Se connecter pour vérifier ses messages privésProfil
Livre du Savoir
Livre de l'Histoire

IndexPortailFAQMembresRechercherS’enregistrerConnexion
Navigation
    Port Nord Tintania Ouest Centre Est Alentours Sud Plan
  • Fermer

  • La Mort a soif

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum :: Iwy, nouveau continent :: Lesnie, quartier Sud :: Les tavernes :: L'alchimiste
    << Sujet précédent :: Sujet suivant >>  
    Auteur Message
    Mort
    Responsable de la guilde des Guerriers
    Responsable de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Juin 2009
    Messages: 455
    Points d'xp:
    Age: 20
    Race: Humain
    Métier: Chasseur
    Force: 19
    Dextérité: 10
    Constitution: 17
    Intelligence: 6+1
    Sagesse: 5
    Charisme: 6
    Point(s): 35
    Fiche: URL
    Mémoire: URL

    MessagePosté le: 29/09/2010 07:58:41    Sujet du message: La Mort a soif Répondre en citant

    L’Hiver arrivait. Il ne pouvait pas se tromper. Beaucoup de signaux le lui disaient comme la force des rayons du soleil, qu’il sentait affaiblie sur sa peau blanche. La lumière prenait des nuances plus chaudes, les lézards s’attardaient plus longtemps sur les cailloux, leurs réflexes étaient plus lents. Et il y avait aussi le noir qui, petit à petit, prenait le dessus sur le jour, en arrivant toujours plus tôt. Mais encore plus que cela, au delà de ces manifestations tangibles, il y avait la perception instinctive de l’Homme du Nord. Un tout petit souffle de vent, caractérisé par une température froide et qui semblait complètement hors de ce contexte d’Eté mûr, un souffle qui se faufilait tout droit dans ses os, tel une flèche. Mort l’avait capté immédiatement, se rendant compte sans devoir y réfléchir que ce souffle déterminait une rupture de l’harmonie, de l’équilibre statique de la saison chaude. Cela ressemblait à un caillou jeté contre un miroir qui, après le coup, se fêle : sur la surface de la glace un millier de rayures paraîtraient, telles une toile d’araignée, et il suffirait d'une petite poussée pour le briser en mille morceaux. Il était conscient que ses peines allaient terminer, que son errance sans cesse à la recherche d’un abri, d’un brin d’ombre, d’une gourde d’eau touchait à sa fin. Son instinct trempé par l’Hiver du Nord ne pouvait pas se tromper.

    Mais , pas plus que les autres, cette considération ne lui arracha ne serait-ce qu’un sourire ; il continua à marcher le long de la rue, saisissant sa lance dans sa main droite et les fermetures de son bouclier dans sa main gauche. Ses yeux, de la même couleur que les nuages qui s’amassaient à l’Est, se plissèrent et ses cheveux noirs lui retombaient en avant, à cause de la brise. Par ce temps là, le ciel risquait d’être couvert en peu de temps, et une averse pourrait s’abattre sur la ville. Apparemment, tout était tranquille. Les gens se débrouillaient pour sortir définitivement du problème de la famine, et il y avait des femmes qui revenaient du port avec des corbeilles remplies de poissons. Le poisson en effet restait le plat principal de la mense de Lesnie, mais se plaindre pour le manque d’assortiment à table semblait fortement déplacé, si on considérait qu’il y avait peu de temps encore les rues de la ville étaient envahies par les cadavres des morts de faim. On pouvait respirer un air sobre mais confiant dans le futur et quelques sourires timides paraissaient sur les lèvres des femmes et des enfants, les éclaircissant. Cela se reflétait même sur le travail du Responsable de la Guilde : comme la nécessité et le besoin s’éloignaient, le nombre de vols était en baisse, et même celui de crimes en général.

    Mort tourna à droite et s’engagea dans une rue qu’il connaissait très bien : il s’agissait de la voie où se dressait l’Etincelle Pourprée. D’ailleurs, il ne fallait pas un grand traqueur pour se rappeler de cela, étant donné que la taverne était placée au bout de la rue, bien visible aux yeux des clients potentiels. Le Nordique fit une grimace : il se souvenait bien de ce qui s’était passé la dernière fois qu’il avait franchi le seuil de cet endroit-là, et il ne voulait ni répéter l’expérience, ni avoir affaire avec une mage damnée. A vrai dire l’expression "franchir le seuil" était un petit peu inapproprié, vu qu’il avait fait sa grande entrée par le vitrail de la fenêtre, mais maintenant il n’avait pas envie de se perdre en détails. Pourtant un peu d’eau pour remplir sa gourde lui aurait été pratique, comme elle était vide : il pouvait aisément le constater en la tâtant. Mais non, il serait mort de soif plutôt que se rendre là-bas. Bah, il pouvait bien supporter avant de revenir à la Caserne, d’autant plus que cela ne faisait que vingt minutes à pieds. Il continuait donc à marcher, jusqu’à ce qu’il aperçut une nouvelle enseigne, bien évidemment fraîchement couverte de peinture : il y avait des desseins qui pouvaient ressembler à une écriture, mais il ne se soucia pas de contrôler, étant donné qu’il ne savait ni lire, ni écrire. Tiens, on avait loué la deuxième taverne du quartier Sud. Peut-être pouvait-il se réapprovisionner là-bas, au lieu que se rendre à l’Etincelle. Il hésita, méfiant, en fixant la porte entrouverte du bâtiment, avant de se décider à s’approcher. Enfin, s’il y avait une nouvelle taverne c’était bien son métier de connaître ce nouvel endroit et de contrôler que tout s’y passe bien. Il appuya la face extérieure de son bouclier sur la porte et poussa, pour faire son entrée.

    _________________
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 29/09/2010 07:58:41    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    Ism du clan d'Iss


    Hors ligne

    Inscrit le: 25 Aoû 2010
    Messages: 52
    Age: 163 ans
    Race: demi elfe (humain-El
    Force: 9
    Dextérité: 12
    Constitution: 9
    Intelligence: 8
    Sagesse: 6
    Charisme: 6
    Point(s): 22

    MessagePosté le: 29/09/2010 19:21:48    Sujet du message: La Mort a soif Répondre en citant

    Ism s'était attelé, en cette belle journée qui tournait à l'orage, à nettoyer toute la vaisselle qui avait pris la poussière depuis tout ce temps où elle n'avait pas servie. Elle était donc derrière le comptoir depuis bientôt maintenant une bonne heure, un chiffon récemment taillé dans sa robe tâchée de peinture à la main, quand un homme entra à l'intérieur.

    Ism posa le verre qu'elle essuyait sur le bar en déclarant tout de suite afin de mettre au clair les choses sans avoir l'air de vouloir mettre l'homme à la porte :


    « Bonjour monsieur, la taverne n'est pas encore ouverte … toutefois dites moi si je peux vous être d'une aide quelconque bien que je crains que vous ne trouverez pas grand chose ici sinon de l'eau. »

    Cela étant dit, Ism entreprit de détailler le nouvel arrivant. Il avait une carrure imposante et il était armé. C'était ce qui importait le plus à la jeune fille. Sachant cela, elle catégorisa la personne comme potentiellement dangereuse et fut heureuse d'avoir son épée sagement posée sous le comptoir. La demi-elfe ne jeta même pas un coup d'oeil pour s'assurer de la présence de l'arme car cela aurait pu mettre la puce à l'oreille de l'homme. Or l'épée bien cachée, il n'y avait normalement pas de raison que le guerrier, quel qu'il soit, ne se doute de sa condition de guerrière ; elle avait les cheveux détachés ce qu'un guerrier aux cheveux longs ne faisaient jamais ; tombant facilement dans les yeux les cheveux pouvaient devenir très handicapant. Ensuite elle portait la deuxième de ses belles robes qui lui restait ce qui contrastait une nouvelle fois avec l'image de guerrier. Même si évidemment ces points risquaient de l'handicaper si l'homme se révélait avoir de mauvaises intentions, peut-être la jeune fille pourrait-elle compter sur l'effet de surprise.

