Se connecter pour vérifier ses messages privésProfil
Livre du Savoir
Livre de l'Histoire

IndexPortailFAQMembresRechercherS’enregistrerConnexion
Navigation
    Port Nord Tintania Ouest Centre Est Alentours Sud Plan
  • Fermer

  • Silpharion

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum :: Middle Iwy Zone :: Les Registres d'Iwy
    << Sujet précédent :: Sujet suivant >>  
    Auteur Message
    Silpharion


    Hors ligne

    Inscrit le: 02 Oct 2010
    Messages: 2
    Age: 20 ans
    Race: Humain
    Point(s): 0

    MessagePosté le: 02/10/2010 22:50:09    Sujet du message: Silpharion Répondre en citant

    Il faisait noir. Il était dans une position inconfortable. Une langue mouillée ne cessait de le lécher sans doute pour le réveiller. Mais lui n’en avait aucune envie. Il n’en avait plus la force. Pourtant il n’était pas du genre à abandonner : alors il se battit ! Il se battit pour battre des paupières. Il en souleva une puis l’autre mais elles retombèrent aussitôt. Il tenta une nouvelle fois en gardant cette fois-ci entrouvert son œil droit. Puis il revint à la réalité.

    Il recracha brusquement une gerbe d’eau et poussa un soupir ensuite. Que s’était-il passé ? Il se releva péniblement et remarqua qu’il se situait sur un rocher au beau milieu d’un récif ! Il voulait se rappeler de quelque chose mais il avait très mal à la tête. Il passa sa main dans ses cheveux : du sang coulait en faible quantité heureusement. L’eau lui chatouillait les pieds car ils étaient nus. Il regarda partout aux alentours et décida de regagner terre. La traversée fut difficile sous ses pas chancelants : il faillit se ramasser plusieurs fois. Mais il réussit à regagner la plage. Un coffre échoué sur e sable l’attendait. Il fouilla ses poches : rien. Il tâta son coup : il possédait deux colliers dont un retenait une clé. Il la prit et ouvrit le coffre. Une bête poilue et fine semblait s’être endormie à l’intérieur. Il la secoua délicatement et elle s’éveilla calmement. Elle grimpa sur son dos faiblement. Un objet se trouvait au fond du coffre. C’était une sacoche qui contenait un objet lourd. Il l’ouvrit pour en sortir un canif rétractable puis un livre assez épais qui s’intitulait : « A la Mémoire des Pirates ! ». Il y jeta un coup d’œil. Plusieurs biographies y étaient tassées séparées par plusieurs pages blanches. Il tourna les pages, tourna les pages pour en arriver aux dernières où il vit inscrit son nom. A ce moment le vent souffla et un papier volant se pointa devant son visage. Cela ressemblait à un formulaire qu’il pouvait remplir de tête à l’aide de l'ouvrage qui retraçait son histoire.



    Citation:
    Nom : Zelphir
    Prénom : Silpharion
    Race : Humaine
    Age : 20 ans
    Lieu d'habitation souhaité : ???


    Description physique :

    A 20 ans, Silpharion mesurait environ un mètre quatre-vingts et avait un visage aux traits fins comme tout autre humain mais deux détails pouvaient choquer. L’un était ses cheveux mi-longs en bataille : ils étaient argentés ! Cela lui avait valu quelques blagues mesquines auxquelles il répondait par un sourire faisant ressortir le deuxième détail : ils avaient des canines plus longues que la normale. C’était carrément des crocs. Mais le jeune homme apprit au cours de sa vie à vivre avec ses différences. Par contre il était fier d’avoir hérité des yeux bleus océan de sa mère qui lui donnaient un regard très pénétrant. Il n’est pas très robuste mais compense ce manque avec sa rapidité et son agilité ce qui fait de lui un excellent bretteur. Mais il n’est malheureusement pas le meilleur des meilleurs : une longue cicatrice partante de l’épaule droite et descendante vers le côté gauche du bassin en était la preuve.
    Au niveau du goût vestimentaire, il adorait porter un gilet par-dessus son T-shirt. Quand au bas, il coupait souvent la partie gauche de son jean pour qu’il lui arrive au-dessus des genoux. Cela lui donnait un style différent des autres. Il porte constamment sur lui un collier orné de trois cristaux représentant la terre, l’eau et l’air (souvenir laissé par son père).


