Se connecter pour vérifier ses messages privésProfil
Livre du Savoir
Livre de l'Histoire

IndexPortailFAQMembresRechercherS’enregistrerConnexion
Navigation
    Port Nord Tintania Ouest Centre Est Alentours Sud Plan
  • Fermer

  • Une arrivée illégale sur Iwy
    Aller à la page: 1, 2  >
     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum :: Iwy, nouveau continent :: Iwy, nouveau continent :: Les criques
    << Sujet précédent :: Sujet suivant >>  
    Auteur Message
    Naè'rush Ishia


    Hors ligne

    Inscrit le: 20 Sep 2010
    Messages: 21
    Age: 166 ans
    Race: Elfe bleue
    Métier: Saltimbanque
    Force: 7
    Dextérité: 10
    Constitution: 8
    Intelligence: 8
    Sagesse: 7
    Charisme: 8
    Point(s): 9

    MessagePosté le: 26/09/2010 16:54:06    Sujet du message: Une arrivée illégale sur Iwy Répondre en citant

    Naè'rush resserra sa capuche autour d'elle comme si le vent lui donnait froid. Ce n'était pas vrai, au contraire elle était contente de profiter un peu de la fraicheur nocturne après ce soleil qui lui faisait si mal aux yeux quand il se reflétait sur les vagues. Non cette lourde cape lui avait permis que son physique pour le moins étrange soit le moins visible possible de ses compagnons de voyage : car si elle avait bien décidé quelque chose c'était de ne jamais arrivé sur le nouveau continent ou tout du moins … au port. Car Naè ne voulait pas perdre son arc, bien caché lui aussi, pour elle c'était bien moins une arme qu'un souvenir de ses parents et qu'un moyen de survivre quand la faim se faisait sentir et qu'elle n'avait pas d'autres moyens de chasser.

    Son plan était simple, personne n'avait jamais aperçu ses branchies et les elfes aquatiques ne courrait pas les rues … surtout ceux à la peau blanche. Il lui serait facile de feindre de tomber à la mer, si possible tôt le lendemain matin avant même que le soleil ne soit levé quand il n'y a pas grand monde sur le pont et que la terre sera encore à une distance suffisamment raisonnable pour que tout le monde ne soit pas collé au bastingage à vouloir observer cette nouvelle terre pleine de promesse. Ensuite il lui suffirait de nager quelque heures et enfin elle pourrait arriver dans une crique pas trop proche du port. On la penserait noyée -tant pis pour elle- et puis après qui pourrait lui dire quelque chose ? Qui pourrait prouver que c'était elle sur le bateau ? Rien que sur celui-ci ils étaient plus d'un à faire profil bas ; apparemment le nouveau continent semblait le lieux idéal pour les malfrats un peu trop recherchés qui décidaient de se refaire une vie tout aussi malsaine mais, au moins au début, moins dangereuse.

    Naé s'étira, elle avait hâte que les longues heures de nuit s'achève ; elle avait hâte de nager. Il aurait été sans doute plus raisonnable d'aller se coucher, mais Naèru savait qu'elle ne trouverait pas le sommeil et quand bien même elle l'aurait trouvé, la peur de ne pas réussir à se réveiller aurait rendu son sommeil agité et entrecoupé de réveils fréquents. D'ailleurs, la jeune elfe était plus fatigué de son manque d'inactivité après toutes ces semaines en mer que par son manque de sommeil.

    Enfin le ciel s'éclaircit, annonçant le levé proche du soleil et la température chuta eu fur et à mesure que le froid chassé des endroits où le soleil était déjà levé les frappaient. Cette fois Naè'rush frissonna par réel manque de chaleur et cela lui donna un aperçu peu engageant des températures qu'elle allait retrouver sous l'eau. Quand elle jugea le moment de plongé bon, la jeune elfe ne vérifia pas si quelqu'un se trouvait aux alentours ; cela aurait paru trop suspect. Naè'rush bascula en avant, la tête la première comme si elle s'était évanoui et que le poids du haut de son corps avait entrainé tout son corps par dessus bord.

    Naè se laissa couler la tête la première, son corps entrainé par le fond par sa lourde cape d'autant plus pesante qu'elle se gorgeait d'eau. Puis Naè entreprit d'enlever le tissus qui cachaient ses branchies au niveau de sa gorge et se débarrassa du lourd vêtement avant de se redresser d'un geste de souple et de se mettre à nager en ondulant, son corps repérant intuitivement les courants qui lui étaient favorables afin de moins se fatiguer.

    Enfin le niveau de l'eau commença à se réduire et Naè se retrouva face à des falaises qui sortaient de l'eau. Elle était arrivée mais il était clair qu'elle n'allait pas tenter l'escalade. Suivant les falaises, la jeune elfe nagea jusqu'à une crique. La jeune fille cacha son arc au pied de la falaise dans un creux sous l'eau qu'elle boucha à l'aide de lourde pierres ; elle ne pouvait sortir de l'eau avec ; personne ne douterait alors qu'elle était venue de la mer. Quand ses branchies étaient cachés, peu de personnes soupçonnaient ses origines malgré ses cheveux bleus : pour beaucoup les elfes aquatiques étaient déjà devenus une légende. Naè remit son tissus autour de sa gorge sans trop le serrer toutefois puis trouva un courant qui la porterait jusqu'à la plage telle la personne inanimée qu'elle voulait paraître.

    Car si elle se savait loin du port, elle ne savait rien de ce nouveau continent, ni où s'était installé les colons, il était donc probable de trouver des gens dans le coin, mieux valait feindre une inconscience pendant quelques temps. Allongée dans le sable, la jeune fille finit même par s'endormir une bonne moitié d'heure. Aussi tout naturellement en se réveillant, la jeune fille ouvrit les yeux. Ce qui fut une terrible erreur qu'elle n'aurait fait si elle avait été pleinement consciente de sa situation mais l'esprit encore embrumée de sommeil, elle avait oublié où elle était et que les coups de soleil qu'elle pouvait attraper à rester trop longtemps ainsi était le moindre mal que le soleil pouvait lui causer ; ses yeux à la vue de ce sable blanc brillant au soleil lui transperça les yeux comme si des clous y avaient été enfoncés et la douleur se répandit jusqu'à son cerveau comme un feu dans de la paille.

    Automatiquement, l'elfe aquatique referma les yeux et y porta ses mains alors que tout son corps se repliait en position foetale, la tête contre les genoux. La jeune fille resta un moment ainsi sur le flanc, une larme unique coulant de son oeil puis elle entreprit de se redresser, une main toujours sur ses yeux comme si ses paupières n'étaient pas une défense suffisante contre les agressions lumineuses. La jeune elfe ne voulait plus ouvrir les yeux et ne le devait pas d'ailleur. La douleur avait été aussi vive que douloureuse mais elle restait profondément ancré dans l'esprit de Naè qui semblait la ressentir encore à présent. Bien incapable de dire où elle devait se rendre dans un tel état, la jeune fille resta impuissante, les genoux dans le sable alors que l'eau venait lécher à intervalle régulier ses jambes empêchant le tissus blancs de sécher à cet endroit ce qui le rendait transparent.

    _________________
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 26/09/2010 16:54:06    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    Mort
    Responsable de la guilde des Guerriers
    Responsable de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Juin 2009
    Messages: 455
    Points d'xp:
    Age: 20
    Race: Humain
    Métier: Chasseur
    Force: 19
    Dextérité: 10
    Constitution: 17
    Intelligence: 6+1
    Sagesse: 5
    Charisme: 6
    Point(s): 35
    Fiche: URL
    Mémoire: URL

    MessagePosté le: 30/09/2010 08:50:49    Sujet du message: Une arrivée illégale sur Iwy Répondre en citant

    Un grognement s’échappa des lèvres du guerrier, une fois ses yeux ouverts : oui, il était bien accoutumé à dormir à la belle étoile, il avait vécu la plupart de sa vie comme chasseur nomade, mais il avait dû bouger pendant la nuit, et une partie de la roche qui lui servait de grabat pressait maintenant ses côtes. Il s’était endormi assis, et très tard ; à la fin de la séance quotidienne d’entraînement de ses recrues, à la Caserne, il se sentait un peu accablé, sans savoir expliquer pourquoi. Ou mieux, en gros, il le savait bien ; il continuait à se débattre entre ses devoirs de Guerrier de Lesnie et les rappels de sa terre natale, ses instinct, ses croyances. Ce qui, bien évidemment, produisait un conflit permanent en son for intérieur. Il ne voyait pas l’utilité de la vie qu’il traînait là-bas, dans ce Nouveau Continent rejoint par hasard, histoire d’échapper à ses poursuivants. Mais d’abord en raison de son incertitude à revenir sur l’ancien Continent, à cause des recherches que sans doute ses esclavagistes menaient le long des côtes, puis du blocus naval imposé par un Roi ennemi de la colonie, le Nordique n’avait eu aucun moyen de poser à nouveau un pied sur le Vieux Continent. Et, peut-être, une partie de lui le déconseillait encore de le faire. Une image fugace d’un campement ravagé lui passa devant les yeux gris comme l’acier qu’il maîtrisait. Il secoua la tête pour chasser un souvenir désagréable et détacha son dos de la pierre.