    Ces choses-là mises au clair, Ism entreprit de détailler plus précisément le nouvel arrivant. A sa peau blanche s'opposait des cheveux noirs. L'homme arborait un visage sérieux et Ism se demanda ce qu'il pouvait donner comme impression s'il prenait soin de détendre un peu les muscles de son visage voire de sourire. Car l'homme s'il ne semblait pas enclin à se lancer dans un concours de blagues ne semblait pas pour autant antipathique à la demi-humaine. Enfin bon avant de se faire une idée, il fallait qu'elle attende de voir ce que cet homme voulait, elle ne pouvait baisser sa garde avant même qu'il n'ait fait quoi que ce soit.

    Ayant bien détaillé l'homme, Ism baissa les yeux et entreprit d'essuyer machinalement le comptoir déjà propre. Elle ne voulait pas que son regard gêne l'inconnu mais elle restait en alerte n'oubliant pas que l'homme avec son bouclier et son épée dans le dos était un guerrier.

    _________________


    Sorts de feu ==> mineur
    Revenir en haut
    Mort
    Responsable de la guilde des Guerriers
    Responsable de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Juin 2009
    Messages: 455
    Points d'xp:
    Age: 20
    Race: Humain
    Métier: Chasseur
    Force: 19
    Dextérité: 10
    Constitution: 17
    Intelligence: 6+1
    Sagesse: 5
    Charisme: 6
    Point(s): 35
    Fiche: URL
    Mémoire: URL

    MessagePosté le: 15/10/2010 11:32:34    Sujet du message: La Mort a soif Répondre en citant

    Au fur et à mesure que la porte était ouverte par le Nordique, sa vision de l’intérieur se faisait plus nette : travaux en cours, on aurait dit. En effet l’endroit était dominé par une atmosphère bizarre, qui voyait se mêler la négligence au labeur, le désordre et la méticulosité, la poussière et les reflets des bibelots. Par conséquent l’accueil de l’hôtesse ne l’étonna pas, ses mots ne faisaient que confirmer l’impression du premier coup d'oeil. De surcroît, la femme ne pouvait pas savoir que la seule chose qu’elle pouvait offrir était même la seule chose que l’Homme du Nord désirait, comme il ne touchait pas d’autres boissons, et quant à la nourriture et à un toit pour la nuit il était habitué à y pourvoir par lui-même. Les exigences des deux, donc, semblaient se rencontrer et le Nordique acquiesça de la tête, signe qui valait tant comme consentement que comme salutation. Du coup, il se rendit compte que sa lance l’embarrassait dans un endroit enfermé, mais il ne pouvait pas s’en débarrasser : il fallait donc franchir l’embrasure de la porte de l’"Alchimiste", qu’il remplissait quasi toute à cause de sa carrure et de son bouclier. Une fois à l’intérieur, un grondement se répandit dans l’air, sombre héraut de l’averse qui était en train de rejoindre la ville. Mort déplaça son regard vers la fenêtre la plus grande pour jeter un coup d’œil au ciel : oui, dans cinq minutes il pleuvrait.

    L’Homme du Nord se tourna pour appuyer sa lance contre une paroi, puis enleva de son bras gauche les bandes en cuir qui tenaient le bouclier à son membre et passa la protection en bois et en fer derrière son dos, l’accrochant grâce à d’autres fermetures : maintenant il ressemblait à une tortue. Saisissant une seconde fois sa lance, il s’approcha du comptoir sans hâte et toujours en silence, défilant lourdement parmi les tables vides et accompagné par un léger tintinnabulement de ferraille. Il s’arrêta face à la propriétaire, appuya la lance au comptoir et fixa son visage, alors qu'elle était encore occupée à nettoyer des verres. Il avait donc renvoyé l’examen de son interlocutrice jusqu’à ce moment-là, n’estimant pas que des menaces puissent provenir d’elle. Une jeune à l’air actif, comme le témoignait toute la taverne qu’elle allait ranger apparemment toute seule, et même sa musculature. Mort justement fixa son attention sur les mains de la fille et sur les courbes de ses bras, pour en déduire qu’elle devait être accoutumée au travail et à s’en sortir de situations qui pouvaient lui arriver.

    Le Guerrier baissa sa main gauche et décrocha la petite gourde qui pendait de sa ceinture d’armes, pour la poser sur le comptoir : l'objet s’affaissa immédiatement, prouvant ainsi qu’il était vide. Comme il n’y avait qu’un article à vendre dans la taverne, le chasseur ne jugea pas nécessaire d'ajouter des explications, une chose qu’il appréciait beaucoup dès lors qu’il n’aimait pas perdre sa salive. Il s’accouda sur la surface de bois, la faisant grincer à cause de son poids, puis se tourna pour étudier mieux l’endroit. La fille ne devait pas avoir pris possession de la taverne depuis longtemps –l’enseigne, par exemple, était encore fraîche de peinture et toute nouvelle-, mais personne n’aurait pu dire qu’elle avait été une fainéante : elle avait déjà apporté des modifications à la pièce, dont la plus considérable était la fabrication d’une estrade en bois, un peu brute, bien sûr, mais à l’air solide et pratique. Il était donc évident qu’elle devait déjà avoir les idées très claires sur ce qu’elle envisageait pour le futur. Quelques spectacles, probablement. Une bonne trouvaille, cela contribuerait à distraire les citoyens et à les réjouir. Des petits coups contre la vitre des fenêtres poussèrent le Responsable de la Guilde des Guerriers à jeter son regard vers l’extérieur : la pluie annoncée auparavant par le grondement les avait rejoints. Il fut heureux de se trouver à l’abri, dans ce lieu silencieux et qui transmettait de la paix. Il pourrait attendre quelque peu que l’averse cesse, et se reposer. Il rangea négligemment le bandage noir qui lui entourait l’avant-bras gauche et croisa une seconde fois le regard marron de la propriétaire du bâtiment.

    _________________
    Revenir en haut
    Ism du clan d'Iss


    Hors ligne

    Inscrit le: 25 Aoû 2010
    Messages: 52
    Age: 163 ans
    Race: demi elfe (humain-El
    Force: 9
    Dextérité: 12
    Constitution: 9
    Intelligence: 8
    Sagesse: 6
    Charisme: 6
    Point(s): 22

    MessagePosté le: 15/10/2010 18:15:09    Sujet du message: La Mort a soif Répondre en citant

    Allons bon l'homme qui finit par s'avancer dans la salle ne semblait pas un grand bavard : il s'en tint à un simple salut de la tête … à moins qu'il ne contentât de souligner de cette manière qu'il avait bien compris les paroles de la jeune fille et que cela lui convenait ? Ism n'en était pas bien sûre, peut-être même était-ce les deux. D'ailleurs le peu que la jeune demi-elfe avait à lui offrir ne semblait pas décourager l'homme qui s'avança, après avoir mis son bouclier dans son dos lui donnant un air de tortue géante ; cela aurait pu sembler drôle à voir mais cela ne l'était pas : l'homme avait quelque chose de majestueux avec sa forte carrure qui faisait que même cela ne le ridiculisait pas. Le guerrier avait aussi repris ensuite la lance qu'il avait posé contre le mur pour effectuer cette tâche.
    Alors qu'Ism était encore en train d'essuyer le comptoir, l'homme posa sa gourde vide sur le comptoir faisant ainsi comprendre qu'il aimerait qu'elle la remplisse. Ism haussa un sourcil et leva les yeux sur l'homme et ce qu'elle vit la réconforta : il n'avait pas cet air des gens méprisant qui s'attendent à ce que vous soyez à leur pied. Le geste de l'homme n'était donc pas humiliant mais juste le fait d'un manque de loquacité. Très bien, Ism n'avait jamais forcé personne à parler cependant cela supposait aussi pur elle que personne ne devait l'obliger à se taire. Aussi la jeune demi-humaine lança :


    « Eh bien si de l'eau te suffit, je vais t'en chercher. »

    Ism tourna les talons et s'éloigna vers la porte qui menait à la cuisine. A mi-chemin, la jeune fille se rendit compte qu'elle était désarmée. Elle se força à respirer calmement : elle n'était plus sur les routes, elle n'avait plus besoin de se méfier autant qu'avant ; un voleur ne se baladerait pas avec sa lance en main bien en vue. D'ailleurs il n'y avait rien à voler ici alors pourquoi s'inquiéter ? Elle n'avait pas d'alcool à proposer à l'homme donc il n'y avait aucun risque que, ivre, il n'aille faire quelques dégâts dans sa taverne qu'elle essayait tant bien que mal de rendre accueillante.