    Description du caractère :

    C’est un garçon très sensible à la nature. Il se sent en harmonie avec la mer et à une bonne relations avec les animaux bien qu’il passe peu de temps sur terre (ce n’est pas pour autant qu’il s’entendait bien avec les requins !).
    Le caractère dominant chez Silpharion est son caractère enjoué (de temps en temps farceur) et quoiqu’un peu parfois désinvolte. Cependant il est le plus souvent désemparé devant les femmes, surtout si c’est une assez jolie demoiselle… On lui donnait des conseils sur la façon de s’y prendre mais il ne voulait rien entendre : c’était un débrouillard. Et ce débrouillard s’attirait souvent des problèmes. Il avait une volonté de fer, entêté il ira jusqu’au bout du but même si ça rime à de l’inconscience (ne serait-ce qu'aller chaparder une cuisse de poulet à la table d’un roi, la faim l’assaillant fréquemment). C'est de là qu'il puisait toute cette détermination. Mais au fond de lui-même se cachait âme sensible : lors d’un combat, tuer un homme le laissait de marbre mais ce n’est que le soir au repos qu’il était rongé par les remords. Il considérait cette sensibilité comme une faiblesse et donc son ennemie. Mais ce n’était pas la pire de toutes ses ennemis : rien ne rivaliser devant la magie et cela lui faisait peur, c’est pour cela qu’il la haïssait, même si elle avait pour objectif des soins curatifs. Il n’aimait pas non plus les tricheurs et les personnes lâches il pouvait devenir très violent avec eux. Il a le sens de l’honneur et de l’amitié. On peut compter sur lui pour n’importe quelle situation : le fait d’aider ses amis et les rendre heureux le faisait plaisir. Surtout s’il devait ramener ses fesses à une fête. Bon fêtard, il est capable de picoler quelques litres d’alcool avant de faire un bon et long sommeil imperturbable.



    Histoire personnelle :

    Citation:
    Zack Zelphir est tombé amoureux d’une femme très charmante du nom de Reysha qui donna naissance à un nouveau né : Silpharion. Lorsque ce dernier grandit au fil des années, on pouvait remarquer qu’il avait tout hérité de son père sauf des yeux bleus océan et du sourire de sa mère. Son fils était comme tout autre humain, seul la couleur de ses cheveux le différenciait des autres. Ils formaient tous les trois une famille heureuse bien que dès petit, l’enfant commençait à faire les quatre cents coups ! Ses parents l’ont confié à ses grands-parents quand il avait six ans. Ils voulaient voyager en amoureux. Le gamin vit les deux adultes partir mais ils n’étaient à présent jamais encore revenus… Cela le chagrina un long moment : il se sentait abandonné mais il savait bien que quelque chose retenait en fait ses parents. Il ne s’est jamais mis l’idée dans la tête qu’ils auraient pu être morts. Ainsi il resta fort car c’est ce que son père aurait voulu.
    Il vécut pendant trois années avec « les anciens » (c’était comme ça qu’il les appelait). Il leur en avait fait voir de toutes les couleurs : il était turbulent et incontrôlable. Mais ses grands-parents ne pouvaient pas s’en débarrasser en mémoire de Zack et Reysha. Silpharion disparaît souvent pour venir se balader sur la plage. Il s’allongeait et se laisser bercer par le flux et reflux de la mer tout en observant les étoiles. Cela le calmait.

    * * *


    Ne supportant plus d’avoir « ses anciens » dans ses pattes, il fugua et s’embarqua avec discrétion dans un bateau de cargaison. Le début d’une aventure se disait-il… Cela faisait deux jours qu’il restait caché aux yeux des marins et ne sortait de son repère que pour voler de la nourriture. Vint le soir, il avait faim et soif ! L’obscurité de la nuit allait lui faciliter la vie. Mais son entreprise ne se passa pas comme prévu… Il avait réussi à se faufiler jusqu’aux cuisines lorsqu’un bruit sourd retentit. Puis un deuxième… Et encore un troisième ! Il entendit la coque se craquer : non le bateau marchand coulait ! Il se rendit sur le pont en se souvenant avoir aperçu des barques de secours. Tant pis si les matelots le remarquait, il ne voulait pas mourir maintenant. Il ouvrit la porte et s’arrêta devant un spectacle effrayant : des hommes inconnus massacrait tout le monde sur le pont à coups d’épée. Le jeune garçon se retint de crier et retourna à l’intérieur. Il courrait dans tous les sens : il aurait du resté avec ses grands-parents ! Il se trouva dans une chambre et vit un coffre ouvert et rempli de babiole. Il était assez grand pour le contenir. Il s’y installa et rabattit le couvercle. Clic ! Il ne pouvait plus l’ouvrir de l’intérieur ! Il commença à paniquer et perdit connaissance.
    Il battit les paupières. Il voyait de la lumière, puis le bleu du ciel… Il se releva et regarda autour de lui : il était entouré de pirates !
    - Je vais me faire un plaisir de le tuer !
    Un homme barbu au torse nu s’avançait vers lui tout en chancelant. Silpharion esquiva le tranchant de son sabre qui lui aurait pu être fatal. L’instinct de survie se déclencha. Heureusement que le barbu n’était pas dans son état normal : le gamin put lui prendre le couteau que le pirate portait à sa ceinture et, comme celui-ci était affaissé, le poignarda le plus profond qu’il pouvait dans sa poitrine. Il s’écroula, agonisant au sol. Silpharion se tourna vers un autre type qui s’avançait vers lui mais quelqu’un s’interposa entre les deux. Il leva les yeux vers ce grand inconnu : il portait un long manteau noir et un bandana de même couleur sur le front. C’était le capitaine ! De longs cheveux noirs descendaient au niveau de ses épaules et une moustache et une barbe bien taillées dissimulaient ses lèvres. Un large sourire apparut soudainement.
    - Laisse ce garçon tranquille, Hector. C’est vrai qu’il a osé blesser un membre de mon équipage sur mon propre navire. Mais c’était de la légitime défense. Il a su prendre les armes pour défendre sa vie et cela me plaît. Il réagit très vite faisant preuve de malice…
    La plainte de l’homme vaincu s’élevait du sol. Il était en sang. Pan !
    - Se faire battre par un gamin est décevant, tu n’es pas digne d’être un pirate, annonça le capitaine en rentrant son pistolet à silex à l’intérieur de sa veste.
    Silpharion lâcha le couteau de sa main tout en restant calme pour éviter les problèmes.
    - Comment t’appelles-tu mon petit ?
    - Silph… Silpharion monsieur.
    - A présent appelle-moi capitaine petit ! Je te recrute vu que tu as libéré une place de plus sur le navire ! Tu commenceras dès maintenant à frotter les taches de sang qui répugne le sol de mon beau navire, louveteau de mer !