    Il avait vu la nuit naître depuis les nuances les plus sombres du jour, quand le soleil s’était couché laissant son sillon brûlant s’éteindre peu à peu au-delà de l’horizon, par l’eau de la mer. Il avait cherché ce spectacle, sachant que cela aurait soulagé son esprit inquiet, dans le but d’oublier pendant un laps de temps ses incertitudes. Il avait du mal à l’avouer à lui-même, il n’appréciait pas qu’il ne sache pas prendre une décision dès qu’un problème lui arrivait. Pourtant il continuait à repousser un quelconque choix, plaçant sa confiance dans le futur. A vrai dire ces pensées et d’autres similaires l’avaient accompagné à peu près pendant toute la nuit, le tenant en éveil ; l’alternative était un sommeil agité et interrompu plusieurs fois. Ainsi il était resté là-bas, en écoutant le bruit rassurant du ressac, les vagues qui mouillaient une bande de plage avant de se retirer. Il n’était pas un homme de la mer, étant un Chasseur du Nord, pourtant il avait eu de l’expérience comme matelot et il ne pouvait pas oublier la première fois qu’il avait pu apercevoir l’immense étendue d’eau : un qui l’avait affecté dans le plus profond de son esprit. Finalement, il pouvait le sentir comme quelque chose de familier, son Nord, pendant l’Hiver, ressemblait un peu à un interminable océan, mais solide. L’ensemble de ces rêveries avait enfin pris le dessus, et lorsque le matin fut proche, il glissa dans un sommeil sans rêves.

    Maintenant l’Homme du Froid était en train de vaincre les sensations désagréables laissées par cette nuit : il était engourdi et endolori à la fois, par conséquent il étira ses membres et racla sa gorge, avant de réfléchir sur ce qu'il allait faire. Il savait qu’il devait rentrer à la Caserne, mais dans un sursaut de paresse il décida de ne pas s’y rendre tout de suite ; au fond, la matinée était encore peu avancée et il pouvait bien se concéder le temps de faire les choses sans hâte. Malgré le fait qu’il n’ait pas faim, il pensa qu’il valait mieux se mettre quelque chose sous les dents avant d’affronter une autre journée routinière d’entraînements et de patrouilles, mais même cela il le ferait après : à présent il avait besoin de quelque chose pour le concilier avec le nouveau jour. Ce fut pour cela qu’il sortit d’un petit sac accroché à sa ceinture une flûte de Pan, qu'il approcha de sa bouche en restant assit contre les roches qui faisaient face à la mer. Oui, il sonnerait un peu pour prendre son temps, avant de se consacrer à ses tâches. Il enfla sa caisse thoracique et des notes rêches se répandirent dans l’air, même s’il s’agissait plus d’une esquisse de son que d’un son rond et plein. Il soufflait doucement, bas, comme s’il ne voulait pas déranger l’équilibre des autres bruits qui animaient ce bord de plage, dans les criques du Nord du Nouveau Continent.

    La petite mélodie s’interrompit brusquement et les sourcils du Nordique se crispèrent, alors qu’il aperçut quelque chose de bleu sur la plage, proche des vagues. Un chiffon ? Les épaves d’un navire coulé ? Mort resta en observation pendant quelques instants, l’instrument musical toujours appuyé à ses lèvres. Il ne dût pas attendre beaucoup de temps avant de voir l’épave présumée bouger, à sa grande merveille. Il détacha la flûte de soi pour la ranger, très lentement dans son sac.
    C’était une fille.
    Une naufragée, à ce qu’on pouvait en déduire. Le chasseur se leva sans hâte dans le but de s’approcher d’elle. Cela faisait combien de temps qu’elle était arrivée sur la plage, sans qu’il ne s’en aperçoive ? Il ne savait pas répondre : pendant la nuit il n’avait rien vu, et dans ce bout de matinée il n’avait pas accordé d’importance aux alentours. Une petite négligence qu’il ne manqua pas de se reprocher mentalement. Quoi qu’il en soit, vu que la fille semblait encore respirer, il fallait faire quelque chose. Une autre légende, entendue toujours dans une taverne quelque part sur le Vieux Continent, lui revint à l’esprit : elle parlait d’une femme ravissante, la plus belle qu’on n’avait jamais vu, qui était née de la mousse des vagues de la mer. Il semblait vraiment qu'il était dans ce cas-là, à présent. Le Nordique ne put s’empêcher d’apprécier la silhouette de la fille : sa robe trempée laissait vraiment peu à l’imagination. Mais ce qui l’affectait le plus était la couleur de ses cheveux : génial, ils semblaient faux. Mort n’avait jamais vu d'humains avec une telle chevelure, c’était comme si elle gardait les vagues de la mer qui l’avait déposée sur la plage sur sa tête, et le ciel libre de ce matin enviait sûrement les nuances de la chevelure de la femme. La Femme venue de la Mer, comme il était l’Homme venu du Nord. La légende était-elle vrai, alors ?

    Mort se rendit compte qu’il s’était arrêté à quelques mètres de la fille, sans s’en apercevoir. Une grimace plia ses lèvres, quand il se demanda si par hasard il nourrissait un peu de révérence face à cette inconnue. Mais avant qu’il ne puisse bouger encore, la fille porta ses mains aux yeux et se recroquevilla comme si une douleur intérieure la secouait toute entière. Qu’est-ce qu’il lui arrivait, enfin ? Mort n’était pas un grand guérisseur, à la limite, en vue de son expérience, il savait rapiécer à la va vite les blessures provoquées par les armes, mais rien de plus. Au contraire, la Fille de la Mer semblait souffrir pour une cause qu’il n’arrivait pas à saisir ; cela ressemblait à une forte migraine. Toutefois, au fur et à mesure que le temps passait, un soupçon venait à son esprit : la jeune avait réussi à se redresser, un peu maladroitement, mais continuait à garder une main sur ses paupières. Peut-être était-elle aveugle. Oui, cela pouvait être une hypothèse acceptable, mais cela n’expliquait pas la douleur qu’elle devait bien évidemment éprouver. Le Guerrier serra sa main droite en poing et secoua sa chevelure noire comme la nuit : il était pas un homme qui préférait agir –chose qui lui provoquait souvent des pépins et pour laquelle on pourrait justement le reprocher, mais il penserait quand même le contraire-, par conséquence il décida de s’avancer encore, laissant derrière lui des profondes traces sur le sable humide. Il ne s’arrêta qu’une fois arrivé devant la fille à la chevelure bizarre, qui était restée immobile, dressée sur la plage : évidemment elle était en train de songer à ce qu'elle devait faire, ou alors elle était encore sous le choc et déboussolée.

    Lentement, le Nordique leva sa main droite, pourvue de mitaine en cuir, et appuya son pouce sur la joue gauche de la femme, le faisant glisser le long de sa peau blanche pour effacer le sillon transparent que la larme coulée de son œil avait laissé.

    _________________
    Revenir en haut
    Naè'rush Ishia


    Hors ligne

    Inscrit le: 20 Sep 2010
    Messages: 21
    Age: 166 ans
    Race: Elfe bleue
    Métier: Saltimbanque
    Force: 7
    Dextérité: 10
    Constitution: 8
    Intelligence: 8
    Sagesse: 7
    Charisme: 8
    Point(s): 9

    MessagePosté le: 30/09/2010 13:03:40    Sujet du message: Une arrivée illégale sur Iwy Répondre en citant

    Soudain alors qu'elle était toujours immobile, Naè crut entendre un bruit tout proche. Mais si quelqu'un s'était approché, elle l'aurait entendu non ? A moins que, encore sous le choc, elle n'ait pas fait attention à ce qui se passait autour d'elle.
    La jeune elfe allait demander si quelqu'un se trouvait là quand de nouveau elle entendit les crissements de pas sur le sol. Le coeur de l'elfe se mit à battre plus fort ; elle avait peur. D'habitude elle était loin d'être craintive mais là elle était seule, désarmée bien que son arc soit plus décoratif qu'autre chose, et aveuglée. Dans son stress, tous les muscles de l'elfe aquatique se contactèrent alors qu'elle attendait d'une minute à l'autre à être attaqué. Allait-elle être de nouveau capturée et vendue ? Il y avait des esclaves ici ?
    Naè'rush commençait véritablement à paniquer quand un doigt se posa sur sa joue. Immédiatement, la jeune elfe se rejeta en arrière et posa une de ses mains sur sa joue comme si elle craignait tout un coup d'y trouver elle ne savait trop quoi cependant sa joue était tout ce qu'on trouvait de plus normal toutefois cela ne rassura pas Naè'rush qui n'avait pas fait l'association avec la larme qu'elle avait à peine senti couler sur sa joue. Devait-elle plonger dans la mer ? La personne ne pourrait sûrement pas l'y suivre. En même temps, celui ou celle qui l'avait touché aurait pu lui faire du mal depuis bien longtemps. Peut-être n'avait-il pas de mauvaises intentions.
    Naè'rush ramena contre sa poitrine l'étui de sa flûte pour se prévenir de tous vols et demanda tout en serrant l'objet contre son coeur :