    Ism poussa la porte et pénétra dans la cuisine où trônait encore les tables qu'elle avait à descendre à la cave. Tiens ne pouvait-elle pas demander à cet homme ? Bah inutile, elle finirait bien par trouver une solution. La jeune fille sortit par la porte arrière jusqu'à la pompe qu'elle actionna. Dehors il pleuvait des cordes à présent et la jeune fille qui avait jeté une cape sur ses épaules fit en sorte de se dépêcher. Ism s'était déjà servie de la pompe mais dans sa précipitation, elle oublia que le jet était puissant et pour la énième fois -car elle oubliait souvent en vérité, la jeune demi elfe se retrouva avec le bas de la robe maculée de gouttes d'eau et les pieds trempés. La jeune fille poussa un juron qu'elle espéra tout de suite après l'avoir exprimé qu'il ne s'entendrait pas de l'intérieur de la taverne et ce fut en grommelant qu'elle revint. Toutefois elle essaya de faire bonne figure en revenant malgré l'inconfort de ses pieds trempés et gelés et elle déclara en tendant la gourde à l'homme :


    « Il pleut des trombes dehors mais ce n'est sûrement qu'une averse passagère, vous pouvez rester ici en attendant que ça se calme si vous le désirez. »


    Ism tripota machinalement un lacet qui pendait de sa manche puis ne sachant que faire, reprit le chiffon en main et continua ce qu'elle faisait avant que l'homme n'arrive perturber sa tâche de la journée -très passionnante il fallait dire- de laver les verres.
    _________________


    Sorts de feu ==> mineur
    Revenir en haut
    Ilidlin
    Responsable de la guilde des Marchands
    Responsable de la guilde des Marchands

    Hors ligne

    Inscrit le: 13 Mai 2009
    Messages: 406
    Points d'xp:
    Age: 32 ans
    Race: Humaine
    Force: 9
    Dextérité: 13+2
    Constitution: 9
    Intelligence: 14
    Sagesse: 6
    Charisme: 10
    Point(s): 14

    MessagePosté le: 16/10/2010 11:28:01    Sujet du message: La Mort a soif Répondre en citant

    Satané pluie. Ilidlin, alors qu'il se dirigeait vers chez lui, tout fier de pouvoir arborer sa nouvelle arbalète toute fraîchement sortie de chez Nadrind'el, avait été surpris par la soudaineté de l'averse. Après avoir attendu quelques minutes sous un toit, et s'être rendu compte qu'il était tout autant trempé que tout les pauvres hères qui couraient sous l'ombre des nuages, il avait décidé de se réfugier au premier endroit sec venu. Qui se trouvait être cette auberge dans laquelle il venait d'entrer, dont il n'avait même pas eu le temps de lire le nom. Il savait juste qu'il n'y était encore jamais venu.

    Le ménestrel secoua sa tignasse, éclaboussant par la même occasion tout ce qui se trouvait autour de lui. C'était à dire pas grand chose. Mais bref. Il s'avança dans la salle, reluquant le peu de choses qui y trônaient. L'auberge n'était peut-être pas encore ouverte. Car si Ilidlin n'y avait jamais posé les pieds, c'est qu'elle était nouvelle. Tant mieux. ca ferait un nouvel endroit ou il pourrait tendre les sombres rets de sa surveillance. Tout les ragots commençaient et finissaient dans les tavernes, et Ilidlin était souvent là, à laisser trainer ses oreilles contre une chopine, à la recherche de quelqu'information qu'il ne connaitrait pas encore. Et cela ferait un nouveau patron qu'il pourrait soudoyer, de temps en temps.
    Patron... Ou patronne.

    Car c'était bien une femme qui semblait s'activer. Et elle était reluquée par un grand gaillard qui semblait attendre il ne savait quelle échéance.
    Il rompit le silence qui trônait dans la salle en s'annonçant.


    -Bonjour tout le monde ! Serait-ce possible d'avoir quelque boisson qui puisse réchauffer mon corps refroidi ?

    Il se para d'un sourire avenant.
    _________________
    Le savoir, c'est le pouvoir. Gardez-le bien !

    Spécialité : Vol.


    Ilidlin dans sa jeunesse

    ...Guilde des voleurs...
    Revenir en haut
    Mort
    Responsable de la guilde des Guerriers
    Responsable de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Juin 2009
    Messages: 455
    Points d'xp:
    Age: 20
    Race: Humain
    Métier: Chasseur
    Force: 19
    Dextérité: 10
    Constitution: 17
    Intelligence: 6+1
    Sagesse: 5
    Charisme: 6
    Point(s): 35
    Fiche: URL
    Mémoire: URL

    MessagePosté le: 21/10/2010 08:49:40    Sujet du message: La Mort a soif Répondre en citant

    L'hôtesse avait un regard curieux et vif, qui le toisa de la tête aux pieds, ou mieux à la taille, étant donné que le reste du corps du Nordique était caché par le comptoir. Il semblait qu’une question muette restait suspendue, une fois qu’elle fixa son bouclier, assuré par des lacets au dos du Nordique. En y repensant, Mort ne pouvait pas dire avoir vu une coutume pareille chez les Iwyens, probablement car ils ne connaissaient pas les habitudes de quelques corps de mercenaires de l’Ouest du Vieux Continent. Il leva alors son bras gauche, le pliant jusqu’à arriver à toucher le bouclier-même de son pouce gauche :

    « Ça prévient les couteaux traitres … » Il étouffa un bâillement de la même main, avant de terminer son explication « …et ça laisse les mains libres ».

    La perplexité de la fille face à la gourde vide s’évanouit bientôt et elle lui confirma avoir saisi au vol ses exigences, sans que le Guerrier doive rien ajouter. De cette façon, et seulement par l’emploi d’une phrase, elle avait pris soin de ne pas perturber la paix et le silence dans lequel Mort s’était plongé, chose qu’il appréciait vraiment. Évidemment l'hôtesse, quoique jeune, connaissait bien son métier et elle savait encadrer ses clients dès le premier coup d’œil ; si c’était vrai, cela pouvait constituer une qualité à exploiter même pour lui, en qualité de Responsable des Guerriers. Par exemple, si dans le quartier se cachait quelques hommes recherchés, ou sur lequel pesaient des soupçons, la demi-elfe pourrait peut-être l’aider, en identifiant les suspects par leurs attitudes. Toujours en admettant qu’elle lui révélerait ses conjectures, chose à laquelle il doutait un petit peu : si la population venait à savoir qu’elle passait des informations aux Guerriers, peut-être aurait-elle une baisse de revenu. Mais enfin, ce n’était pas un sujet à aborder tout de suite, maintenant il pouvait bien se réjouir du confort de l’ "Alchimiste" et basta. Il acquiesça de la tête pour la deuxième fois, à la proposition de la femme, puis en suivit le pas du regard, pendant qu’elle s’éloignait de lui.

    Mort se replongea dans ses pensées, maintenant qu’il était seul. Il jeta un coup d’œil au-delà du vitrail, vers l’extérieur, au paysage mouillé par la pluie et à sa lumière sombre, a son ciel couvert de nuages et…

    Ils vont,
    ils viennent,
    parfois ils s’arrêtent,
    et quand ils s’arrêtent
    ils sont noirs, tels un corbeau
    il semble qu’ils te regardent d’un mauvais œil

    Parfois ils sont blancs,
    et ils courent
    et ils se changent en héron
    ou en brebis,
    ou en d’autres bêtes,
    mais cela c’est les enfants qui le voit mieux
    les enfants, qui jouent à les poursuivre pour beaucoup de mètres…


    la poésie se dissipa dans l’esprit de l’Homme du Froid, laissant place au cliquetis des gouttes d’eau contre la vitre. Oui, Valgard était fort, un grand travailleurs, mais il avait même le cœur gentil. Valgard était à même d’épanouir les nuits les plus noires, suite à une journée très lourde, quand l’espoir abandonnait les cœurs des prisonniers et que le fouet avait été implacable. Mais la mine avait été plus forte que lui, et maintenant son corps était parmi les autres, dans la fosse commune. Les lèvres de Mort se plièrent vers le bas, lui donnant un air triste et enragé à la fois. Un frisson lui parcourut le dos, et il arrangea mieux son bandage noir qui entourait son avant-bras gauche, d’un geste instinctif.