    * * *


    En réalité, le capitaine Slaker, ainsi se nommait-il, pensait bien que le jeune n’allait pas supporter un tel quotiden : il lui avait donné la majorité des tâches ingrates. Vu qu’aucun de ses sous-fifres voulaient s’en occupait, il sauta sur l’occasion. Ainsi dès qu’il sortait sur le pont, il se délectait parfois de le voir travailler avec un sourire sadique. Silpharion voulait à tout prix quitter ce rafiot de malheur et regagner terre mais s’il voulait atteindre ce but, il devait survivre. C’était pour cela qu’il obéissait en se soumettant. Il fut de corvée une année entière. Il en pouvait plus, assommé par la fatigue. Il aurait volontiers donné depuis longtemps son corps aux requins si un membre de l’équipage ne l’avait pas soutenu. On l’appelait Jeycht et avait une quarantaine d’années. C’était le plus sympathique des pirates à bord. Quand c’était l’heure de se mettre à table, personne ne laissait de place au gamin et en plus on lui servait une maigre ration. Le pirate au grand cœur, qui était un excellent maître d’armes, le prit sous son aile. Il était devenu son gardien en quelque sorte. Personne n’osait s’interposer dans cette relation, même pas le capitaine qui considérait Jeycht comme un frère. Il râla juste comme il aimait souvent faire d’ailleurs. Mais il voulait savoir la raison pour laquelle il portait cette attention sur ce… vaurien. Et celui-ci répondit qu’il ressemblait à son fils qui avait quitté ce monde il y a trois ans. Silpharion pouvait donc s’appuyait le maître d’arme. Il se voyait au moment des repas mais aussi la nuit quand tous les deux étaient de garde. Le garçon appris alors l’histoire de la piraterie et écouta attentivement les aventures et mésaventures trépidante de Jeycht. C’était tellement passionnant que quelque part il voulait devenir un pirate lui aussi. Il considérait l’homme qui le côtoyait plus comme un ami qu’un ennemi.
    Vint un jour où il en eut assez d’être traiter comme un chien par le capitaine Slaker et il le lui fit savoir. Ce dernier rigola un moment car un être inférieur à lui osait défier ses ordres et cela le mit ensuite en rogne. Jeycht lui ne savait pas dans quel côté se mettre : il était quelque part en accord avec son supérieur car il le respectait mais il devait avouer que le jeune mousse était un peu maltraité. Il proposa un arrangement : un duel maître d’armes contre capitaine. Si ce premier remportait le combat, la liberté de Silpharion serait rendue mais s’il perdait… il laisserait le capitaine choisir la punition qu’il convint au petit insolent. Slaker y réfléchit longuement… et accepta le défi en précisant que le maître d’armes avait fort intérêt de gagner sinon il couperait un doigt au jeune. Silpharion ravala sa salive.
    L’heure était venue. L’équipage était réuni, disposée en cercle. Les pirates profitèrent de ce grand évènement pour parier quelques uns de leur trésor sur le vainqueur. La plupart d’entre eux faisait confiance au capitaine. Silpharion espérait qu’ils avaient fait le mauvais choix. Les deux épéistes s’avancèrent et s’arrêtèrent face à face. Ils se saluèrent. Ils tenaient chacun une rapière : le capitaine avait eu le choix de l’arme puisqu’il était celui qui avait reçu le défi. Un costaud jouait le rôle de l’arbitre et il lança le duel ! Les deux duellistes se mirent en garde avançant petit pas par petit pas vers l’autre. Le garçon aux cheveux argentés se mordait déjà les doigts. Ils se rapprochaient encore et encore. Qui allait porter le premier coup ? Ce fut Jeycht en exécutant une fente. Technique risquée que para avec facilité Slaker. Et ce fut ensuite une série d’enchaînement. Les armes s’entrechoquèrent toutes les une et deux secondes : c’était très rapide. Chaque geste était important aussi bien la manière de bouger ses bras que ses jambes. Mais on pouvait distinguer deux styles différents : le capitaine se battait de face alors que son opposant de profil avec une main derrière le dos. Les pirates autour de lui chahutaient encourageant chacun leur champion. Mais l’expert en armes du navire reculait progressivement : commençait-il à faiblir ? Silpharion regardait ses doigts et rien que de penser qu’il allait sûrement en perdre un lui donnait la nausée. Soudain quelqu’un arracha un cri. Il reporta son attention sur le duel et vit une belle plaie en train de saigner sur le flanc de Jeycht. Par contre la bataille n’était pas encore finie tant qu’il n’avait pas abandonné. Il tenta un coup d’estoc que le capitaine bloqua et riposta. Les rapières s’entrechoquèrent, les visages des deux hommes perlant de sueur n’étaient qu’à quelques centimètres d’écart. Tout l’équipage retenait son souffle. Slaker sourit comme s’il avait déjà gagné. Jeycht n’allait plus tenir le coup… Pourtant, profitant de la perte d’attention de son commandant, il força sur l’épée pour le déstabiliser et ainsi pivoter rapidement afin de lui faire un croche-patte. Le capitaine tomba à terre et fut paralysé par une lame qui lui pointait la gorge. Le maître d’armes marcha sur la main de l’homme couché à terre pour qu’il lâche son arme. Celui s’avoua vaincu. Des cris de joie et de mécontentement s’élevèrent. Jeycht aida Slaker à se relever et celui-ci au lieu de bougonner, lui offrit une accolade. Et chose promise, chose due l’époque de la corvée n’était plus qu’un lointain souvenir pour Silpharion cependant il était placé sous la tutelle du vainqueur. Le capitaine songea alors qu’il devrait maintenant se trouver un autre souffre-douleur…