    « Qui êtes-vous ? Que … que voulez-vous ? »


    Naè devant cette présence inconnue trouva le courage de rouvrir les yeux qui eurent la chance cette fois de ne pas s'aveugler en voyant le sable mais qui purent observer la personne qui au contraire lui faisait de l'ombre. Évidemment cela faisait aussi qu'elle ne le voyait qu'à contre jour et qu'elle ne devinait que difficilement ses traits mais c'était toujours mieux que la douleur.
    C'était donc un homme. Armé – le coeur de Naè recommença à battre plus vite de peur. Il avait des cheveux noirs que même le soleil ne parvenait pas à éclaircir pas et paraissait plutôt grand même s'il s'était baissé pour être à la même hauteur qu'elle.
    Le silence angoissant Naè'rush, celle-ci continua à poser des questions, n'importe quelle question, tout ce qui lui passait par la tête :


    « Où est-ce qu'on est ? Sur Iwy, n'est-ce pas ? »


    La tête de la jeune fille recommençait à l'élancer. Trop de lumière semblait lui crier son esprit. Naè plissa les yeux mais ne supportait pas l'idée de les refermer face à un inconnu dont elle ignorait toutes les intentions. La jeune elfe finit par lever la main en espérant que l'homme ne prenne pas cela pour une quelconque tentative de … tentative de quoi d'ailleurs ? Elle était bien impuissante pour le moment. Cependant peut-être pouvait il croire qu'elle allait faire de la magie -ce dont elle était bien incapable, ou lui jeter du sable au yeux … Aussi Naè'rush effectua ce geste lentement afin de faire comprendre qu'elle n'avait aucune idée en tête et plaça sa main en visière sur son front pour protéger ses yeux du soleil.
    Ainsi elle distinguait mieux l'homme en face d'elle. Son visage ne souriait pas mais en même temps qui sourirait à une inconnue trouver sur la plage ? Naè n'arrivait pas à déchiffrer l'expression de l'homme et cela ne l'aidait pas à essayer de se calmer. Si elle s'était vu à ce moment-là, elle se serait surement moqué d'elle même en se comparant à un petit rongeur effrayé incapable de raisonner tant il panique.

    _________________
    Revenir en haut
    Mort
    Responsable de la guilde des Guerriers
    Responsable de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Juin 2009
    Messages: 455
    Points d'xp:
    Age: 20
    Race: Humain
    Métier: Chasseur
    Force: 19
    Dextérité: 10
    Constitution: 17
    Intelligence: 6+1
    Sagesse: 5
    Charisme: 6
    Point(s): 35
    Fiche: URL
    Mémoire: URL

    MessagePosté le: 18/10/2010 07:55:24    Sujet du message: Une arrivée illégale sur Iwy Répondre en citant

    Dès que son bout de doigt effleura la joue de l’étrange fille, elle bondit en arrière, tout apeurée, tel un pinson à la vue d’un humain. Mort ne s’attendait pas à une réaction pareille, mais il la laissa faire sans trop s’en étonner : après tout, il était compréhensible qu’elle ait peur, la situation était loin d’être sous son contrôle, et Mort n’avait pas annoncé sa venue. Le Nordique approcha son doigt de ses lèvres et goûta la saveur de la larme capturée sur le visage de l’Elfe aquatique : le goût salé était bien perceptible, et il renforça l’idée que Mort s’était fait de la fille, quoique cette idée fût bien bizarre, c’est-à-dire que la femme qui lui faisait face semblait une émanation directe de la mer. Peut-être était-il influencé par ce qu’il avait vu jusqu’à ce moment là, et alors même le goût normal des larmes lui semblait constituer un indice supplémentaire, mais ces larmes-là ressemblaient à un concentré de vagues marines. Alors, la légende, ses cheveux bleus, ses larmes, les circonstances dans lesquelles il l’avait aperçue…

    L’Homme du Froid secoua la tête pour la deuxième fois, comme s’il voulait se libérer de certaines pensées enfantines : il ne s’agissait que d’une naufragée, et il était un idiot qui s’était fait influencer par une fille, voilà. Une seconde pensée traversa son esprit, à propos de l’attitude de l’Elfe : il devait s’être trompé pour ce qui concernait l’état de cécité de la naufragée, et cela on pouvait aisément le déduire de son comportement. Un aveugle ne se protégeais pas ses yeux par ses mains, étant accoutumé à ne pas voir, alors il ne restait que deux possibilités : ou l’état de cécité était temporaire, ou la fille avait perdu la vue suite au naufrage. Et quel était cet étui [L] qu’elle avait soulevé à hauteur de son cœur, comme pour le protéger, comme si cela fût le bien le plus précieux dont elle disposait ? Encore une fois il risquait de subir le charme de cette frêle femme, et de rester prisonnier d’un tourbillon de questions inutiles. Mais voilà que l’étrange demoiselle venait de prononcer quelque chose.

    Évidemment elle était un tantinet dépaysée et était en train de chercher ses repères. Mort resta indécis, voulant d’un côté ne pas briser le silence qu’il avait gardé jusqu’à ce moment là, de l’autre côté rassurer son interlocutrice de ses intentions. Cette bataille intérieure produisit cette réponse :


    « Je suis la Mort ».

    En effet ce n’était pas tout ce qu’on pouvait imaginer de plus tranquillisant, mais le Guerrier ne s’en rendit compte qu’après avoir prononcé ces mots rauques Il devait l’avoir troublée davantage, mais désormais le mal était fait et puis, enfin, c’était la vérité. Mais les surprises pour le chasseur n’étaient pas terminées : l’Elfe réussit à ouvrir ses yeux, révélant une couleur comparable à celle de ses cheveux, un regard timide mais magnétisant auquel Mort ne sut pas se soustraire. Elle avait du mal à les laisser ouverts, malgré ses efforts, et le Responsable pensa que l’explication la plus simple à tout cela fût qu’elle avait des grains de sable qui la gênaient. La crainte que la réponse donnée auparavant devait avoir déclenchée en elle, se manifestait par une rangée de questions que l’Elfe mystérieuse énuméra en toute hâte, dans le but évident de gagner un peu de temps pour penser à comment se tirer de cette situation. Et en effet même le geste de soulever la main, qu'elle accomplit, dénonçait la peur qui s’était emparée de son esprit. Elle cherchait de mieux le, se protégeant du soleil ; Mort aussi leva son regard gris vers l’astre, en considérant que, même si l’Eté était loin désormais, il faisait encore chaud au bord de la mer, et peut-être valait-il mieux s’éloigner de cet endroit, d’autant plus que la fille avait évidemment besoin de secours. Et puis, il ne voulait pas l’effrayer, il n’avait pas de raisons pour cela.

    Il décrocha alors la gourde d’eau de sa ceinture, la tendant vers elle, pour témoigner qu’il n’avait pas des mauvaises intentions. Elle devait être assoiffée, un naufragé n’a pas le moyen de boire ne serait-ce qu’une goutte d’eau, comme l’eau marine provoque encore plus de dégâts. Mort ferma pendant un instant ses yeux, pour jouir du bruit des vagues qui s’éteignait le long de la plage, et de la brise de mer qui lui ébouriffait les cheveux, puis acquiesça de la tête :


    « Les questions après, femme… »

    Il croyait qu’elle devait même avoir faim et besoin d’un abri. Enfin, étant donné qu’elle était débarquée sur le Nouveau Continent tel qu’un quelconque autre nouveau colon, elle pouvait bien passer au bureau du port pour se faire recenser et prendre possession d’un logement. Sinon, il aurait pu l’amener à la caserne pour l’abriter pendant quelques temps, histoire de la mettre à l’aise avant de s’en débarrasser. Oui, il aurait pu choisir une de ces deux possibilités Il leva son bras gauche, pour indiquer à la Fille venue de la Mer la direction à prendre avec lui.
    _________________
    Revenir en haut
    Naè'rush Ishia


    Hors ligne

    Inscrit le: 20 Sep 2010
    Messages: 21
    Age: 166 ans
    Race: Elfe bleue
    Métier: Saltimbanque
    Force: 7
    Dextérité: 10
    Constitution: 8
    Intelligence: 8
    Sagesse: 7
    Charisme: 8
    Point(s): 9

