pendant l’épreuve de la famine. Mais depuis la création du chantier naval, le maître de guilde ne cachait pas son ambition de disposer d’une véritable flotte dans les prochaines années, pour pouvoir ainsi se défendre des intentions hostiles du royaume de Cydipe.


    « Avez-vous une quelconque expérience des navires ? La guilde possède un chantier naval et compte générer une flotte prochainement. Les personnes motivées et qui s’y connaissent sont les bienvenues. »

    L’adolescent anonyme venait tout juste, avec sa dernière tirade, de redoubler d’intérêt et d’importance aux yeux du maître de guilde.
    _________________
    Revenir en haut
    Liam Estheim
    Guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Aoû 2011
    Messages: 8
    Age: 14 ans
    Race: Humain
    Force: 8
    Dextérité: 12
    Constitution: 8
    Intelligence: 7
    Sagesse: 6
    Charisme: 9
    Point(s): 5
    Fiche: URL

    MessagePosté le: 27/08/2011 13:01:08    Sujet du message: Liam rencontre Ié, ça promet ...! Répondre en citant

    Si Liam avait pu lire dans les pensées du guerrier, il se serait cru au paradis, et aurait su qu'il passerait sa vie (en tant que terrien) à Lesnie, et nulle part ailleurs. Sauf qu'il n'était pas télépathe, et que pour le moment il préférait ne pas céder immédiatement ses libertés à la guilde. Ce qui n'était pas plus mal, de se laisser convaincre au fur et à mesure par la structure idéale de la ville. Que demander de plus qu'une nouvelle colonie où bon nombre des habitants avaient sans doute un passé plus dégradant que le sien ? C'était un départ à zéro. S'il l'avait su, il aurait changé jusqu'à son identité pour lui-même se prendre au jeu du "Je recommence une nouvelle vie". Iwy offrait une chance considérable aux malchanceux.

    Voyant que l'autre n'avait pas relevé sa remarque à propos des nobles, il convint qu'il devrait juger lui-même du pouvoir de la haute société sur les guildes, et inversement. Quoi qu'il arrive, même si la guilde de prosternait à leurs pieds, lui-même ne le ferait pas. Il n'était pas un mouton, ni un lèche-bottes. Son mérite, il ne le gagnerait pas en belles phrases, ni en politesse (Il n'était pas le plus expert), mais bien dans les faits.

    Ce que le recruteur précisa en revanche, était ... Disons plutôt bon à savoir. Il avait en face de lui le Maître de la guilde en personne, rien de moins! C'était cet homme qui dirigeait toute cette armée qui se battait en ce moment-même dans la cour, et que l'on entendait d'ici ? Pourquoi pas. C'était plutôt rassurant, pour ne pas dire parfait ; il ne semblait pas se préoccuper du respect comme en exagère la plupart des hauts gradés. Pas de courbettes ridicules avant d'entamer une discussion et de servitude affichée imposée pour gagner ses faveurs. Il eut donc un sourire en apprenant la nouvelle plus qu'un air surpris.

    « Dois-je placer un "Maître" à chacune de mes phrases...? Ou le respect placé dans les actes en votre honneur est préférable ? »

    Il s'en informait par formalité plus qu'autre chose. De toute façon, il doutait de l'appliquer réellement. Son ton d'ailleurs avait un timbre ironique un brin insolent aux yeux de certains... Mais c'était Liam, après tout, on ne le changerait pas sur ce point là, il était marqué. Il se voulait fier en couverture, dépendant sous celle ci. C'était la meilleure réputation à entretenir selon notre jeune garçon.

    Aborder le sujet de la marine sembla capter l'attention du maître. Ils étaient donc en recherche d'hommes de la mer, actuellement, dans le projet de monter une armée navale ! Combien de bonnes nouvelles cet homme allait-il encore lui rapporter ? Ne manquait que les besoins nutritionnels et il aurait la situation qu'il espérait tant pour s'élever, et vivre ses rêves. Il trouverait un moyen de rapporter un peu d'argent plus tard.