    L’écho d’un juron arriva aux oreilles du Nordique. Aucun doute, cela provenait de la bouche de la fille qui était censée de lui remplir la gourde. Cet épisode contribua à atténuer le souvenir de son ami et, même s'il ne lui arracha pas un sourire, l’aida à s’échapper des tentacules de son passé. La fille était vraiment décidée, alors ! En effet elle revint à lui en boudant, le bas de sa robe trempée et ses chaussures clapotant, probablement car elles étaient pleines d’eau. Mais la sang-mêlé s’efforça en tout cas de lui sourire, et lui rendit sa gourde pleine, en ajoutant qu’il pouvait bien rester encore un peu dans sa taverne et qu’il pleuvait de cordes.

    « Au moins vous auriez eu moins du mal à la remplir… »

    Mort indiqua de son menton la pluie qui sévissait au dehors, comme si la femme avait pu remplir cela par l’eau de pluie. En effet il avait imaginé que l’hôtesse remplissait sa tâche dans les cuisines, mais évidemment les travaux pour le démarrage de l’entreprise en étaient encore au début et elle, en étant toute seule, procédait lentement. Mort la dévisagea pendant qu’il rattrapait sa gourde : elle avait des mèches collées au visage à cause de la pluie, et des gouttes d’eau se condensaient au dessous de son menton. Du coup, le Guerrier déclara :

    « Pendant que je reste ici, je pourrais vous aider à ranger quelque chose… ».

    L’offre avait été faite d’un ton calme et grave, et la question resta dans l’air pendant quelques instants, avant que la porte de l’ "Alchimiste" ne s'ouvre de nouveau, pour laisser entrer un deuxième client. L’Homme venu du Nord resta immobile contre le comptoir, continuant à montrer le dos protégé par le bouclier à l’inconnu. Il n’avait pas reconnu la voix d’Idilin et il avait jugé prudent de ne pas se tourner et de se montrer intéressé par le nouveau arrivé ; il connaissait les lois qui réglaient les tavernes, ce code non écrit qui se transmettait de génération en génération de clients, plus ou moins probes, et il était bien décidé à le respecter, quoique beaucoup de gens à Lesnie connaissaient son rôle dans la Guilde des Guerriers.
    _________________
    Revenir en haut
    Ism du clan d'Iss


    Hors ligne

    Inscrit le: 25 Aoû 2010
    Messages: 52
    Age: 163 ans
    Race: demi elfe (humain-El
    Force: 9
    Dextérité: 12
    Constitution: 9
    Intelligence: 8
    Sagesse: 6
    Charisme: 6
    Point(s): 22

    MessagePosté le: 22/10/2010 12:20:52    Sujet du message: La Mort a soif Répondre en citant

    Ism sourit à la plaisanterie de l'homme. Effectivement dehors il pleuvait des cordes. La jeune fille était heureuse d'être dans sa taverne au chaud. Quoiqu'il n'y faisait pas si chaud que cela. Rapidement viendrait le temps où il faudrait entretenir un feu allumer dans la cheminée afin de maintenir ici une chaleur agréable pour les clients mais aussi pour elle-même car à travailler dans un endroit glacé, elle ne ferait pas long feu.

    Il y eut un silence puis l'homme proposa son aide. Ism hésita : certes cela pouvait lui être utile un peu d'aide, d'un autre côté cela l'embêtait de se faire aider par un client. Évidemment ce n'en était pas vraiment un : la taverne n'était pas ouverte. Cependant à partir du moment où elle était derrière le comptoir et lui devant la relation restait la même : elle était tavernière et lui client. De plus il lui restait encore un bon mois avant qu'elle n'ouvre la taverne, elle aurait le temps de demander de l'aide plus tard. En même temps c'était un peu bête de refuser une offre pour avoir plus tard à demander.

    Ce moment de réflexion ôta à la jeune fille la possibilité de répondre : un homme pénétra plein d'énergie dans le bâtiment. En voilà un que le mauvais temps ne déprimait pas et qui reportait à plus tard son problème. Peut-être qu'elle aurait à le regretter mais tant pis. Tout de même cela faisait beaucoup de monde qui venait dans sa taverne fermée. Peut-être devrait elle indiquer sur la porte ce fait, il était vrai que de dehors on ne pouvait pas le deviner. En même temps cela lui permettait de faire connaissance avec les gens qui passaient dans le coin avant d'ouvrir afin de se familiariser un peu avec ce nouveau métier. Car quand elle ouvrirait elle aurait peut-être plus qu'une ou deux personnes dans sa taverne et elle devait apprendre à être à l'écoute de chacun mais aussi à surveiller tout ce beau monde tout en effectuant son travail le plus efficacement possible.

    Le nouvel arrivant les salua et demanda quelque chose pour se réchauffer. Là Ism eut une grimace embarrassée.


    « Bonjour Messire. La taverne n'étant pas encore ouverte, je n'ai que de l'eau -chose dont je conçois parfaitement que vous puissiez être fatigué rien qu'en voyant ce qu'il tombe dehors ... »


    La jeune fille savait que l'homme allait très probablement être mécontent. Refuser de l'alcool à un homme était rarement aisé surtout si à la place vous lui proposiez de l'eau. Pour pallier à l'éventuel colère de l'homme, la jeune fille ajouta parfaitement calme :


    « Mais peut-être puis-je vous allumer un feu si vous tenez à avoir un peu de chaleur … certes ce ne sera pas la même mais elle sera peut-être un peu plus … effective ? »


    Ism finit sa phrase avec un petit sourire ironique. Ce n'était pas demain qu'elle se laisserait impressionner par un homme.

    _________________


    Sorts de feu ==> mineur
    Revenir en haut
    Ilidlin
    Responsable de la guilde des Marchands
    Responsable de la guilde des Marchands

    Hors ligne

    Inscrit le: 13 Mai 2009
    Messages: 406
    Points d'xp:
    Age: 32 ans
    Race: Humaine
    Force: 9
    Dextérité: 13+2
    Constitution: 9
    Intelligence: 14
    Sagesse: 6
    Charisme: 10
    Point(s): 14

    MessagePosté le: 22/10/2010 16:04:03    Sujet du message: La Mort a soif Répondre en citant

    Ilidlin fut confronté à ce qu'il se plaisait à appeler un accueil mitigé. On ne semblait pas vouloir le mettre dehors, ce qui constituait la bonne partie de la chose. Mais l''homme au centre de la pièce ne daigna même pas lui jeter un maigre coup d'oeil. Il préféra marmonner quelque chose à l'adresse de la seule serveuse présente dans l'auberge déserte, qui pourtant n'était pas des plus mignonne.
    Enfin, pensa le ménestrel, il arrive que certains se focalise sur des êtres de sexe opposé n'étant pas de la première fraîcheur par manque de meilleures occasions.
    Mais il était vrai aussi que de temps en temps, une fille des plus mignonne pouvait atteindre un niveau plutôt bas lorsqu'on arrivait aux affaires plus intimes. Esquissant une courte grimace, Ilidlin remballa les quelques mauvais souvenirs qui lui remontèrent à la tête et s'approcha du comptoir. A peine faisait-il quelques pas que la femme lui adressa la parole.


    « Bonjour Messire. La taverne n'étant pas encore ouverte, je n'ai que de l'eau -chose dont je conçois parfaitement que vous puissiez être fatigué rien qu'en voyant ce qu'il tombe dehors ... »

    Le ménestrel sourit du léger trait d'esprit. Au moins n'était-elle pas gourde, ou pas trop, car il était dur de juger une personne sur une seule phrase.

    « Mais peut-être puis-je vous allumer un feu si vous tenez à avoir un peu de chaleur … certes ce ne sera pas la même mais elle sera peut-être un peu plus … effective ? »

    Elle semblait gênée de n'avoir rien d'autre à lui proposer.