    MessagePosté le: 18/10/2010 18:29:48    Sujet du message: Une arrivée illégale sur Iwy Répondre en citant

    La Mort ? Il était la Mort ? Ce fut tout d'abord les seuls mots que prononça l'homme et ils ne répondaient évidemment pas à la foule de question qu'elle avait posé. Au début ces paroles inquiétèrent d'autant plus la jeune fille ce qui fit qu'elle ne se formalisa pas du tout de cette absence de réponse, il y avait déjà trop à réfléchir sur ces deux mots. Certes Naè'rush ne croyait pas que la Mort puisse être une personne physique et surtout dans sa tête la Mort était une femme. Mais pour le moment s'il était correcte de penser la Mort comme une femme ou un homme était le cadet de ses soucis. Car il fallait qu'elle comprenne ce que l'homme avait voulu dire par ces mots. Etait-ce juste comme cela qu'on l'appelait ou était-ce une menace ? Allait-il la tuer ? Pourtant cela ne lui rapportait rien. Et il n'avait pas l'air d'un homme cruel. D'ailleurs quelques instants plus tard il lui tendait sa gourde. Naè n'avait pas extrêmement soif cependant elle tendit la main vers l'objet, le porta à sa bouche et trempa ses lèvres dans le liquide rafraichissant buvant deux petites gorgées pour montrer sa coopération.

    Ces gestes lents alors que ses yeux ne quittaient pas le visage de l'homme sans qu'elle parvienne à voir s'il la regardait où si ses yeux fixaient une autre direction permirent à la jeune elfe de se calmer. Rapidement elle redevint égale à elle-même, ses muscles se décrispèrent alors que toute l'angoisse qu'elle avait ressentie refluait comme les vagues sur le sable à la marée basse. Elle avait peut-être tort de faire confiance à l'homme mais quand bien même il lui voulait du mal que pouvait-elle faire ? Elle ne doutait pas un instant que le guerrier puisse faire d'elle ce qu'il voulait tant il avait l'air puisant.


    « Les questions après, femme… »

    Prenait-on le temps de dire cela à la personne que l'on allait tuer ? Naè en doutait sérieusement ou alors c'était la preuve d'un grand sadisme de parler du futur à une personne que l'on allait tuer. Naè ne répondit pas. Dans la panique elle avait ressenti le besoin de combler le silence, d'obtenir des réponses mais maintenant elle était redevenue égale à elle-même : une personne qui savait savourer les vertus du silence et qui préférait bien souvent écouter plutôt que parler. Elle préférait briser le silence avec de la musique plutôt qu'avec des mots qui sonnaient toujours à son oreille toujours trop dur, trop sec. Rien à voir avec la puissance d'un chant, la douceur d'une mélodie.

    L'homme lui fit signe de la direction où il voulait l'emmener. Cependant Naè ne tourna pas la tête. Non pas qu'elle eut peur que le guerrier ne tente quelque chose simplement elle ne pouvait poser ses yeux ailleurs que sur la silhouette sombre de l'homme à contre-jour de peur que son regard ne rencontre de nouveau le sable trop blanc de la plage. Là où elle habitait enfant la plage était souvent couverte d'étendue immense d'algues sombres ce qui fait qu'elle n'avait pas connu ce problème dans son enfance mais ici le sable semblait comme une invitation au soleil à jeter ses rayons sur le sol pour que le sable étincelle de mille feux. C'était exagéré évidemment mais pour les yeux sensibles de l'elfe aquatique cela revenait au même.

    Comment allait-elle faire ? Pour suivre l'homme sans risquer de poser ses yeux sur ce sable ? Naè'rush baissa un instant les yeux sur le bras de l'homme puis les reposa sur son visage. Alors elle tendit la main. Celle-ci ne fit qu'effleurer le bras de l'homme. Elle n'avait pas besoin de voir. Si elle se contentait de sentir l'homme ainsi, elle n'aurait pas besoin de regarder jusqu'à ce qu'ils aient dépassé la plage et que sous ses pieds ne se trouve plus que de l'herbe ou de la terre marron. C'était accorder une grande confiance à l'homme et si quelqu'un lui avait reproché cette naïve confiance qu'elle accordait à l'inconnu, Naè se serait sûrement justifiée -si elle avait pensé qu'elle avait à le faire- en disant qu'elle n'avait pas le choix, elle ne pouvait rester là indéfiniment. Cependant ce n'était pas vrai ; d'autres solutions lui venaient bien à l'esprit mais beaucoup moins pratique. Elle se montrait bel et bien trop peu méfiante mais tant pis.


    "Je peux ?"

    Elle demandait cela pour savoir si cela ne dérangeait pas l'homme qu'elle se guide ainsi. Certes cela faisait encore une question mais très concise et prononcée sur un ton beaucoup plus calme, plus sûr de soi. La jeune elfe avait retrouvé sa contenance.
    _________________
    Revenir en haut
    Mort
    Responsable de la guilde des Guerriers
    Responsable de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Juin 2009
    Messages: 455
    Points d'xp:
    Age: 20
    Race: Humain
    Métier: Chasseur
    Force: 19
    Dextérité: 10
    Constitution: 17
    Intelligence: 6+1
    Sagesse: 5
    Charisme: 6
    Point(s): 35
    Fiche: URL
    Mémoire: URL

    MessagePosté le: 21/10/2010 08:21:04    Sujet du message: Une arrivée illégale sur Iwy Répondre en citant

    Il était évident que la fille de la Mer était restée interdite, suite à la réponse du Guerrier, et sa peur allait visiblement croître, comme il l’avait prévu. Mais justement la réponse lui avait déjà échappée, et maintenant c’était trop compliqué de lui expliquer l’origine de son prénom et ce qu’il avait représenté pour lui, et surtout pour ceux qui l’avaient entouré. Il aurait dû lui raconter sa conception, la mort de son père, la désolation qu’il semait au milieu de la bataille, du sillon de corps qu’il avait laissé derrière lui. Et de son épée. Il faudrait trop de mots, trop de temps et trop de confiance, et le Nordique n’était pas disposé à accorder ni le premier, ni le deuxième et ni, surtout, la troisième, notamment à cause de l’influence que la fille semblait avoir sur sa personnalité. Maintes pensées se chevauchèrent dans son esprit, pendant que l’Elfe se désaltérait, mais il les chassa toutes et reprit sa gourde, une fois qu’elle eut apaisé sa soif ; à vrai dire elle ne semblait pas trop souffrir par le manque d’eau, du moins à en juger par le peu de fougue qu’elle avait déployé une fois la gourde saisie, mais Mort n’y plaça pas d’importance et lorsqu’il reprit de sa besace, il la leva au dessus de sa tête pour en verser le liquide résidu : il mouilla donc toute sa chevelure jusqu’à vider la gourde. Ce comportement bizarre avait en réalité son explication : malgré l’Eté qui tournait à la fin, et l’Automne qui faisait déjà sentir son influence, le Nordique avait encore vif le souvenir de ce qui lui était arrivé il y a deux mois, lorsqu’il avait failli mourir déshydraté à cause de la chaleur de l’Eté iwyen. En cette occasion-là aussi, il se trouvait au bord de la mer, tout compte fait peu loin de la plage où il se trouvait actuellement, et il ne s’était sauvé que grâce à l’intervention d’une petite friponne à laquelle il était en train d’enseigner les fondements du tir à l’arc. Une sacrée humiliation en effet, il avait sous-estimé l’absence d’abris et la force du soleil, et il ne voulait pas répliquer l’échec.

    Il tint renversée la gourde afin de contrôler que celle-là fût vide, avant de la raccrocher à la ceinture d’arme et de lorgner la réaction de la Femme de la Mer à son indication : cependant elle restait immobile, et n’esquissa pas non plus un mouvement. Bizarre, n’avait-elle pas compris ses intentions ? Ou alors était-elle encore craintive ? La fille semblait avoir encore du mal à garder ses yeux ouverts, et le choc du naufrage pouvait encore jouer un rôle important dans ses réactions : elle semblait, aux yeux de Mort, manquer d’assurance et réagir tel qu’un automate. Mais finalement elle leva sa main droite, avec laquelle elle arriva à effleurer le bandage noir qui entourait l’avant-bras gauche du chasseur. Ce dernier se trompa sur les intentions de l’autre, et comprit qu’elle demandait permission de lui enlever cette protection en étoffe ; il marqua un temps d’arrêt, avant de lever sa main droite, accomplissant le geste de charger une gifle après avoir hâtivement retiré son bras gauche. Mais il se retint de lui asséner le coup sur la joue, comme l’était son intention initiale, et laissa retomber le membre droit le long du flanc. Qu’est-ce que voulait-elle faire, la fille ? Découvrir son…


    « Non ».