    L'homme le questionna alors sur ses capacités une fois sur un bateau. La frime n'était pas vraiment de mise chez lui. Vanter ses mérites, contrairement à ses exigences (On l'avait bien vu précédemment), lui était plutôt inhabituel.

    « Oui, je me débrouille. »

    Il se débrouillait... C'était plutôt imprécis et modeste. C'était La chose en laquelle il excellait le plus et plaçait en même temps un intérêt inébranlable. Étant passionné, il avait toujours de la volonté lorsqu'il s'agissait de naviguer. Il aurait pu oublier tout le reste pour se concentrer que sur la naviguation. Et il l'avait dit, il ne se nourrissait que de volonté. Il se reprit finalement, un sourire venu d'ailleurs toujours sur les lèvres - vous savez, celui du rêveur, qui vient inconsciemment lorsque vous pensez à quelque chose d'attendrissant ou d'heureux :

    « En fait... J'ai survécu en mer ces deux dernières années, en mettant pied à terre moins d'une dizaine de fois. Je n'avais pas d'argent, aucune personne sur qui compter, mon seul refuge pour survivre a été la marine, et jusque là je pense bien m'en sortir. Je ne connais rien à la stratégie de guerre, mais j'ai une certaine expérience ; je sais naviguer, choisir et garder un cap et faire la majorité des manœuvres sur un voilier... J'ai vu certains abordages également. »

    L'intonation de sa voix était bien plus chaleureuse à présent. Il pouvait potentiellement être utile à une personne telle que son interlocuteur. S'il le voulait, il pouvait aller loin, faire ses preuves.
    Sur la dernière phrase toutefois son sourire avait disparu. Il n'avait aucun remord, mais n'en tirait aucune fierté. Un acte fait par nécessité ne pardonne pas des morts, il le savait. Mais il ne comptait pas le refaire, pourquoi ressasser les événements passés. Du moins avec ce genre de procédé; tuer des "innocents" marchands et autres, piller, et laisser couler leurs bateaux en fêtant la nouvelle richesse qu'apporterait la marchandise. C'était les lois de la mer, et une des principales raisons qui motivaient Liam de s'engager dans une flotte militaire. Il y avait sur ces bateaux victimes des pirates des personnes qui ne méritaient pas la mort. 

    Il s'extirpa du court de ses pensées, qui n'étaient pas à l'ordre de la conversations, et se présenta enfin, jugeant que l'homme était largement digne de cela ;

    « J'ai omis de vous donner mon nom. Je m'appelle Liam... Liam Estheim, mais j'apprécierais que vous gardiez le Estheim pour vous. »

    L'entretien touchait à sa fin, lui sembla-t-il. Il ne s'y connaissait pas trop, à part lorsqu'il s'agissait de se faire embaucher sur un navire. On ne lui demandait pas grand chose, on le jugeait sur le travail. Il laissa donc au recruteur-maître le soin de poursuivre, il connaissait mieux son travail.
    Revenir en haut
    Skype

    Maître de la guilde des Guerriers
    Maître de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Mai 2009
    Messages: 83
    Points d'xp:
    Age: 37
    Race: Humain
    Métier: Maître de Guilde
    Force: 15
    Dextérité: 12
    Constitution: 14
    Intelligence: 8
    Sagesse: 10
    Charisme: 12
    Point(s): 5

    MessagePosté le: 29/08/2011 11:33:45    Sujet du message: Liam rencontre Ié, ça promet ...! Répondre en citant

    L’adolescent disait se débrouiller à la question « Avez-vous une quelconque expérience des navires ». C’était plutôt vague, et le terme était d’ailleurs bien choisi dans le contexte marin. Le maître de guilde avait en face de lui une personne qui avait certainement dû vivre à bord d’un bateau. Cependant, le guerrier espérait que cette expérience n’était pas celle que tout nouvel arrivant avait dû éprouver : la longue traversée de l’Ancien au Nouveau Continent. Les explications qui suivirent furent donc les bienvenues.