    * * *


    Par la suite ce ne fut que du pur bonheur ! On enseigna à l’apprenti pirate tout ce qu’il fallait savoir sur un navire, les nœuds marins et différentes manipulations importantes (à part le nettoyage du pont bien sûr). Il devint aussi l’élève de Jeycht : il lui donnait du fil à retorde car il ne retenait pas la plupart de ses coups même s’ils luttaient avec une épée en bois. Silf’ ressortait avec de multiples bleus. Mais il s’acharnait pour progresser chaque jour davantage car son nouveau but dans la vie était de surpasser son maître. Il y avait encore un très long chemin à parcourir. Ses relations avec les autres passagers du navire s’améliorèrent au fur et à mesure du temps : il faisait maintenant partie de cette grande famille. Seul le commandant avait du mal à approuver cette idée. Pour preuve, lors de courtes escales il tenta deux fois d’appareiller en le laissant seul sur la terre ferme. Heureusement qu’il y avait quelqu’un qui pensait toujours à lui ! Le jeune homme voulait monter dans l’estime de son capitaine alors la journée il s’activait sur le pont à pratiquer les tâches à sa portée. Dès qu’il avait du temps libre, il s’entraîna avec son meilleur ami. Le soir, il refusait de dormir dans les cabines et préférait rester allongé dans son hamac en regardant les étoiles : il en profitait pour faire le guet bien que le sommeil le rattrapait rapidement.
    Et ce fut l’âge de l’adolescence. Silpharion se maintenait en forme physiquement en effectuant le train-train quotidien sans négliger ses leçons d’escrime. Il grandissait et les pirates du bord le jugèrent capable de participer aux grandes festivités où la bonne nourriture et l’alcool étaient les bienvenues. Après avoir goûté un peu à tout et rejeté à la mer ce qu’il n’arrivait pas à digérer, il conclut que ses boissons favorites étaient le cidre et l’hydromel. Tout était bien beau mais il ressentait l’envie de joindre ses forces dans les assauts des navires marchands. Il a du argumenter longuement avant d’avoir la permission auprès du capitaine, ceci dit il avait reçu l’interdiction d’utiliser une arme quelconque sauf si nécessaire. Le garçon fit la moue mais Jeycht lui promis que s’il arrivait à le vaincre, il serait libre de ses actes. L’élève pensait que c’était impossible mais cela le poussa à se surpasser. Affrontements, massacres, pillages, destructions… C’était là la routine du pirate. Voir toutes ces victimes périr le faisait mal au fond de lui et ce fut pire lorsqu’il tua sa première. Mais il s’habitua au fil du temps bien qu’il transperçait ses ennemis de sa lame si nécessaire et prier le soir pour le repos de ces âmes. Le capitaine Slaker se faisait remarquer partout où il passait avec son navire. Un peu trop même. Sa tête était même mise à prix. Il fut pourchassé et réussit à échapper à son poursuivant avec tant de bien que de mal. Il décida de se faire oublier quelques temps en voyageant à la découverte des territoires du Nord.
    C’est là-bas que Silf’ devint un homme. Il n’égalait toujours pas Jeycht mais il était bien parti pour. Son grand ami l’autorisa alors à utiliser les armes quand il le voulait approuver par le capitaine qui, avec le temps, s’était fait à l’idée que ce jeune était un bon élément dans son équipage. C’est Silpharion qui était heureux ! Enfin ce n’était pas permanant : il commençait à ressentir la morsure du froid et à tomber malade. Il évitait donc de se reposer dehors et passait plus dans temps dans le navire. Il commença à porter une veste qu’il trouva que ça lui donnait la classe comme le Slaker avec sa cape et son bandana ou Jeycht avec son énorme tatouage sur le torse. Mais il la trouvait encombrante limitant certains de ses mouvements.