    Lui répondit-il sèchement, reculant d’un pas. Personne ne devait avoir accès à ce qu’il cachait d’un tel soin. Il valait mieux ensevelir cette page-là de sa vie et continuer à regarder avant. Il se rendit compte qu’il avait été extrêmement brusque envers la fille, et que peut-être n’avait-elle pas l’intention de le provoquer, mais, enfin, de son côté il ne s’était pas montré intéressé à l’histoire de son interlocutrice, ni à ce que son étui contenait. Il n’avait pas posé de questions, lui, il s’était borné à l’aider, pour ce qu’il pouvait faire. La méfiance du Nordique, en dépit de tout, s’accrut. Et il était loin de comprendre les vrai besoins de l’Elfe à la chevelure bleue, il n’imaginait pas le but de sa requête. En tout cas, il croyait avoir établi des jalons compréhensibles, par conséquent il fit le geste de commencer à marcher le long du sable humide, ayant soin de se placer à côté de la naufragée et non pas devant elle. Tante Prudence avait vécu plus longtemps que Tante Chance…
    _________________
    Revenir en haut
    Naè'rush Ishia


    Hors ligne

    Inscrit le: 20 Sep 2010
    Messages: 21
    Age: 166 ans
    Race: Elfe bleue
    Métier: Saltimbanque
    Force: 7
    Dextérité: 10
    Constitution: 8
    Intelligence: 8
    Sagesse: 7
    Charisme: 8
    Point(s): 9

    MessagePosté le: 21/10/2010 20:31:54    Sujet du message: Une arrivée illégale sur Iwy Répondre en citant

    L'homme retira vivement son bras et leva sa deuxième main avec l'intention non dissimulée de la frapper. La jeune fille plissa les yeux et eut un geste de recul en prévision du coup … qui ne vient jamais. L'homme baissa son bras en lui jetant un « non » clair, froid presque menaçant. Naè se détendit quand la main du guerrier retomba le long de son flanc. Discrètement elle ramena son pied gauche contre son droit : il n'était pas question qu'elle reçoive des coups sans rien faire. Elle ne prétendait pas combattre ce géant cependant elle aurait pu essayer d'éviter ses coups : elle était agile et vive du fait de ses talents de danseuse et, parfois mais beaucoup plus rarement, de voleuse.

    Mais l'homme avait renoncé à la frapper et venait de lui tourner le dos et partait en direction de la forêt que Naè devinait derrière les épaules larges de l'homme. Naè voulut au moins se placer dans le dos de l'homme pour se protéger du soleil grâce à la carrure de l'homme comme jusqu'auparavant mais le guerrier se déplaça de manière à l'avoir à côté d'elle.

    Elle commençait grâce à ce geste à comprendre : quoi qu'elle ait pu faire en tendant la main vers lui, l'homme ne lui faisait pas -plus ?- confiance. Qu'avait-elle fait ? L'homme avait-il quelque chose à cacher ? Naè'rush s'en fichait bien ; tout ce qu'elle savait c'était qu'elle ne pouvait avancer ainsi. Mais pouvait-elle avouer à cet homme sa faiblesse ? La confiance qu'elle lui accordait avait nettement baissé après qu'il ait manqué levé la main sur elle. Mais que pouvait-elle faire d'autre.

    Mais elle n'avait pas le temps de réfléchir : déjà elle entendait les pas de l'homme s'éloigner sur le sable, elle peinait à le suivre les yeux fermés et le bruit du sable sous ses propres pas masquaient celui de plus en plus tenu à cause de l'éloignement de l'homme. Bientôt pour qu'il l'entende il faudrait qu'elle crie et si elle n'avait pas de goût pour le bavardage mais si pliait quand il le fallait, la jeune elfe détestait crier. Il n'y avait rien de moins harmonieux qu'un cri. Encore un cri de désespoir ou de joie avait quelque chose d'expressif, l'appel d'un nom juste pour se faire remarquer eh bien c'était moche. Ses lèvres s'ouvrirent et de sa voix chantante elle déclara :


      « Attends. »


    Elle n'avait mis aucune autorité dans sa voix. C'est comme si elle avait déclarait « il attend » mais sous une forme entre la demande et l'ordre. Elle laissa un silence. L'homme avait-il stoppé son pas ou était-il déjà trop loin pour l'entendre ? Il était tellement grand, ses enjambées devaient être rapides.

      « Je ne peux pas te suivre. Je ne peux fixer le sable ou le ciel : la luminosité est trop forte cela me brûle les yeux. Je suis impuissante, je ne peux rien contre toi. Si tu ne veux pas que je te touche, dis-le moi simplement. Je suis en mesure de le comprendre. »


    C'était déjà beaucoup de mots. Trop. Seules les chansons en méritaient autant selon l'elfe aquatique. Malheureusement il était souvent dur de se faire clairement comprendre en quelques mots quand la situation devenait critique.

    Naè présenta son visage impassible à l'homme. Elle n'était pas de ces personnes sur les visages desquels l'ont pouvait lire la sincérité, la tristesse, les appels à l'aide ou encore la joie ou la rage. L'homme ne lui ferait peut-être pas confiance mais tant qu'elle n'aurait pas essayer, elle ne saurait pas. La jeune elfe défit le noeud qui coiffait ses cheveux et qui était de toute façon tout de travers à cause de sa nage et de son séjour sur la plage. Elle en tendit un bout au guerrier.


      « Tu n'auras qu'à tenir ce tissus, je tiendrai l'autre bout et ainsi je ne pourrai pas te perdre ... »

    Le suspens dans sa voix sous-entendait : « cela te va ? » cependant la jeune fille n'osait pas demander directement car elle craignait un nouveau « non » sur le même ton. Même si son visage ne le montrait pas, cela la blessait intérieurement. Se voir ainsi refuser une demande d'aide quand on était perdu au milieu de personne sans connaître personne, cela était profondément décourageant.
    _________________
    Revenir en haut
    Mort
    Responsable de la guilde des Guerriers
    Responsable de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Juin 2009
    Messages: 455
    Points d'xp:
    Age: 20
    Race: Humain
    Métier: Chasseur
    Force: 19
    Dextérité: 10
    Constitution: 17
    Intelligence: 6+1
    Sagesse: 5
    Charisme: 6
    Point(s): 35
    Fiche: URL
    Mémoire: URL

    MessagePosté le: 25/10/2010 14:36:53    Sujet du message: Une arrivée illégale sur Iwy Répondre en citant

    La réaction de la fille à son geste brusque, c’est-à-dire le lever du bras, fut compréhensible : elle chercha à se soustraire en reculant d’un pas, d’un mouvement similaire à celui accompli par le Guerrier. Et ce ne fut pas un mouvement incertain, un vacillement à la recherche de ses repères, mais un mouvement coordonné et décidé. Seulement la familiarité qu’il avait à propos des batailles, des bagarres, lui permit de s’apercevoir de cette petite différence, qui clochait avec le tableau de la frêle, petite naufragée crachée par la mer. Mais comme il n’y avait d’autres explications, aux yeux de Mort, pour la venue de la femme, il pensa sans doute qu’elle possédait une remarquable aptitude à récupérer ses forces et aucun doute n’effleura son esprit, ne connaissant pas la race dont l’Elfe était une représentante.

    Le Nordique se repentit un petit peu de son geste instinctif. Non pas parce qu’il avait de l’intérêt à garder l’amitié de la femme, mais plutôt parce qu’il avait laissé l’impulsivité prendre le dessus sur sa volonté de la contrôler, et qu’il avait accompli un geste inutile, qui risquait de gâcher les rapports entre lui et la Fille de la Mer. Finalement, c’était gratuit tout cela, une chose qu’il aurait pu s’épargner et maintenant l’autre allait bien sûr se méfier davantage de lui.

    Mort venait de commencer à marcher et avait déjà entamé son chemin, quand il s’aperçut que la fille ne le suivait pas. Il l’avait dépassée déjà à son deuxième pas et, malgré cela il voulait faire semblant de rien et la laisser à ses doutes insaisissables, il fut arrêté brusquement par la voix de l’Elfe : un seul mot, prononcé sans autorité, mais qui obtint l’effet voulu. Le Nordique se tourna petit à petit afin de pouvoir la toiser de nouveau, en attendant qu’elle parle encore. Evidemment elle avait un désir à exprimer, Mort n’en doutait pas. Et ce qui l’avait affecté c'était vraiment le ton de voix avec lequel la Fille de la Mer avait communiqué sa volonté –ou son espoir ?- qu’il arrête sa marche. Si sa voix avait été tachée même d’un brin d’arrogance, ou alors avait été trop aigue, si elle avait pesté pour arriver à l’arrêter, il l’aurait laissée là-bas, à se plaindre sur le sable de la plage ; il aurait eu du mal à supporter n’importe quelle tentative d’imposition. Au contraire, la femme à la chevelure fantastique avait exprimé son envie de le voir immobile tel que le ferait le Nordique-même. Mort supposa qu’entre lui et l’Elfe il y avait une façon de voir les choses commune, et à cause de cela il stoppa immédiatement son allure.