    Apparemment, il avait passé au moins deux années sur l’eau, en effectuant que peu d’escales. Sans doute était est-ce celles nécessaires à la survie des marins à bord de l’embarcation, afin de recharger les cales en vivres et en eau potable. Il expliqua que la marine avait été son seul refuge et avait donc fait office d’orphelinat improvisé si l’on changeait d’interprétation à la chose. Le garçon avoua par ailleurs que les stratégies et tactiques liées au domaine belliqueux lui étaient inconnues, mais qu’il connaissait l’essentiel en matière de navigation. Et c’était d’abord cela que recherchait le maître de guilde, il fallait en premier lieu former des personnes aptes à naviguer avant de pouvoir effectuer des travaux plus ambitieux qui consistaient à s’en prendre au Royaume de Cydipe, ou au moins s’en défendre. Sa place de témoin lors d’abordages était aussi un point fort dont on ne manquerait pas d’exploiter les moindres parcelles.

    Alors, le jeune homme qui était resté anonyme tout au long de l’entretien finit par décliner son identité. Il se dénommait donc Liam Estheim, mais pour une raison particulière et étrangère à Ié, il souhaitait se faire appeler par son simple prénom. Le maître de guilde approuva la volonté de son interlocuteur d’un signe de la tête.


    « Vous serez assigné au chantier naval, et au port en général. Les patrouilles se font à trois. Mais d’abord, je voudrais voir comment vous vous battez. »

    Le maître de guilde se leva et passa devant son interlocuteur. Il rejoignit le couloir pour prendre sur sa gauche, là où le jeune homme n’avait jamais dû encore s’aventurer. D’ailleurs, à moins d’une promotion, il n’y retournerait pas de sitôt. Ils passèrent devant deux portes qui étaient fermées, et à la troisième porte, s’arrêtèrent. Le guerrier sortit de sa poche un trousseau rempli de clefs qui semblaient toutes identiques, hormis l’accueillage qui différait de chacune. Le porte-clef était formé de telle sorte qu’une clef ne pouvait pas en faire le tour complet, il suffisait donc de compter pour obtenir celle désirée, à raison de connaître le numéro de celle que l’on cherchait. À travers la cinquantaine de serrures différentes que comptait la caserne, mieux valait avoir appris le système avant de s’aventurer dans l’entreprise d’ouvrir une porte. Mais bien sûr, sécurité obligeait, la ruse n’était connue que d’un très petit nombre de personnes, et les trousseaux n’étaient pas tous complets.

    L’homme tourna la clef dans la serrure et entendit le déclic qui signifiait que la porte était déverrouillée. Il l’ouvrit et entra le premier. Ils se trouvaient dans la salle d’entraînement réservée à l’administration, mais le maître de guilde se réservait le droit de l’utiliser pour connaître les aptitudes des postulants. La salle était plus petite que son homologue un étage en dessous et mois garnie en armes. Cependant, la différence résidait en la qualité de ces dernières, souvent bien plus travaillées et plus élaborées. Le tout donnait sur une vue de la cour de la caserne où s’activait la population de la guilde.

    L’homme se dirigea vers un présentoir à l’autre bout de la pièce, il y prit deux bâtons de bonne facture. Ils mesuraient entre quatre et cinq pieds, ce qui était la taille habituelle pour le combat, et était faits en bois de châtaigner. Ils ne possédaient ni gravures, ni autres fioritures, mais on sentait au toucher que l’arme avait été travaillée avec soin et était prête à être utilisée. Le guerrier en tendit un exemplaire à l’adolescent et se plaça.

    Les deux pouces dirigés l’un vers l’autre, espacés d’à peine un pied de distance. Droitier, sa main droite était celle en haut du bâton, la plus proche de l’extrémité de l’arme. Son pied d’appui, le gauche, se trouvait en retrait par rapport à son autre jambe.