    -Un feu ne serait effectivement pas de refus, ma bonne amie, lança-t-il sur un ton amical. Et un verre d'eau iras très bien. Il iras lui même se réchauffer auprès du foyer avant de me servir, et voilà que seras contenté mon besoin de chaleur liquide. Serait-il possible d'abuser de votre générosité et d'avoir de quoi poser mon humble postérieur ?

    Ilidlin sourit d'un air avenant. Il tombait bien, car il n'était pas sur que cette auberge inconnue fut recensée parmi les marchands.

    -A moins que je ne dérange ? reprit-il. Sinon, je suis sur que vous et notre ami aurons de nombreux sujets de discussion à partager par cas journées ombrageuses et déprimantes.

    _________________
    Le savoir, c'est le pouvoir. Gardez-le bien !

    Spécialité : Vol.


    Ilidlin dans sa jeunesse

    ...Guilde des voleurs...
    Revenir en haut
    Mort
    Responsable de la guilde des Guerriers
    Responsable de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Juin 2009
    Messages: 455
    Points d'xp:
    Age: 20
    Race: Humain
    Métier: Chasseur
    Force: 19
    Dextérité: 10
    Constitution: 17
    Intelligence: 6+1
    Sagesse: 5
    Charisme: 6
    Point(s): 35
    Fiche: URL
    Mémoire: URL

    MessagePosté le: 26/10/2010 10:31:42    Sujet du message: La Mort a soif Répondre en citant

    Aucune réponse. Pourtant, la fille sembla avoir pris au sérieux l’offre du Nordique de l’aider. Peut-être qu’elle se sentait un peu rabaissée par cette offre, car la taverne était à elle et donc toute tâche ne devait que retomber sur ses épaules. A sa place Mort chercherait à se débrouiller tout seul, histoire de montrer à tout le monde qu’il était parfaitement à même de s’en tirer, et par conséquent de gérer la taverne-même. Cela ferait une certaine impression chez les clients. De son point de vue le comportement de la fille était parfaitement logique, et peut-être aurait-il même pu se taire et éviter de perdre sa salive. D’ailleurs, n’avait-elle démontré jusqu’à ce moment-là vouloir tout faire sans aide ? L’enseigne, les meubles, le tas de bibelots ramassé, tout dans cet endroit était là grâce aux efforts de la femme, il n’y avait aucune raison pour croire qu’elle ne réussirait pas à remplir son but. Bah, enfin, il avait voulu lui faire une courtoisie, elle n’en avait pas besoin, fin des discussions. En plus de cela un nouveau client venait de franchir le seuil de la taverne, et les attentions de la propriétaire se déplacèrent sur le nouvel arrivé.

    Et voilà, le deuxième client –abusif, il faut le dire, étant la taverne encore fermée à cause des travaux- avait fait chou blanc ! L’Homme du Froid avait eu plus de chance que lui, n’ayant demandé que de l’eau. Toutefois, le client ne se découragea pas, et au contraire il trouva la force de tourner la situation à son avantage. Mort tourna un peu la tête, histoire de pouvoir le lorgner : un homme ordinaire, à l’apparence, cheveux bruns, rien de particulier à noter sauf son petit sourire ironique ; mais ce visage n’était pas nouveau au Responsable des Guerriers, il en était convaincu. Cependant, il était difficile de se souvenir de quelque chose à l’égard de cet homme, il semblait vraiment passer inaperçu…

    Mort plissa ses lèvres et revint à fixer la fenêtre ; un problème venait de se concrétiser maintenant. Pour remédier au manque d’alcool la zélée hôtesse avait proposé d’allumer le feu ; au moins elle avait cherché à satisfaire, pour ce qu’elle pouvait, les exigences de son nouveau client, et on ne pouvait que la justifier pour cela. Néanmoins, le feu venait de gâcher le climat agréable qui s’était créé à l’intérieur de la taverne. Agréable pour Mort, bien entendu, qui jouissait de l’air frais qui pénétrait par les petits trous du bâtiment. Le chasseur regarda du coin de l’œil le foyer éteint, sans d’autres commentaires que l’expression de son visage. Peut-être, s’il se déplacerait, il pourrait esquiver les effets de la source de chaleur. Il tâta sa gourde d’eau, en provoquant un bruit liquide à l’intérieur, puis enleva le bouchon pour l’approcher de sa bouche : une gorgée d’eau glissa le long de sa gorge, avant que la besace ne fût fermée de nouveau.

    Mais le feu n’était pas le seul problème qui se profilait pour le Nordique. L’autre client voulait même papoter avec lui et la propriétaire ! Mort ne savait pas vraiment dire s’il était pire de souffrir la chaleur ou de devoir soutenir une longue, inutile conversation. Il semblait presque que l’homme cherchât tout prétexte pour l'embêter. Mais, d’ailleurs, que pouvait-il faire ? N’ayant pas envie de se tremper à l’extérieur, il devrait au moins attendre que la pluie cesse, avant de quitter l’"Alchimiste", et puis s’il s’éloignait tout de suite il n’aurait pas pu se familiariser avec le lieu, but qu’il s’était donné avant de faire son entrée dans la taverne. Il devrait patienter, donc… Il émit un grognement, peut-être une réponse aux mots d’Ilidin, puis se tourna définitivement vers lui. Le Guerrier appuya son bouclier accroché à son dos au comptoir, et saisit sa lance, pour l’approcher de lui. Naturellement il n’avait pas de nombreux sujets à aborder pour faire passer le temps. A vrai dire il n’en avait pas un non plus, mais quand même les bavardages de l’autre client pourraient lui apprendre quelque chose, s’il était aussi habile que cela à lui tirer des informations. Peut-être grâce à l’aide de la propriétaire, étant donné que l’homme ne semblait pas trop le type qui se faisait presser tel qu’une orange.

    _________________
    Revenir en haut
    Ism du clan d'Iss


    Hors ligne

    Inscrit le: 25 Aoû 2010
    Messages: 52
    Age: 163 ans
    Race: demi elfe (humain-El
    Force: 9
    Dextérité: 12
    Constitution: 9
    Intelligence: 8
    Sagesse: 6
    Charisme: 6
    Point(s): 22

    MessagePosté le: 26/10/2010 21:01:23    Sujet du message: La Mort a soif Répondre en citant

    Ism adressa un grand sourire au nouvel arrivant quand il accepta un simple feu. La jeune fille était grandement soulagée, elle qui s'attendait à des protestations voire peut-être même des gestes plus violents d'un homme porté sur la boisson qui s'énervait en se voyant refuser son alcool. La voyageuse s'était souvent arrêté dans des tavernes au cours de ses pérégrinations bien qu'une présence féminine autre que serveuse ou putain était toujours regardée de travers et elle avait pu être spectatrice de nombreuses engueulades entre le tavernier et des clients souvent déjà trop éméchés ou trop ruinés à qui l'on refusait une nouvelle chope, parfois même ces disputes hautes en couleur partait en bagarre.

    Un feu donc, il fallait qu'elle allume un feu. EN se dirigeant vers la cuisine, Ism crut voir un air plutôt mécontent sur le visage du guerrier mais elle avait peut-être rêvé. Qui ne désirait pas un peu de chaleur alors que l'automne arrivait à grand pas ? Eh puis si ça ne lui convenait pas, il n'était pas non plus obligé de s'approcher du feu qui se trouvait tout de même loin du bar.

    Quand elle revint les bras chargés de bois, les deux hommes se faisaient face mais un silence régnait. Cela avait quelque chose d'angoissant comme deux hommes qui se font face avant le duel. La jeune fille pour rompre le silence quelque peu tendu à son goût s'exclama :


    "Ah zut veuillez m'excuser, j'aurai du vous apporter votre verre d'abord ! Cela vous permettrait de vous désaltérer en attendant que je finisse avec le feu."

    La jeune fille n'attendit pas la réponse de l'homme et après avoir déposer en vrac le bois devant l'antre de la cheminée, elle repartit en courant dans la cuisine. Oublié ses inquiétudes du départ, elle se sentait de plus en plus à l'aise avec son environnement et commençait à se faire à l'idée que c'était
    sa taverne. Quelques jurons et des chaussures de nouveau trempées -quoique un peu moins elle avait réussi à éviter le gros du jet- la jeune fille revint avec un verre d'eau et un pichet (histoire de ne pas avoir à rechercher de l'eau avant un petit bout de temps -au cas où).