    * * *


    Le temps paraissait long… trop long même sans aucune action réelle jusqu’au jour où une jolie jeune fille avait été repêchée à la mer. Silf’ prit soin d’elle quelque temps car elle était totalement perdue : elle ne se souvenait plus de qui elle était. Le capitaine décida de la débarquer au prochain accostage mais pendant ce temps une relation se tissait entre la belle et le jeune homme et ils tombèrent amoureux. Il faut dire que Silpharion était ensorcelé par son charme irrésistible. Les autres pirates admettaient qu’elle était étonnement séduisante mais savaient tous que : « Une femme sur un bateau, ça porte toujours malheur. » Et ils avaient totalement raison ! L’étrange femme s’était à un moment rebellée en s’attaquant à tous ce qui était à sa portée en utilisant de la magie ! Elle calcinait le bois, éjectait quelques pirates du bord… Jeycht fut même gravement blessé, la sorcière ayant retournée son épée contre lui-même. Elle criait à tue-tête qu’elle haïssait les pirates. Avant qu’elle ne cause d’autres dégâts importants, Silpharion dut se résoudre à faire un choix crucial : soit tuer sa bien-aimée ou soit laisser tous ses amis mourir. Il tenait un pistolet en main et visait la sorcière. Il l’interpella alors car tirer dans le dos de quelqu’un était considéré comme un acte d’extrême lâcheté. Elle se retourna. Le regard pétillant qu’il avait connu avait complètement disparu. Il appuya sur la gâchette… Slaker s’était élancé à ce moment là, rapière à la main et la sorcière ne savant que faire fut transpercée d’une balle au cœur puis trancher en deux. Une fumée noire s’échappa alors de son corps et fonça en direction du tireur. Il roula sur le côté à temps pour esquiver le sort. Malheureusement la chose fit demi-tour et percuta violemment sa poitrine, le projetant sur quelques mètres. Il perdit connaissance.