    Le maître de guilde était en garde, silencieux.

    _________________
    Revenir en haut
    Liam Estheim
    Guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Aoû 2011
    Messages: 8
    Age: 14 ans
    Race: Humain
    Force: 8
    Dextérité: 12
    Constitution: 8
    Intelligence: 7
    Sagesse: 6
    Charisme: 9
    Point(s): 5
    Fiche: URL

    MessagePosté le: 02/11/2011 00:18:43    Sujet du message: Liam rencontre Ié, ça promet ...! Répondre en citant

    « Bien. »

    Un homme "normal" (Ou du moins, la plupart des gens courants que l'on croise quotidiennement) aurait sauté de joie, employé mille formules de remerciements et de "Je ne vous décevrai pas", "Je ferai tout pour vous être utile" ou encore "pour être à la hauteur" - la pire de toutes.
    Ou bien, autre possibilité, il se serait contenu devant le "grand maître" pour garder une certaine image, mais aurait arrosé la nouvelle avec une bande de frères d'armes, enclins à trinquer avec une bonne bière à la moindre occasion... Quelque chose à la hauteur de la satisfaction qui lui apportait cette assignation, en fait...

    Mais Liam n'était pas un homme normal. Il ne se perdait pas en phrases superflues (Ce qui risquait de le faire voir d'un mauvais oeil par certains), et ne promettait pas de tenir des engagements dont il n'était même pas en mesure d'évaluer la teneur. Comment savoir ce que cet homme attendrait de lui ? C'était bien malhonnête, presque prétentieux, que de dire qu'il serait à la hauteur d'attentes inconnues ! A-t-on déjà vu un bon commerçant assurer qu'il avait l'argent avant même de connaître le prix ?

    De plus, il n'avait pas encore de "bande d'amis toujours prêts à boire un coup", impossible donc de trinquer... Mais il ne cracherait pas sur une bonne bière ! Comme tout marin qui se respecte.

    Enfin ! tout cela pour dire que le gamin n'était pas quelqu'un de très démonstratif et attaché aux clichés, et que le léger sourire qui était apparu était bien à la hauteur de sa joie. 
    Une joie telle d'ailleurs qu'il n'entendit que d'une oreille discrète la suite des dires de son supérieur. Lorsque ce dernier se leva (Il était fichtrement plus grand comme ça !), il comprit cependant qu'il était censé le suivre. Il avait parlé de tester ses capacités... Il y était, visiblement ! Il jura intérieurement, emboîta le pas au maître.

    Nulle excitation ou appréhension quelconque ne se lisait sur son visage, disons qu'il était de nature très calme. Mais intérieurement, c'était loin d'être aussi posé ! Il n'était pas un as au combat tout de même, risquait-il d'être recalé ? Son poste au chantier naval lui passerait sous le nez... Non, après tout, le Maître semblait être un homme de parole, et il lui avait -presque- clairement affirmé qu'il était accepté... Restait simplement à prouver sa valeur au maniement des armes, ce qui ne semblait pas relever du même domaine pour l'homme, et donc n'influait pas directement sur sa place.

    « Précision et persévérance ; fluidité et force murmura-t-il pour lui-même dans un souffle, se remémorant les grands principes appris. »

    À plusieurs pas en arrière de l'homme, maintenant une distance respectueuse, Liam observait chaque détail des couloirs et des portes devant lesquels ils passaient. L'endroit semblait nettement moins fréquenté que le reste du bâtiment. 
    Le trousseau que le maître sortit alors le surprit momentanément. Autant de clefs ! Et toutes semblables de plus ! Était-ce réellement nécessaire ?
    Toutefois il en conclut que si les autorités qui maintenaient la sécurité sur cette ville n'étaient pas elles-mêmes protégées, où irait donc Lesnie ? Non, c'était mieux ainsi, il ne chercha donc pas, volontairement, à comprendre comment il parvenait à trouver exactement la bonne clef parmi tant d'autres. Cela ne le regardait pas.