    "Voilà voilà !"


    La jeune fille posa cela sur la table la plus proche de la cheminée, supposant que c'était là que voudrait se poser l'homme et si ce n'était pas le cas rien ne l'empêchait de récupérer le tout et de se déplacer ailleurs.

    La jeune fille retourna donc à son feu et se trouva confronté à un problème : elle ne savait pas allumer un feu sans utiliser sa magie. Installer le bois pour que le feu prenne bien ça elle savait faire -c'était important lors des nuits à la belle étoile des voyages- mais faire une flamme sans magie ? Vous me direz "bah qu'elle l'utilise sa magie !". Cependant Ism détestait faire de la magie en public. D'abord elle était nulle comparé à ce qu'on pourrait attendre des capacités d'un elfe gris (et la jeune fille n'acceptait pas que son métissage puisse lui servir d'excuses), deuxièmement c'était révéler inutilement un atout si faible soit-il. Faisant masque de son dos, la jeune fille entreprit donc d'allumer une branche par magie au creux de ses mains bien à l'abri des regards puis approcha la branche du feu qui prit rapidement.

    La jeune fille se leva satisfaite et se tourna vers les deux hommes. Concentrés sur sa tâche elle n'avait même pas entendu de quoi ils parlaient. En fait elle n'était même pas sûre qu'ils se soient adresser la parole encore.

    _________________


    Sorts de feu ==> mineur
    Revenir en haut
    Ilidlin
    Responsable de la guilde des Marchands
    Responsable de la guilde des Marchands

    Hors ligne

    Inscrit le: 13 Mai 2009
    Messages: 406
    Points d'xp:
    Age: 32 ans
    Race: Humaine
    Force: 9
    Dextérité: 13+2
    Constitution: 9
    Intelligence: 14
    Sagesse: 6
    Charisme: 10
    Point(s): 14

    MessagePosté le: 03/11/2010 09:15:28    Sujet du message: La Mort a soif Répondre en citant

    Ilidlin regarda d'un coup d'oeil rapide la serveuse s'activer, et écouta à peine ce qu'elle marmonnait. Elle déposa une table et une chaise près de l'âtre encore vide puis s'en retourna vers la cuisine.
    Elle marmonna une excuse pour une histoire de verre d'eau. Ilidlin répondit rapidement que ca n'avait pas d'importance, avant d'aller s'asseoir, et reprendre sa contemplation du dos de l'homme, non sans être passé rapidement jauger de la taille du postérieur de la jeune femme pour le principe. Postérieur d'une taille convenable, il fallait bien l'avouer. Mais revenons à l'homme.
    Celui-ci semblait réellement en extase devant la fenêtre. Pas un geste, ni même une esquisse de geste, avant que finalement il décide d'aller s'adosser au comptoir en grognant un borborygme incompréhensible. Il saisit sa lance et l'amena près de lui, ce qui fit redoubler d'attention le ménestrel.

    Si il ne parlait pas ni ne bougeait plus que ca, il ne semblait pas pour autant être quelqu'un de stupide. Il semblait plutôt se demander comment réagir. Et pour cause, Ilidlin lui trouvait un petit air nordique. Peut-être venait-il des steppes glacées de Kaetiope ? Coïncidence étrange, Ilidlin avait entendu dire que le responsable de la guilde des guerriers était justement ce genre de personne. Nordique, froid d'allure et de caractère, et avec des réactions pour le moins... Etranges. Et bien soit ! Il ferait attention. Si son intuition était bonne, ce dont soit dit en passant il doutait tout de même, il pourrait peut-être tenter de lui tirer les vers du nez.
    Mais le personnage ne semblait pas très expressif.

    La serveuse revint, et Ilidlin ne vit même pas le miracle qu'elle accomplit : Elle alluma le feu sans même utiliser autre chose que ses doigts. Le ménestrel était trop absorbé par sa nouvelle contemplation du relief arrière de cette dernière ainsi que par ses réfléxions sur l'étrange homme pour se poser des questions.
    Elle se releva. Il détourna les yeux pour les reposer sur l'homme à la lance.


    -Allons, mon brave, fit-il d'un ton gaillard. Venez donc vous asseoir avec nous. Un peu de chaleur ne vous tente elle pas par ces temps froids ?

    Il se retourna et s'adressa à la femme.

    -Et vous aussi ma chère. Je suis sur que vous travaillez sans discontinuer pour aménager cette auberge. Vous avez bien méritée une petite pause, je le tiens pour sur.

    Il attira deux chaises près de la sienne avant de se rasseoir, et revint vers le guerrier.

    -Qu'est-ce qui vous amène dans cette auberge fermée, mon ami ? Est-ce comme moi la pluie qui vous a surpris ?

    Avec un sourire dénué de toute malice, Ilidlin attendit leur réponse.
    _________________
    Le savoir, c'est le pouvoir. Gardez-le bien !

    Spécialité : Vol.


    Ilidlin dans sa jeunesse

    ...Guilde des voleurs...
    Revenir en haut
    Mort
    Responsable de la guilde des Guerriers
    Responsable de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Juin 2009
    Messages: 455
    Points d'xp:
    Age: 20
    Race: Humain
    Métier: Chasseur
    Force: 19
    Dextérité: 10
    Constitution: 17
    Intelligence: 6+1
    Sagesse: 5
    Charisme: 6
    Point(s): 35
    Fiche: URL
    Mémoire: URL

    MessagePosté le: 10/11/2010 14:16:05    Sujet du message: La Mort a soif Répondre en citant

    Les attentions de la propriétaire étaient décidément tournées sur le nouveau client ; et même celles du Nordique, en effet, se condensaient autour la figure de l’homme, qui continuait à lui dire quelque chose. Mais il ne pouvait pas le fixer ouvertement et l’étudier comme il l’aurait voulu, histoire de ne pas sembler trop envahissant ; ou à proprement parler, pour ne pas éveiller des soupçons chez lui, car la politesse n’était pas comprise entre les priorités du Responsable des Guerriers. Enfin, ce n’était pas une bonne chose d’indisposer une personne seulement car on ne se rappelle plus d’elle, toujours en admettant que l’intuition de Mort fût juste. Le silence qui s’était imposé dans l’endroit fut brisé par la jeune fille qui, telle qu’un éclair, apporta le verre d’eau au client sans employer plus qu’une demi-minute et quelques autres jurons, chose qui amusa le chasseur, quoique aucune manifestation de ce sentiment se put s'apercevoir à l’extérieur.

    Le bénéficiaire des attentions de la hôtesse, c’est-à-dire Ilidin, était en train de lorgner les courbes de la femme, détail qui, si d’un côté contribua a compléter l’idée que Mort s’était fait du client, de l’autre côté lui fit distraire l’attention des manœuvres de la fille-même : par conséquent il ne donna pas de poids aux actions qu’elle était en train d’accomplir, mais, dès qu’elle employa sa magie, les cheveux noirs à la base de la nuque du Guerrier se dressèrent, et un frisson lui parcourut le dos. Le Nordique ouvrit tout grand ses yeux, méfiant et alarmé : il connaissait bien cette réaction-là, son instinct lui disait que quelques damné sorciers était en train d’employer ses arts maléfiques : mais… où cela ? Il balaya l’endroit de son regard gris et plissé, puis le poussa au-delà de la vitrail, mais aucun mouvement suspect ne se pouvait détecter. Pourtant, il était sûr que l’impression qu’il avait captée était correcte.

    Mort resta attentif, voir alerté, et lâcha un soupir. La situation allait prendre une mauvaise tournure pour lui : tout d’abord la sensation que quelqu’un se serve de la magie, puis, le feu que la fille avait allumé et, pour terminer, l’autre client qui semblait avoir toute l’intention de se concéder un répit en bavardant. L’Homme du Froid baissa pendant un instant son regard, avant de le relever. Et, justement, il ne coula pas le temps d’un clin d’œil que l’homme qui s’était approché du feu l’apostropha d’un air amicale et familiale à la fois. Voilà, fichu : par une seule question il avait réussit à le mettre en plein embarras. Il fallait décider rapidement : se montrer impoli ou accepter et souffrir à côté du foyer ? Peut-être pouvait-on tenter un compromis : donner son consentement à l’offre gentille du client et s’éloigner une fois que la chaleur se fasse insupportable. Le Guerrier acquiesça donc de la tête et s’approcha d’un pas non trop enthousiaste, mais qu’il s’efforça de masquer le plus que possible, tel que pour l’expression de son visage.