    * * *


    Il se réveilla en bâillant. Il avait fait une longue sieste ! Il s’étira de tout son long puis s’assit. Un camarade qui attendait son réveil, s’exclama et prévint tout le monde. Silpharion sortit de la pièce sur des pas mal assurés pour remonter sur le pont. En arrivant, il reçut de nombreuses accolades tout le monde était content de le revoir sur pied. De même pour Jeycht qui l’accueillit à bras ouvert… du moins il aurait voulu mais il maintenait son corps à l’aide de béquilles en bois. Quant au capitaine, il était toujours en forme. Le jeune homme appris qu’il était tombé dans un profond sommeil et n’était revenu sur Mer que quatre jours plus tard. On lui passa un miroir et lui demanda de sourire : ses canines s’étaient légèrement allongées, elles ressemblaient à des petits crocs. C’était à coup sûr à cause du dernier sort de la sorcière. Silf’ eut peur qu’il y eut une autre modification quelconque de son état mais fut rassuré lorsqu’on lui rapporta qu’à part ça il avait gardait sa forme humaine et ne s’était pas transformé en un monstre sanguinaire mangeur de pirates. Tout l’équipage à bord se mit à rire ! Mais l’euphorie fut de courte durée…
    Un son lointain se fit entendre. Ce son était familier à tous : un boulet de canon se dirigeait sur eux ! Un navire se rapprochait dangereusement et les canardait. Slaker ordonna à tout le monde de lever les voiles mais il considéra le bateau adverse trop rapide. L’affrontement était inévitable. Jeycht se sentait dans l’incapacité de se battre au corps à corps alors il se mit au tir à distance. Les pirates se séparèrent en trois groupes. Le premier était celui de Jeycht restant sur le navire pour affronter l’ennemi et défendre le navire. L’autre groupe était composé d’artilleurs qui armaient les canons et lancer le feu par ordre du capitaine. Ils iraient rejoindre la première équipe sur le pont lorsque l’ennemi débarquera. Quant au reste de l’équipage comprenant mené par le commandant de bord, ils étaient prêts à envahir le vaisseau ennemi tenant chacun une corde à la main pour basculer d’un bateau à l’autre. Bien qu’il ne se sente pas au top de sa forme, Silpharion prêta main forte au capitaine : pas question pour lui de rester à regarder comment se déroulait la bataille. Après quelques échanges de boulets de canon, le moment tant attendu arriva. Des pirates s’élançaient de toute part à l’accostage. Silpharion atterrit dans le camp adverse. Il constata alors que leurs adversaires, que de grosses brutes, étaient bien supérieur en nombre. Le combat s’annonçait rude. Le capitaine Slaker donna rapidement le signal d’assaut et les épées, les sabres et les rapières s’entrechoquèrent. Silf’ mit en place les techniques que lui avait enseignées Jeycht. Sur le champ de bataille, il fallait avoir l’œil partout car personne n’était à l’abri d’un coup par derrière. Il esquivait, contre-attaquait, se retournait assurant son arrière, s’éloignait pour éviter un coup fatal… « Le combat est un art. » lui avait-on souvent répété. Ce qu’il lui plaisait c’était lorsqu’il avait à faire à deux adversaires en même temps, la tâche se compliquait pour lui et il aimait ça jusqu’à le faire sourire. Ses deux opposants crurent voir des crocs ce qui relâcha leur attention, le jeune homme profita de l’opportunité pour enfoncer la lame de son sabre dans le thorax de l’un des deux. L’autre, revenu à la réalité, reprit le combat. Plusieurs minutes passèrent, le nombre de mort augmentait au fur et à mesure. Il fallait arrêter se massacre et pour cela, un capitaine devait chuter au combat.
    Silpharion se mit à sa recherche en défiant tous ceux qui osait s’opposer à son chemin. Une balle de plomb se planta dans son pied. Cela lui arracha un cri de douleur et il titubait à présent. Mais soudain il vit Slaker affrontant un colosse différent de ses compagnons. Il en déduisit que c’était l’autre capitaine. Slaker était accroupi au sol. Avec le plat de son épée lourde, son adversaire l’assomma en le frappant brutalement. Il allait l’achever en poussant un coup de rage quand Silpharion s’élança et le percuta. Le grand homme musclé vacilla et se retourna : qui l’avait gêné à ce moment propice de la bataille ? Un faible gaillard se tenait devant lui et il allait perdre la vie. Il voulut le taillader de son immense épée mais le jeune homme para à temps. Cependant le coup le déséquilibra et le désarma. Il se trouvait allongé à terre lorsque son adversaire voulut planter son arme dans son corps mais il l’enfonça dans le plancher, Silf s’étant roulé sur le côté, et il essayait donc de la retirer. Silpharion se releva et frappa d’un coup de poing dans le torse de son ennemi mais il rencontra une montagne d’abdos. Il était exténué, son pied le faisait souffrir : il avait besoin d’aide. Le colosse délogea son épée du plancher et attaqua d’un mouvement vertical le jeune homme qui le résistait. Ce dernier s’éloigna d’un pas en arrière mais le bout de l’arme atteignit son objectif : du sang coulait à présent le long de sa poitrine. Il tomba une nouvelle fois au sol et tout commençait à tourner autour de lui. Il distinguait une grande forme floue se dirigeait vers une autre immobile au sol. Son capitaine allait mourir et il était dans l’incapacité de faire quelque chose… mais oui ! Il prit son pistolet dans sa main tremblante, le pointait vers l’ennemi et essaya tant bien que de mal de viser. Sa vision se troublait petit à petit. Il n’allait plus rien voir dans quelques secondes tout comme il n’allait plus y avoir de capitaine Slaker. La présence d’un capitaine déterminé le moral de l’équipage ainsi s’il l’éliminait… Il tira un seul coup de feu et lâcha son arme à feu. Il crut entendre un affreux cri de douleur mais il laissa cela derrière lui à présent. Son heure était arrivé : il ferma les yeux.