    La naufragée semblait un peu embarrassée, ou, du moins, cherchait à ramasser ses idées, avant de parler de nouveau. Mais enfin elle éclaircissait le mystère de sa cécité. Alors, c’était cela. Elle souffrait de la puissance de la lumière, et depuis cela en découlait toutes ses difficultés. Voilà pourquoi elle avait été si gauche jusqu’à ce moment là, et même son attitude trouvait une signification. Cela devait être dur, pour elle, tant de l’admettre que de se retrouver dans un tel pépin. Contrairement à ce qu’on aurait pu attendre, l’Homme du Froid ne s’étonna pas trop. D’accord, il avait été pris par surprise par l’explication, mais lui-aussi souffrait d’un problème qu’on pouvait comparer à celui de son interlocutrice. Quand la saison froide laissait place à celle chaude il devenait plus faible, jusqu’à ce qu’il terminât par être totalement impuissant alors que la température franchissait certaines barres. Alors, pour lui la température, pour elle la lumière.

    Mort comprit soudainement qu’elle n’avait jamais voulu dévoiler ce qu’il cachait sous le bandage noir, mais qu’il était fort probable qu’elle avait cherché à l’attraper pour avoir quelqu’un qui l’amenât au-delà de la plage. Il avait été un idiot, alors, il fallait le reconnaître. Également, il exclut l’idée que tout cela puisse être une farce, et que donc la femme cherchait à l’attirer dans un piège : ou elle était la plus grande actrice des Deux Continent, ou elle devait forcément être sincère. D’ailleurs, comment aurait-elle pu savoir que le Nordique était là-bas, avant qu’il ne se montre ?

    Pendant qu’il raisonnait de cette façon-là, l’Elfe décoiffa ses cheveux, les faisant tomber tels qu’une chute d’eau. Le chasseur n’avait pas immédiatement compris le sens de ce geste-là, mais l’autre ne tarda pas à le lui expliquer. La femme semblait bien contrôler ses émotions, maintenant, et Mort ne pouvait qu’apprécier cette qualité. Elle avait dû interpréter le refus précédent comme le désir du Responsable de ne pas se faire toucher par elle, alors elle avait trouvé rapidement une autre solution pour sortir de l’impasse actuelle. Que c’était malin, tiens… L’Homme venu du Nord saisit le bout de tissu que la fille lui tendait, mais, une fois attrapé, il le fit tourner autour de son poignet droit, jusqu’à s’en emparer complètement. Il ne voulait pas avouer à lui-même que la perspective que la fille puisse se renouer ses cheveux ne l’enthousiasmait pas trop, il était charmé par la couleur et la fluidité de cette masse bleue. Il chercha donc à soustraire la bande d’étoffe à l’Elfe, avant de passer son bras droit autour de ses épaules, dans le but de conduire avec plus d’assurance ses pas incertains. L’odeur de la mer monta du corps de la fille jusqu’aux narines du Nordique, et, encore une fois, ce détail renforça l’image de la femme de la Légende que, stupidement, il s’était créé dans son esprit, et qu’il n’arrivait pas à chasser de son imagination. Pourtant tout était logique, une naufragée ne pouvait qu’émaner l’odeur de la mer.


    « Allons ».

    Dit-il brusquement, plus pour couper court à ses fantaisies que pour intimer à l’Elfe de reprendre la marche. Le bois n’était pas trop loin, au bout d’une demi-heure ils gagneraient l’ombre confortable des arbres. Le regard gris de l’homme glissa le long de la surface de la mer, se perdant armi les milliers de petites lueurs qui s’allumaient aux bouts des ondes, un spectacle que la naufragée n’aurait jamais pu admirer.
    _________________
    Revenir en haut
    Naè'rush Ishia


    Hors ligne

    Inscrit le: 20 Sep 2010
    Messages: 21
    Age: 166 ans
    Race: Elfe bleue
    Métier: Saltimbanque
    Force: 7
    Dextérité: 10
    Constitution: 8
    Intelligence: 8
    Sagesse: 7
    Charisme: 8
    Point(s): 9

    MessagePosté le: 25/10/2010 22:37:51    Sujet du message: Une arrivée illégale sur Iwy Répondre en citant

    ["Mort supposa qu’entre lui et l’Elfe il y avait une façon de voir les choses commune" c'est donc bien ce que j'avais compris =) ]

    L'homme s'était bien arrêté non loin d'elle car en moins d'une seconde il avait attrapé le bout de tissu. Cependant il ne se contenta pas d'attraper le ruban comme elle l'avait suggéré ; il tira brusquement dessus et Naè, surprise, lâcha le tissu bleu et blanc. L'homme l'avait-il mal comprise ? Pourtant elle avait été claire. Elle s'efforçait toujours d'être claire les quelques fois où elle s'exprimait. Puis d'une manière toute aussi soudaine qu'il avait arraché le bout de tissus des mains, le guerrier passa un bras autour des épaules de la jeune elfe. Cette dernière ne se déroba pas à ce contact inattendu mais en fut très surprise elle qui pensait quelques secondes à peine plus tôt que l'homme ne souhaitait pas être touché. Si elle n'avait pas eu un minimum de contrôle sur elle-même, elle aurait surement levé un regard étonné vers le géant. Cependant elle réussit à se prévenir d'un tel geste sans quoi ses yeux auraient de nouveau eut à souffrir. De plus elle n'imaginait pas que l'homme soit si proche. Il ne s'était vraiment pas arrêté très loin en vérité. Elle qui l'avait imaginé déjà à quelques bons mètres d'elle se rendait compte qu'il s'était trouvé juste à quelques pas pendant tout ce temps.

    La jeune elfe fit donc confiance à l'homme -elle ne savait toujours pas comment l'appeler ; Mort était-ce vraiment son prénom ? Cependant celui-ci pendant un instant n'avança pas malgré le fait qu'il est dit « allons » qui soulignait bien son intention de se mettre en marche. Se passait-il quelque chose ? Heureusement la jeune fille n'eut pas à s'inquiéter outre mesure car l'homme se mit en marche. Grâce à son bras qui entourait les épaules de la jeune fille, il arrivait facilement à la diriger et Naè ne trébucha pas une seule fois. L'elfe aquatique qui ne savait pas à quelle distance se trouvait la forêt et trouva d'autant plus long le chemin jusqu'aux arbres qu'elle ne pouvait avoir aucune certitude que l'homme ne les faisait pas tourner en rond. Cependant il n'avait pas de raison de le faire et enfin la jeune fille put sentir que le sable laissait peu à peu la place à de la terre puis à quelques touffes d'herbe. Enfin la jeune fille sentit sur son visage la douce fraicheur de l'ombre et elle ouvrit les yeux en papillotant des paupières. En fermant les yeux, elle avait eu l'impression que le voyage avait duré des heures et qu'elle se réveillait doucement d'un rêve un peu étrange. Mais non en se tournant, elle put apercevoir l'homme qui était toujours là juste à côté d'elle.

    La jeune fille pouvait plus distinctement apercevoir les traits de l'homme et elle n'était pas obligé de plisser les yeux. Elle posa donc son regard bleu sur l'homme. Ses yeux à lui d'ailleurs étaient gris constata la jeune elfe. Couleur qu'elle avait peu eut l'occasion de rencontrer dans les yeux des gens à sa souvenance. Son ruban, quant à lui, était là, enroulé autour du poignet du guerrier. La jeune fille ne voulant pas embarrasser l'homme de son regard s'inclina pour le remercier. Elle espérait qu'il ne lui demanderait rien en échange de son aide ; non pas qu'elle ne voulait rien lui donner en échange mais simplement qu'elle n'avait pas grand chose à lui offrir.