    Il était en train de saisir le dossier de la chaise, quand la deuxième question, posé toujours par l’homme, le rejoignit ; cette fois-ci il s’agissait d’une interrogation prévisible, et Mort ne se fit pas cueillir impréparé : on débutait souvent par une phrase pareille, lorsqu’on voulait commencer une discussion à la taverne. Il hocha la tête, avant de répondre, d’un ton bas :


    « Fin de l’eau. »

    Il esquissa un geste du menton vers sa gourde, encore posée sur le comptoir, près de sa lance. Evidemment il n’avait pas été trop bavard, et presque sûrement il n’avait pas satisfait le besoin de conversation de son interlocuteur, mais, malgré son engagement, il n’avait pas réussit à concevoir un discours plus long. Surtout car, tel qu’un éclair lorsque le ciel est libre des nuages, l’image de l’endroit où il avait déjà aperçut le client mystérieux lui traversa l’esprit, soudaine : le Chantier navale ! Voilà pourquoi il gardait l’impression de l’avoir déjà entrevu ! Bon, alors, pour ce qu’il en pouvait savoir, il s’agissait d’un citoyen honnête qui s’était même affairé autour du problème de la famine. Mort se détendit un peu plus que cela, au moins pour ce que la proximité du feu pouvait lui permettre. Il jeta tout d’abord un coup d’œil à la porte de la taverne, pour s’assurer que personne n’entre et ne s’approche de sa lance, puis à la demi-elfe, mais garda prudemment son silence.
    _________________
    Revenir en haut
    Ism du clan d'Iss


    Hors ligne

    Inscrit le: 25 Aoû 2010
    Messages: 52
    Age: 163 ans
    Race: demi elfe (humain-El
    Force: 9
    Dextérité: 12
    Constitution: 9
    Intelligence: 8
    Sagesse: 6
    Charisme: 6
    Point(s): 22

    MessagePosté le: 11/11/2010 10:23:07    Sujet du message: La Mort a soif Répondre en citant

    Le nouvel arrivant était sûrement la personne la plus à l'aise du groupe ici. Il semblait tout à fait dans son élément et souriait à tous propos. Ism, elle, n'était pas si sereine. Maintenant qu'elle avait fini de servir ces messieurs son sentiment de savoir quoi faire disparu. Que convenait-il de faire ? Un instant la jeune fille regretta l'épée à son côté et les routes qui n'en finissaient jamais d'être parcourues. Mais elle ne pouvait passer sa vie à déambuler pas plus qu'elle ne pouvait accueillir les clients l'arme au poing et vêtue d'une robe de combat avec ses couleurs fades et leur peu de formes. Il n'y avait sûrement rien de mieux pour faire fuir les clients.

    Le guerrier, quant à lui, eh bien ... il était impossible de savoir ce qu'il pensait ou ce qu'il ressentait : son visage était un bloc de marbre qui n'exprimait rien du tout. Un véritable masque et Ism n'aurait pas été étonné qu'il puisse le retirer. Les seuls moments ou le visage s'animait, c'était pour parler et à chaque fois Ism ne pouvait s'empêcher d'être un peu surprise de voir que les muscles du visage de l'homme savait encore comment se mouvoir : pas un seul tic, pas la moindre mimique qui aurait pu inconsciemment trahir sa pensée. Cependant l'homme prenait le soin de réfléchir à chacun de ses gestes, chacune de ses paroles : cela se voyait. Soit l'homme se comportait toujours ainsi et alors il passait directement au rang de grand sage dans la tête de l'impulsive jeune fille à laquelle la sagesse faisait cruellement défaut, soit c'était de la méfiance, sentiment que la jeune fille comprenait bien plus ; elle-même ne s'était-elle pas méfiée du guerrier quand il était rentré ? Ism considérait que la méfiance, à défaut de toujours être une bonne chose, était naturelle et nécessaire.

    Finalement Ism décida d'accepter tout comme le guerrier d'aller s'assoir avec l'homme près du feu. Après tout les autres tâches pourraient toujours attendre. Cependant la jeune fille ne savait que dire pour entretenir la conversation : elle ne connaissait pas encore les règles tacites en vigueur sur le nouveau continent. Evidemment elle se doutait que poser des questions sur la vie des gens sur l'ancien continent était mal-venu : elle était certaine que certaines personnes étaient venues là pour échapper à la justice et recommencer une vie pas forcément plus vertueuse ... mais à part cela qu'est-ce que l'on pouvait demander ? Qu'est-ce que l'on ne pouvait pas ? EN tant que gérante de taverne, Ism ne pouvait se permettre d'avoir l'air trop indiscrète.

    Heureusement ce fut une nouvelle fois le nouvel arrivant qui prit tout en charge. Mais comme la question Ism commença à regretter de s'être assise. Elle était comme ces gosses en classe : incapable de rester assise si l'on ne captait pas son attention, elle ne rêvait que de se lever pour bouger un peu. Oh habituellement la curiosité de la demi-elfe lui aurait fait vouloir entendre la réponse mais Ism pensait déjà avoir à peu près capter au moins un des traits de caractère de l'homme : contrairement à elle, il n'était pas un bavard. D'ailleurs Ism dut retenir un sourire satisfait et amusé quand la réponse fut telle qu'elle l'attendait : courte, clair, une réponse qui ne demandait aucune précision, sur laquelle on ne pouvait pas rebondir pour reprendre la conversation. L'homme était fort, vraiment. Ism commençait à l'apprécier, elle qui d'habitude préférait les compagnies bruyantes.

    Mais ne voulant pas que le silence retombe, Ism annonça :


    "Effectivement, après c'est moi qui ai proposé à monsieur de rester car j'avoue que cela aurait été un véritable crime de mettre quiconque à la porte par un tel temps ! N'êtes-vous pas d'accord ?"

    Dehors il pleuvait toujours à verse. SI cela ne s'arrêtait pas il allait bien pourtant falloir commettre ce crime à un moment ou à un autre ... mais pour le moment profitons de la compagnie des hôtes.
    _________________


    Sorts de feu ==> mineur
    Revenir en haut
    Ilidlin
    Responsable de la guilde des Marchands
    Responsable de la guilde des Marchands

    Hors ligne

    Inscrit le: 13 Mai 2009
    Messages: 406
    Points d'xp:
    Age: 32 ans
    Race: Humaine
    Force: 9
    Dextérité: 13+2
    Constitution: 9
    Intelligence: 14
    Sagesse: 6
    Charisme: 10
    Point(s): 14

    MessagePosté le: 13/11/2010 15:55:12    Sujet du message: La Mort a soif Répondre en citant

    Ilidlin avait donc brandi son plus impitoyable sourire devant la face niaise des deux personnes qui lui faisaient face. Le premier avait grogné quelque chose de stupide et d'incompréhensible, tandis que la femelle, avait semblé un peu plus gênée de brandir ainsi ce qu'elle brandissait devant Ilidlin qui se tenait près du feu.
    Tout d'un coup, lorsqu'il eut étudié ce que la femme venait juste de lui donner, il comprit : on voulait attenter à sa vie. Et il n'aimait pas ça du tout. Regardant toujours avec un sourire ironique ses deux colocuteurs, il laissa la rage bouillir dans son esprit sans en laisser paraître une seule miette. La femme, semblant croire qu'il était inoffensif, finit par s'approcher de lui, près du feu qu'elle avait allumée. Le mâle restait plus circonspect, et il avait bien raison. C'est là qu'Ilidlin déballa le grand jeu. Il sortit son quadruple katana a lame vorpale dévoreuse d'âme, sauta en l'air, fit un triple salto et embrocha la vile femelle en retombant dans son dos. Avant que l'autre spécimen n'ait pu bouger, il lanca la lame en l'air, , donna un coup de poing dans le ventre de son ennemi, qui recula sous le choc et se trouva exactement sous la trajectoire de la retombée du katana qui lui tranperca littéralement le crâne, aspirant son âme dans les tréfonds abyssales du l'enfer.
    Du moins, c'est comme ça que le rêve d'Ilidlin ou il faisait face à deux trolls de sexe opposé brandissant une recette de cuisine ou il figurait comme ingrédient se terminait.