    * * *


    Il se réveilla une nouvelle fois dans la chambre. Il avait désormais l’habitude. Mais cette fois-ci, il ne pouvait pas se relevait car la blessure sur son ventre l’en empêchait. Jeycht était assis à côté de lui. Silpharion se sentit soulager : ils avaient gagné la bataille. Mais il voulut savoir comment allait le capitaine mais son grand ami le devança en lui affirmant que tout allait pour le mieux pour lui et qu’il lui devait la vie. Il lui raconta aussi comment le commandant du navire ennemi mourut. Il ne l’avait pas tué mais blessé le bras avec lequel il maniait son arme. Il avait hurlé et un membre de l’équipage réussit à agir rapidement pour lui décapiter la tête. Les combats s’étaient arrêtés : sans capitaine, certains hommes avaient sauté à l’eau et d’autres avaient voulu combattre jusqu’à la mort. Par contre, presque un quart de leurs camarades ont péri.
    Le soir venu, le capitaine allait procéder aux funérailles. Les corps inertes enduits d’huile inflammable reposaient sur deux embarcation, retenues chacune par une corde sur le flanc droit du navire. Les pirates survivants s’étaient rassemblés pour assister à ce moment solennel. Silpharion les avait rejoints bien que l’on lui avait déconseillé de le faire. Ils faisaient tous partie d’une grande famille alors on comprenait qu’il voulait dire adieu à ses amis et frères d’armes. D’ailleurs il n’était pas le seul blessé. Slaker porta son regard vers les défunts et commença son discours :
    « Pirates,
    Je salue votre courage et votre dévouement. Vous m’avez secondé n’importe où à n’importe quel moment. Votre départ précoce me bouleverse ainsi que tout l’équipage. Même les blessés ont tenu à vous dire adieu. Sachez et soyez-en certain, que vous m’observiez et m’écoutiez de la voûte céleste ou des abysses, que vous ne vous êtes pas sacrifiés pour rien. Vous resterez à jamais nos camarades à bord, vous vivrez désormais dans nos souvenirs. Merci pour tout encore et ne vous inquiétez pas, nous nous retrouverons dans ma deuxième vie. »
    Il laissa ensuite les hommes jeter par-dessus bord les trésors qu’avaient ramassés les victimes tout au long de leur vie. Ils firent un moment de silence bien que l’atmosphère était déjà bien calme. Seule la lune les observait. Puis ce fut l’heure des adieux : le capitaine coupa les cordes, alluma deux briquets et les lança dans les embarcations. Ils brûlèrent aussitôt.
    Quelques minutes plus tard, on dressa un banquet à la mémoire des défunts sur le pont du navire. Celui-là se passait sous un quasi-silence total. Slaker décida de le brisé en se levant de son banc et porta un toast :
    « A nos camarades tombés au combat. Ils n’auraient pas voulu qu’on fasse cette tête d’enterrement, alors un peu d’animosité compagnons ! Et… au passage, je souhaite remercier Silpharion de m’avoir sauvé la vie sans lui, je ne serais pas à vos côtés ce soir. »
    Des « Vive Silf’ ! » et des « Hip hip… Hourra ! » fusèrent de part et d’autre. Quant au concerné, il était un peu gêné de toute cette reconnaissance envers son égard. A la fin de la fête, l’ambiance s’étant détendu, le capitaine se dirigea vers le jeune homme avec une boîte dans la main. Il le lui offrit et Silf l’ouvrit. Il découvrit une jeune hermine à l’intérieur. On avait retrouvé l’animal dans une cage dans le bateau ennemi. Silpharion remercia son capitaine en lui promettant de bien s’occuper de la bête. Le commandant se retourna et précisa avant de rentrer dans sa cabine qu’une autre récompense l’attendait dans sa chambre : l’énorme épée du colosse.

    * * *


    Un an passe tellement vite… Il avait aujourd’hui 20 ans et il arriva enfin ce jour-ci à égaler Jeycht en duel. Il mit ensuite la main à la patte en cuisine pour préparer le festin de ce soir… Dehors, le brouillard se levait et la mer s’agitait… Par le grand Léviathan !



    Note : C’est sûrement la dernière fois que Beret Faral, auteur de ces biographies, traça la vie de ses pirates exemplaires. Cependant, je ferais tout pour que ce livre soit à l’abri donc celui qui le récupérera devra en prendre soin de grâce.

    BF


    Signes distinctifs spéciaux : Ses cheveux argentés, ses ‘’crocs’’ et sa cicatrice sur le torse.

    Equipement : Un canif, un livre qu’il transporte dans un sac en bandoulière. Son animal de compagnie est Arkhan c’est une hermine mâle au pelage brun et au flanc blanc par temps chaud et pelage totalement blanc par temps froid. Le bout de sa queue est noir. Particularité : il est aveugle de l’œil droit.

    Appartenance souhaitée à une des quatre Guildes : ???


    Des larmes coulaient sur les joues de Silpharion tout au long de sa lecture. Il venait de se rappeler : le ciel gris, la pluie, la mer houleuse, la tempête puis le chaos. Etait-il le seul miraculé ? Il le pensait et y croyait. Tous sauf lui avaient péri. Pourquoi donc ? Le capitaine était mort, ses amis étaient décédés aussi, ses trophées ensevelis sous les eaux. Il se remémora soudainement les paroles de son chef :

    « Si un jour le destin doit nous séparer, continue à regarder vers l’avant et non vers l’arrière. C’est ton histoire. »