    Il laissa l'homme passer devant - plutôt, c'est celui-ci qui prit cette décision, mais qu'importe -, puis entra à son tour dans la salle d'armes. Il ne fit cependant preuve d'aucune curiosité ; il préféra garder son regard braqué sur le guerrier, qui l'intéressait bien plus à ce moment même.
    Le maître saisit justement deux bâtons, et en tendit un au garçon. Liam le prit, passant doucement une main dessus. Il était bien poli, aucun risque d'écharde visiblement. Il pouvait l'empoigner fermement ...
    Ses mains se placèrent instinctivement, cherchant un point d'équilibre, où la maniabilité n'aurait d'égale que la puissance des attaques. Tout était affaire d'équilibre d'après ce qu'il avait appris.

    Son adversaire provisoire était déjà en garde. Pas un mot, pas un signe. Le silence en disait plus long. Une invitation silencieuse et  profonde à lancer le combat. Ce qu'il fit sans hésitation. Et sans beaucoup de réflexion non plus.

    Il n'avait aucune chance, il s'en doutait, et n'était point aveugle. Si cet homme était maître de la guilde, c'était sans aucun doute par mérite. Mais c'était un test. Une occasion de se surpasser, en sachant pertinemment que l'on n'a rien à perdre, ou justement, que l'on a toutes les chances imaginables de perdre. En toute autre occasion, si sa vie avait été mise en jeu par exemple, il n'aurait même pas tenté un coup, et aurait choisi une solution plus... lâche. Mais moins suicidaire. 

    Mais là, au contraire, il fallait en profiter pleinement. Le progrès venait ainsi, pas en mettant hors de combat des débutants, mais en poussant ses limites face à plus fort que soi, pour devenir soi-même un peu plus fort. 
    Son but ? Repousser toujours plus loin le moment fatidique où l'homme réussirait à mettre fin au duel. Les coups qu'il envoyait n'avait pas de suite ou raisonnement logique, il ne construisait ni ne suivait une tactique spécifique (Ce qui en soi pouvait être déplorable ou non). Il s'occupait de chaque coup en particulier, alternant entre les rapides et les forts, les parades et les offensives. Ne sachant même pas lui-même ce qu'il escomptait faire ensuite, il était difficile de prévoir où il attaquerait. Mais ne faisant des choix qu'au dernier instant, il perdait aussi en assurance. Sa manière de combattre était donc à double tranchant. (Et pourtant... On combattait bien au bâton !)

    Il se laissait emporter par la fièvre du combat, et à présent c'était de l'amertume et de la hargne que l'on lisait sur son visage, dans son regard. Une détermination contre toute attente.

    Mais l'endurance, elle, commençait à lui manquer, et la force qu'il déployait lui semblait bien dérisoire. Seule sa volonté, portée par sa rapidité de mouvement, le poussait à poursuivre ; attaque latérale, placée plus bas, plus haut, feinte, et de nouveau en haut... Un doute s'insinua en lui. N'était-il pas en fait à la merci de son adversaire ? N'avait-il pas, au final, aucune possibilité, ne serait-ce qu'infime, hasardeuse et inespérée, de le battre ?

    « Bordel ... » cracha-t-il entre ses dents. Il avait reculé d'un pas, déconcentré, et prenait maintenant un jeu plus défensif pour se reprendre de cette défaillance (Ou de ce faux pas). L'issue du combat viendrait-elle de lui ou de l'autre ? Serait-elle due à son forfait ou à une attaque bien placée du maître ? Il se posait trop de questions, ma foi ! Il avait trop de fierté pour déclarer qu'il se rendait, en quelque sorte. Il n'abandonnerait pas...
    Revenir en haut
    Skype

    Maître de la guilde des Guerriers
    Maître de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Mai 2009
    Messages: 83
    Points d'xp:
    Age: 37
    Race: Humain
    Métier: Maître de Guilde
    Force: 15
    Dextérité: 12
    Constitution: 14
    Intelligence: 8
    Sagesse: 10
    Charisme: 12
    Point(s): 5