    En se redressant, Naè posa tout de même la question qui lui taraudait l'esprit mine de rien malgré son peu de curiosité habituel :

    « T'appelles-tu vraiment La Mort ? »

    ET puis comme il était impoli de demander à quelqu'un son prénom sans s'être présenté à l'avance, elle ajouta calmement :

    « Moi je m'appelle Naè. Naè'rush Ishia. »

    La jeune elfe accompagna sa précision d'un léger mouvement de tête. Puis ses yeux se mirent à parcourir. Certes c'étaient une forêt comme elle avait pu en voir beaucoup cependant il y avait là quelques plantes qu'elle n'avait jamais vu -sans doute spécifiques au climat de ce lieux. Naè n'était pas tellement curieuse de ces choses ; elle avait tant voyagé que la nouveauté elle l'avait rencontré partout. Chaque lieu lui avait donné quelque chose à observer. Non elle détournait ainsi son regard afin de ne pas oppresser le guerrier. C'était une manière de signifier que s'il ne désirait pas répondre, c'était son droit. Elle ferait alors comme si, perdue dans sa contemplation, elle n'avait pas remarqué l'absence de réponse.
    _________________
    Revenir en haut
    Mort
    Responsable de la guilde des Guerriers
    Responsable de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Juin 2009
    Messages: 455
    Points d'xp:
    Age: 20
    Race: Humain
    Métier: Chasseur
    Force: 19
    Dextérité: 10
    Constitution: 17
    Intelligence: 6+1
    Sagesse: 5
    Charisme: 6
    Point(s): 35
    Fiche: URL
    Mémoire: URL

    MessagePosté le: 29/10/2010 08:07:23    Sujet du message: Une arrivée illégale sur Iwy Répondre en citant

    Pendant le trajet de la plage au petit bois, Mort eut l’occasion de concentrer son attention sur la chevelure de la fille : en profitant qu’elle était un peu handicapée et qu'elle était toute concentrée sur le chemin, histoire de ne pas trébucher, il put étudier de près cette vague bleue qui semblait s’être échappée de la mer qu’ils venaient de laisser derrière leurs dos. C’était vraiment extraordinaire : au début il avait pensé que peut-être possédait-elle cette couleur-là car elle avait teint ses cheveux, mais l’hypothèse était faible, l’eau de la mer pourrait probablement décolorer une quelconque teinture. Mais l’Homme du Nord n’était pas trop à l’aise à ce sujet-là, il connaissait juste comment se teindre le visage quand il fallait aller à la chasse ou à la guerre. D’ailleurs les couleurs employées par les Nomades du Nord étaient tirées du sang, du jus des fruits et de choses semblables, par conséquent elles pouvaient bien être nettoyées grâce à un peu d’eau. Quoi qu’il en soit, le bleu était vraiment la couleur de la fille, il devait se résigner. Bleu partout : ses cheveux, sa robe trempée, son foulard, ses yeux.

    Il détourna son regard, s’obligeant à ne plus fixer la fille : il lui semblait être un enfant, enchanté par son nouvel arc. Un peu dégoûté par son comportement, il serra la prise de son bras autour des épaules de l’Elfe et continua à marcher en silence. Cette dernière sentira sans doute sur sa peau la différence de température qu’il y avait entre son corps et celui de l’homme, tel que Mort-même l’entendait. La naufragée, malgré qu’elle sorte de l’eau, était chaude pour lui, mais cela ne constituait pas une nouveauté pour le chasseur : il y était habitué, tous les vivants au dessous de ses steppes possédaient une température corporelle haute qui ne leur permettrait jamais de vivre aisément dans le Nord. Le crissement du sable dessous leurs pieds s’éteignit bientôt, mais dépasser le bord pierreux et accidenté qui amenait au pré qui longeait la plage n’avait pas été facile, notamment car le Guerrier n’avait aucune intention de prendre la femme dans ses bras pour dépasser l’obstacle. Mais finalement ils réussirent à gagner la plaine, et le chemin se fit plus aisé ; et si Mort avait eu un esprit plus poétique que cela il aurait pu arriver à définir ce chemin comme une agréable promenade, comme ils suivaient un sentier qui serpentait parmi les prés et les tilleuls qui commençaient à avoir les feuilles tachées de rouge. L’Automne avançait petit à petit, donnant du soulagement au physique épuisé par l’Eté de l’homme.

    C’était l’Automne, une saison vraiment bizarre pour Mort, qu’il ne cessait pas de contempler d’un air curieux : dans ses terres natales on passait directement d’un court Eté à l’Hiver, au bout de trois semaines. C’était un changement très brusque, et en plus de cela la plupart des arbres qui peuplaient les steppes étaient des semper virens, par conséquent il avait grandit sans avoir connu le phénomène de la chute des feuilles. Une fois atteint l’âge de la maturité, et quitté les landes glacées, il avait toujours été fasciné par ce changement presque luxuriant de couleurs et la lumière très particulière de la saison. Finalement l’ombre des arbres caressait leurs visages, et le Responsable décida de s’arrêter, dans le but de décider avec l’Elfe quoi faire.

    Elle resta immobile pendant quelques instants, évidemment pour se familiariser avec l’endroit, ou alors pour jouir du chant des oiseaux et des doux bruits du bois. En effet, une étrange comparaison entre le gargouillement du ressac et le silence tâché de petits bruits de la forêt s’imposa à l’esprit du Nordique, qui remarqua l’effet bienfaisant des deux, malgré leurs différences. Mais l’Elfe l’attira bientôt par son regard bleu : elle avait fixé un instant le bout d’étoffe qu’il serrait dans sa main, et ce fut qu’à ce moment-là qu’il s’aperçut qu'il avait encore une chose à elle. Elle détourna rapidement ses yeux, embarrassée, mais le Nordique saisit au vol son regard, et leva sa main pour lui rendre ce qui lui appartenait. Enfin, il acquiesça lentement de la tête pour répondre à sa question. L’Elfe, elle-même, avait révélé son nom, mais pour le Guerrier c'était presque imprononçable. Il chercha à le répéter dans son esprit plusieurs fois, puis renonça : la prononciation était trop difficile pour lui, qui avait déjà quelques difficultés avec la langue des Lesniens, très différentes de la sienne, toute caractérisée de sons gutturaux et rauques. Bah, femme ira aussi bien, à présent on avait d’autres problèmes : il devrait l’amener au bureau de recensement, mais il comprenait bien qu’elle pouvait avoir d’autres besoins plus urgents, comme se nourrir ou reposer un petit peu.


    « En tant que Responsable de la Guilde des Guerriers, je suis censé vous amener au bureau de recensement du Nouveau Continent » dit-il d’un ton bas, mais grave. Puis ajouta : « Si vous avez des exigences, avant de s’y rendre… ».
    _________________
    Revenir en haut
    Naè'rush Ishia


    Hors ligne

    Inscrit le: 20 Sep 2010
    Messages: 21
    Age: 166 ans
    Race: Elfe bleue
    Métier: Saltimbanque
    Force: 7
    Dextérité: 10
    Constitution: 8
    Intelligence: 8
    Sagesse: 7
    Charisme: 8
    Point(s): 9

    MessagePosté le: 29/10/2010 09:57:19    Sujet du message: Une arrivée illégale sur Iwy Répondre en citant

    Il s'appelait donc bel et bien Mort. Quel étrange prénom ! Oups le guerrier venait de surprendre son regard et lui tendit son foulard. La jeune fille le remercia et commença à refaire sa coiffure quand elle se figea alors que les mots de l'homme résonnaient dans s tête "en tant que responsable de la guilde des guerriers" ...

    La jeune fille laissa retomber ses mains devant elle faisant voler de nouveau sa longue chevelure bleue sur ses épaules et ses yeux se posèrent sur son foulard qu'elle serra dans ses mains jusqu'à en faire blanchir les jointures de ses mains. L'honnêteté de la jeune fille était celle que lui avait appris, alors qu'elle était encore petite, le chef de la troupe avec laquelle elle avait longtemps voyagé après avoir été vendue. C'est à dire que c'était une honnêteté toute relative : il fallait être bon et sincère avec les gens qui l'avaient été avec vous mais pour les autres il ne fallait pas hésiter dans le besoin à les duper et à les voler. Si seulement il n'avait pas précisé sa fonction, elle n'aurait jamais connu son rôle et n'aurait jamais eu l'impression de lui mentir, même par omission, et elle ne se serait jamais trouvé avec ce problème de ne pas savoir que faire : l'homme l'avait aidé, elle ne devait pas se montrer malhonnête.

    Détournant la tête, l'elfe bleue tendit ses deux mains en avant dans le geste de quelqu'un qui attend qu'on lui lie les poignets. Toujours le regard fuyant devant sa culpabilité, la jeune elfe déclara :


    "Alors si tel est votre rôle, vous devez m'arrêter. J'ai ... évité d'arriver au port afin de ne pas me faire confisquer mon arc."

    La jeune fille ne précisa pas comment elle avait réussi à "éviter" comme elle disait d'aller jusqu'au port, cela c'était un secret qu'elle n'avait pas à révéler. Elle se montrait déjà bien plus honnête que nombre de personnes ne l'auraient été, elle n'allait pas en plus confier toute son histoire. Soudain la jeune fille releva la tête, décidée, et plongea son regard bleu dans celui du guerrier.

    "Mais vous pourrez toujours me mettre en prison je ne le rendrai pas. Je le laisserai cacher là éternellement s'il le faut mais je ne m'en séparerai pas."