    Il ravala ses larmes et se redressa en regardant vers le continent. Ainsi un nouveau tournant de la page de son histoire débutait. Une nouvelle vie sûrement. Arkhan n’était pas très jovial et plus épuisé qu’autre chose. Le jeune homme savait ce qu’il fallait faire pour qu’il retrouve toute son énergie débordante. Et pour cela, il se dirigea vers ce qui ressemblait à un port en titubant malgré lui, emportant sa sacoche contenant la seul arme dont il disposait : soit un canif et le livre de recueil. Un livre qu’il ne cesserait jamais de lire et de relire afin de garder un souvenir de sa vie d'antan et de celle des autres…


    Fiche de caractéristiques
    Force : 7
    Dextérité : 11
    Constitution : 7
    Intelligence : 9
    Sagesse : 8
    Charisme : 9


    Dernière édition par Silpharion le 17/10/2010 15:37:36; édité 2 fois
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 02/10/2010 22:50:09    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    PNJ Mizien
    MJ/PNJ

    Hors ligne

    Inscrit le: 14 Mai 2008
    Messages: 659
    Age: Bonne question
    Race: Vaste programme
    Métier: Enquiquineur patenté
    Force: variable
    Dextérité: variable
    Constitution: variable
    Intelligence: variable
    Sagesse: variable
    Charisme: variable
    Point(s): 50

    MessagePosté le: 03/10/2010 18:26:34    Sujet du message: Silpharion Répondre en citant

    Bonjour et bienvenue, cette fiche est intéressante mais j'ai quelques soucis avec la démone, et la générosité du capitaine qui semble te prendre en affection très rapidement
    L'histoire de sa vie une fois ce moment arrivée est très....rapide, et peu rédigée, c'est dommage je trouve. Dans le caractère (qui est un peu court) je n'ai absolument pas compris d'où sort la cuisse de poulet

    Donc je te laisse modifier les crocs, la mère;,étoffer le caractère, éventuellement la partie avec le capitaine, même si je peux à la limite comprendre et au niveau carac je ne l'imaginais pas avec une sagesse supérieure à la moyenne, par contre l'intelligence j'aurais dit que si...Bref je te laisse revoir ce point là aussi.

    Bon courage et pense à répondre après édition, qu'on ne t'oublie pas.
    _________________

    <a href="http://www.root-top.com/topsite/melu/in.php?ID=501" target="_blank"><img src="http://i789.photobucket.com/albums/yy171/EdwinMcKilney/MIZ_Accueil/top1.png"></a> <a href="http://www.root-top.com/topsite/korben/in.php?ID=1994" target="_blank"><img src="http://i789.photobucket.com/albums/yy171/EdwinMcKilney/MIZ_Accueil/top2.png"></a> <a href="http://www.root-top.com/topsite/velusia/in.php?ID=2232" target="_blank"><img src="http://i789.photobucket.com/albums/yy171/EdwinMcKilney/MIZ_Accueil/top3.png"></a>

    Lien vers Lianna-Euphrasine-Deianeira-Fleur et Scyllas-Ybydan-Ayana et PNJ Neutre pouvant venir vous embêter en RP.
    Revenir en haut
    Silpharion


    Hors ligne

    Inscrit le: 02 Oct 2010
    Messages: 2
    Age: 20 ans
    Race: Humain
    Point(s): 0

    MessagePosté le: 17/10/2010 15:31:10    Sujet du message: Silpharion Répondre en citant

    Bon me revoilà avec mes modifications :
    - Sa mère n'est plus une démone mais une simple humaine.
    - Le capitaine est devenu plus affreux (mais il est sympa à la fin heureusement ^^)
    - L'histoire trop courte de sa vie s'est allongée. J'ai laissé place à mon imagination débordante donc je crains que ce soit un peu trop long désolé ^^' J'ai insisté sur quelques scènes et intégré un nouveau personnage.
    - J'ai précisé ce que je voulais dire avec la cuisse de poulet bien que ça n'aura aucun impact dans l'histoire : je l'ai évoqué juste pour le fun (j'étais peut-être pas bien ce jour-là =') )
    - J'ai développé un peu plus le caractère du personnage (si vous voulez encore plus, vous pouvez le dire )
    - Je sais pas si vous accepterez un humain avec des canines plus longues que la normale parce qu'il a subit un mauvais sort : si ça dérange, je supprimerais cette idée tant pis.
    - J'avais haussé la sagesse à cause de la volonté de mon personnage mais bon j'ai préféré équilibré sagesse et intelligence plutôt.

    Si d'autres remarques vous viennent à l'esprit n'hésitez pas à m'en faire part ! xP (tant qu'on me dit pas cette fois que l'histoire de mon perso est encore trop courte xD)
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 04/12/2016 02:50:28    Sujet du message: Silpharion

    Revenir en haut
      Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum :: Middle Iwy Zone :: Les Registres d'Iwy Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
    Page 1 sur 1

    Sauter vers:  


    Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
    Powered by phpBB © 2001 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com
    Forum optimized for Mozilla Firefox