    MessagePosté le: 02/11/2011 17:15:33    Sujet du message: Liam rencontre Ié, ça promet ...! Répondre en citant

    Le jeune homme avec qu il se battait depuis un certain moment déjà lâcha soudain un juron, pestant contre son manque d’expérience. Le mot employé aurait pu paraître étrange venant de la bouche d’un jeune homme de son âge, mais sans doute que ce dernier l’utilisait sans se rendre compte de sa signification première. De toutes manières, le maître de guilde savait que son adversaire, s’il n’avait pas déjà quelques notions du genre par son passé dans la marine, allait rapidement les acquérir en cohabitant avec les guerriers de la guilde, ses aînés. Le mot aurait alors une toute autre signification, mais là n’était pas l’objet du problème.

    Ié s’en arrêta là. Il avait suffisamment fatigué Liam pour connaître son niveau global au maniement du bâton. Ce qu’il en tirait de cet intermède batailleur était qu’il lui semblait que le jeune homme n’avait jamais réellement suivi l’enseignement de quelconques techniques du bâton, ou si c’était le cas, de manière rapide et brouillonne. Cela ne voulait pas pour autant signifier qu’il n’avait aucune chance contre d’éventuels adversaires. En effet, le fait qu’il soit imprévisible dans sa méthode de combat était un atout qui pourrait très bien le menait loin s’il y travaillait. Cela nécessiterait du temps, beaucoup de temps, mais avait de belles perspectives en conséquence.

    Même si cette démonstration n’avait pas été particulièrement spectaculaire, le jeune homme était le bienvenu à la guilde. En effet, Ié avait en face de lui peut-être l’une des seules personnes qui puissent naviguer plus ou moins correctement à des lieues à la ronde. Cette perle rare était un atout pour la guilde qui ne devait absolument pas s’en passer. Et puis, il fallait toujours passer par l’entraînement avant d’exceller quelque part, Liam ne serait pas une exception.

    Le guerrier récupéra les bâtons et les remit donc sur leur présentoir. Sans être vraiment maniaque, Ié préférait retrouver ses armes aux endroits où il avait l’habitude de les mettre. Ce laps de temps lui permit de réfléchir pour finalement s’adresser à Liam ainsi :


    « Vous manquez de technique. Vous aurez besoin d’entraînement. »

    Le maître de guilde fit une pause et se retourna vers le jeune homme. Ses paroles bien que crues étaient vraies. La jeunesse d’une recrue n’avait pas d’importance, il fallait qu’elle s’habitue, ou alors qu’elle renonce : l’orphelinat n’était pas bien éloigné de la caserne après tout. Son interlocuteur devait connaître ses points faibles, car les ignorer avait coûté cher à beaucoup de personnes trop téméraires.

    « Si vous croisez un certain Laerte Rosenstren, un marchand, je vous place comme son second. »

    Après cette dernière réplique, Ié fit signe à Liam que l’entretien était terminé sur ces dernières notes toujours aussi pauvres en explications. Le maître de guilde n’aimait pas s’épandre en bavardages, mais il avait des projets pour le jeune marin et le charpentier. Les productions de bateaux de pêche étaient désormais en nombres suffisant, il fallait passer à des travaux de plus grande envergure. Il fallait qu’il convoque le forgeron, à eux trois il penserait au premier bâtiment de la flotte des guerriers.
    _________________
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 09/12/2016 00:57:34    Sujet du message: Liam rencontre Ié, ça promet ...!

    Revenir en haut
      Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum :: Iwy, nouveau continent :: Lesnie, quartier Sud :: La caserne :: Bureaux des responsables :: Bureau de Ié Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
    Page 1 sur 1

    Sauter vers:  


    Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
    Powered by phpBB © 2001 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com
    Forum optimized for Mozilla Firefox