    Le ménestrel n'avait aucun doute sur pourquoi il s'était soudain rappelé de cet étrange rêve : la situation ressemblait. Une femme lui proposait un verre d'eau et semblait gênée comme si elle venait de lui demander de lui manger un bras et l'homme se contentait de grommeler sa circonspection accoudé au comptoir.
    Mais évidemment, avec toute l'expérience qu'il avait, Ilidlin ne laissa rien paraître de ses pensées, bien qu'il fut pour le moins consterné par le manque de vocabulaire du guerrier.
    "Fin de l'eau " ?! Non, finalement, ca confinait plus à la mort par vision de la stupidité plus qu'a la consternation. Trois mots ? Bon dieu, pensa le ménestrel. Eut-il connu ce qu'était un dictionnaire qu'il aurait suggéré à l'homme d'en manger un au plus vite en espérant que cela lui apprenne quelques mots pouvant lui être utile.
    La femme tenta de faire mieux.


    "Effectivement, après c'est moi qui ai proposé à monsieur de rester car j'avoue que cela aurait été un véritable crime de mettre quiconque à la porte par un tel temps ! N'êtes-vous pas d'accord ?"

    L'esprit lyrique d'Ilidlin décida d'aller faire une sieste, sûr à présent qu'il n'apprendrait rien qui lui eut été inconnu grâce aux deux autres personnes présentes. Mais le ménestrel, encore une fois, garda ses problèmes pour lui.

    -Tout à fait, madame, répondit-il. Il semblerait aussi que ce soit un crime de tenter d'inspirer un peu de jovialité à l'âme de notre ami ici présent.

    Il changea d'interlocuteur.

    -Allons ! Le feu ne vous mangeras pas, mon bon ami ! Pourquoi restez vous ainsi seul ! Si c'est moi que vous craignez, sachez que je serais incapable de battre, voir même de surprendre quelqu'un de votre carrure. Je ne suis qu'un simple ménestrel.

    Il espéra secrètement que aucune des deux personnes présentes ne connaissait son autre "passe-temps", à savoir second personnage le plus influent de la guilde des marchands.

    -Ne voulez vous vraiment pas nous raconter qu'est-ce qui vous a amené ici, en dehors de la pluie ? Ou si vous ne voulez pas, je pourrais commencer le premier. A moins que la galanterie ne me force à laisser la parole à notre magnifique amie.

    _________________
    Le savoir, c'est le pouvoir. Gardez-le bien !

    Spécialité : Vol.


    Ilidlin dans sa jeunesse

    ...Guilde des voleurs...
    Revenir en haut
    Mort
    Responsable de la guilde des Guerriers
    Responsable de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Juin 2009
    Messages: 455
    Points d'xp:
    Age: 20
    Race: Humain
    Métier: Chasseur
    Force: 19
    Dextérité: 10
    Constitution: 17
    Intelligence: 6+1
    Sagesse: 5
    Charisme: 6
    Point(s): 35
    Fiche: URL
    Mémoire: URL

    MessagePosté le: 20/11/2010 09:38:23    Sujet du message: La Mort a soif Répondre en citant

    [HRP] Egalement, je poste ici mon Rp provisoire -c'est-à-dire que personne ne l'a pas encore corrigé-, afin de ne pas le perdre à cause de la fermeture temporaire du fofo. Il y a peut-être pas mal de fautes, ne vous fachez pas avec moi, j'ai prévenu


    __________


    La conversation avait du mal à démarrer. Pas que cela gênât le Nordique, mais il se rendit compte qu’il pouvait passer comme impoli et gâcher ses rapports avec les autres. La jeune hôtesse semblait embarrassée, peut-être à cause du service qu’elle pouvait offrir : ne pouvant pas disposer d’une vaste gamme de produits, elle devait se sentir un tantinet inadéquate face à l’activité qu’elle envisageait faire démarrer, mais d’ailleurs ce n’était pas de sa faute si la taverne était fermée. Enfin, si, elle pouvait même afficher un panneau, mais tant pis, elle avait prévenu tous les deux clients de la condition particulière dans laquelle elle se trouvait. L’autre, au contraire, s’était entouré d’un halo ironique qu’on pouvait bien cerner par le pli de ses lèvres ; cet état d’âme contrastait avec l’idée que Mort s’était fait de l’homme, en raison de son aide au port, mais, comme il prenait soin de juger selon les faits, il croyait qu’il s’agissait d’une attitude temporaire. Enfin, tout le monde avait ses journées qui ne marchaient pas.

    Le Guerrier eût une sorte de démentie par la première phrase prononcé par Ilidin. Ce n’était pas un état temporaire, il gardait son ton ironique, quoique il n’ait pas du tort, en repensant à la précédente réponse qu’il lui avait donné : trop courte et expéditive, on ne pouvait pas le blâmer s’il s’était vexé. De surcroît le choix de mots qu’il avait effectué pour contrebattre à l’homme n’était pas de plus heureux [très approprié, si l’expression précédente n’est pas… appropriée ] : l’eau n’allait pas finir pour longtemps, vu l’eau qui continuait implacable à tomber du ciel. Peut-être avait-il pensé que Mort voulait se moquer de lui, et par conséquent il lui rendait la pareille. Mais la conversation n’était pas du tout dans les cordes du Responsable que pouvait-il faire ? Il était un homme d’action, on ne pouvait pas, par exemple, lui demander de broder une nappe, il obtiendrait le même résultat que rester assit là-bas, impliqué malgré lui dans ce bavardage. Mais, comme il était désormais dans le bal, il valait mieux danser.

    Dommage que l’inconnu semblait vraiment le connaître à un tel point (degré ?) qu’il réussissait toujours à le mettre mal à l’aise : pourquoi donc insistait-il avec cette histoire du feu ? Oui, le feu pouvait le manger, il était évident ; toute source de chaleur représentait un péril pour lui, et s’il n’avait eu l’assurance que l’autre ne le connaissait pas, il aurait juré qu’il le faisait exprès… Quant à l’inoffensivité qu’il s’était attribué, cela n’avait pas trop convaincu l’Homme du Froid : il était habitué à ne jamais sous-estimer ceux auxquels il faisait face. Au contraire, il avait une tendance à faire une évaluation contraire, en exagérant leurs aptitudes, histoire de chercher à ne pas se faire prendre par surprise. Il ne réussissait pas toujours à éviter que cela lui arrive, mais quand-même cette attitude lui avait parfois apportée des avantages. Mort était encore une fois exhorté à expliquer pourquoi il s’était rendu là-bas, et cette fois-ci il ne pouvait pas s’échapper, et essayer d’éluder la question. Bizarre situation, d’habitude c’était lui qui demandait à droite et à gauche, en qualité de Responsable de la Guilde des Guerriers, notamment lorsqu’on attrapait un voleur et on l’amenait en prison. Mais voilà, il valait mieux mettre les choses en clair immédiatement, et voir quelle réaction suivrait à ses mots, d’autant plus que son visage était assez connu : son gré à l’intérieur de la Guilde l’avait rendu assez célèbre –où fameux- auprès des Lesniens.


    « Je suis le Responsable de la Guilde de Guerrier » Dit-il d’un ton sérieux, en prenant soin de contrôler les expressions des visages de ses interlocuteurs. « Par conséquent je dois contrôler que tout soit en règle avec la loi. ».
    _________________
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 09/12/2016 00:59:20    Sujet du message: La Mort a soif

    Revenir en haut
      Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum :: Iwy, nouveau continent :: Lesnie, quartier Sud :: Les tavernes :: L'alchimiste Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
    Page 1 sur 1

    Sauter vers:  


    Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
    Powered by phpBB © 2001 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com
    Forum optimized for Mozilla Firefox