    La jeune fille déglutit péniblement avant de continuer :

    "Cet arc vaut extrêmement cher, je sais que s'il m'est confisqué je ne pourrai jamais le racheter. C'est le seul souvenir que j'ai de mes parents je refuse que quelqu'un d'autre ne l'ait."

    Soudain la jeune fille fit un bond souple en arrière alors qu'elle repliait ses bras sur l'étui de sa flûte. Un horrible doute venait de lui traverser l'esprit.


    "Si je vais en prison est-ce que mes autres affaires seront confisquées ?"


    A vrai dire à part sa flûte, Naè n'avait pas grand chose mais seule sa flûte déjà représenté quelque chose d'important pour elle. A présent elle redoutait la réponse du guerrier bien que son visage restait calme. Déjà elle essayait de voir des possibilités de s'échapper. Elle pourrait toujours retourner dans la mer pas par la plage mais en sautant des falaises : c'était plus près et elle n'avait pas à passer par le supplice du soleil sur le sable.

    _________________
    Revenir en haut
    Mort
    Responsable de la guilde des Guerriers
    Responsable de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Juin 2009
    Messages: 455
    Points d'xp:
    Age: 20
    Race: Humain
    Métier: Chasseur
    Force: 19
    Dextérité: 10
    Constitution: 17
    Intelligence: 6+1
    Sagesse: 5
    Charisme: 6
    Point(s): 35
    Fiche: URL
    Mémoire: URL

    MessagePosté le: 04/11/2010 10:17:27    Sujet du message: Une arrivée illégale sur Iwy Répondre en citant

    Mort croisa ses bras à la hauteur de sa poitrine, pendant qu’il attendait une réponse de la fille. Réponse qui tardait un peu à arriver, à cause de l’évident état d’étonnement dans lequel la naufragée était tombée : un petit choc devait l’avoir troublée, comme elle arrêta de se renouer ses magnifiques cheveux et, littéralement, ses bras en tombèrent. Qu’est-ce qu’il avait dit de si important qu’elle détournait son regard, de peur de croiser une deuxième fois le sien ? Ou alors s’était-elle rappelée de quelque chose qui l’affectait d’une telle manière ? Elle resta un peu immobile, d’un air pensif, voire plein de désarroi, avant d'expliquer ce qui la troublait.

    Cette fois-là, ce fut le tour de Mort de rester ahuri par la requête de son interlocutrice : elle lui demandait de l’arrêter ! Un tourbillon de pensées s’affola dans son esprit et il avait du mal à y mettre de l’ordre. Il lui semblait que le comportement de la fille était un peu contradictoire : si elle avait pris tant de soin que cela pour esquiver les contrôles au débarquement, pourquoi se résigner maintenant, au risque de perdre pas seulement son arme, mais sa liberté aussi ? De son côté, Mort n’aurait troqué sa liberté pour rien au monde, même si cela signifierait mentir ou quoi que ce soit d'autres ; il lui avait suffi de la perdre une fois et de se voir enfermé dans la mine de cuivre. Et que dire de son arc ? Il n’avait vu que l’étui qu’elle semblait maintenant lui tendre, de ses bras levés. Le Responsable commença à reconstruire ce qui pouvait être arrivée à l’Elfe, dès son naufrage : probablement, dans le but d’échapper aux contrôles que ses hommes faisaient au port, la femme s’était jetée dans les vagues avec son [L]arc, une fois à proximité du nouveau Continent. Mais elle devait avoir mal fait ses calculs, comme évidemment elle comptait arriver à la nage à gagner la terre ferme. Au contraire la force de la mer devait avoir pris le dessus sur ses faibles forces et elle avait raté son objectif. La fille devait avoir perdu son arc dans la tentative de rejoindre la plage et ensuite elle s’était même évanouie. Voilà pourquoi Mort ne s’était aperçu de rien jusqu’à la matinée, car effectivement la plage devait être restée déserte jusqu’au petit matin.

    Il s’aperçut bientôt que ses hypothèses ne devaient pas être complètement correctes, car Naé évoquait à une cachette pour son arme. Cela bouleversait sa reconstruction, peut-être avait-elle eut le temps de cacher l’arc derrière quelques écueils, avant de s’évanouir sur le sable… Quoi qu’il en soit, l’embarras de la fille à la chevelure bleue était évident, malgré son élan d’orgueil, témoigné par son ton de voix pendant qu’elle parlait de son arc ; elle avait peur que quelqu’un puisse lui soustraire l’objet auquel elle était tant attachée. Et pas seulement cela : dès qu’elle s’aperçut lui avoir tendu son étui, elle se dépêcha de l’approcher de sa poitrine, pour ne pas s’en séparer. Évidemment il n’y avait pas seulement l’arc dans ses pensées.

    Le Nordique devait décider quoi faire maintenant : si on regardait son rôle de Responsable il n’avait qu’à arrêter la fille pour avoir essayé d’éviter la loi de Lesnie –c’est-à-dire le contrôle au débarquement-. Au contraire, son instinct lui souffla de laisser tomber : elle avait été honnête avec lui, même une fois découvert ses tâches sur l’Ile, alors pourquoi maintenant ne pas lui faire confiance ? Il était vrai qu’elle cherchait à cacher une arme et si malheureusement elle avait l’idée de s’en servir à l’avenir, le Guerrier se sentirait responsable d’un éventuel accident qu’elle irait causer.


    « Oui, naturellement »

    Dit-il d’un ton machinal, essayant de gagner du temps pour mieux étudier la fille. En effet, il aurait pu faire semblant de rien pour n’importe quel objet, mais une arme… cela pouvait être trop dangereux. Il ne lui restait que la voie de la sincérité, sa préférée d’ailleurs.

    « Une arme peut tuer, la fille bleue. Vous comprendriez que je ne peux pas faire mine de rien. Si par hasard un jour on tue avec cette arme-là, et qu’elle n’a pas été dénoncée, je serais plein de remords ». Mort laissa tomber ses bras le long de son corps, avant de reprendre. « Et je dois même vous amener au bureau de recensement, donc vous n’avez que deux choix : ou vous me livrez votre arc et vous me suivez, alors vous pourriez garder votre étui, ou je serais obligé de vous arrêter, avec toutes les conséquences suivantes ».

    A vrai dire l’Homme du Froid ne prenait pas de plaisir à exécuter cette tâche, mais il ne pouvait pas faire différemment, en tant que Guerrier. De temps en temps il devait même obéir aux dispositions de son supérieur, le Maître… Finalement, pour chercher à mitiger ses conditions, il ajouta :

    « Votre arc ne sera pas à racheter, mais on prend toujours des précautions lorsque de nouveaux colons débarquent sur le Continent. Si vous le sortez, on peut aller à la chasse, avant de se rendre au bureau, histoire de l’employer encore une fois avant de s’en séparer temporairement. Je pense que vous avez faim ».
    _________________
    Revenir en haut
    Naè'rush Ishia


    Hors ligne

    Inscrit le: 20 Sep 2010
    Messages: 21
    Age: 166 ans
    Race: Elfe bleue
    Métier: Saltimbanque
    Force: 7
    Dextérité: 10
    Constitution: 8
    Intelligence: 8
    Sagesse: 7
    Charisme: 8
    Point(s): 9

    MessagePosté le: 05/11/2010 10:31:51    Sujet du message: Une arrivée illégale sur Iwy Répondre en citant

    L'homme semblait réfléchir à la réponse à lui donner. Cela donna un peu d'espoir à l'elfe aquatique. Peut-être allait-il se montrer clément. Mais non, finalement la réponse tomba, claire. Il était de son devoir de confisquer l'arme sinon il l'enfermait et ses autres effets personnels seraient pris.

    Quand Mort l'appela la "fille bleue", un instant Naè crut qu'il avait dit "l'elfe bleue" ce qui était une autre manière d'appeler les elfes aquatiques. Avait-il donc compris qui elle était ? La jeune fille porta une main à son cou mais le tissus était toujours là, cachant parfaitement ses branchies. De plus l'homme continuait de parler comme si de rien n'était, elle avait dû mal entendre.

    Naè'rush ne savait plus que faire. Si elle ne donnait pas son arc, elle perdait sa flûte mais sa flûte avait beaucoup moins de valeur sentimentale cependant c'était l'un de ses gagne pain avec le chant et la danse et elle s'était attachée à cet instrument. Cependant il était hors de question qu'elle donne son arc. Et puis de toute façon que lui servirait une flûte si elle finissait en prison ? La jeune elfe s'apprêtait donc à accepter quand le guerrier essaya un peu de nuancer ses propos. Elle n'aurait pas à racheter l'arme ? Etait-ce bien vrai ? Elle n'en était pas si sûre ; quelques minutes auparavant elle avait avoué que l'arme avait de la valeur, qu'est-ce qui pouvait lui prouver que l'homme n'allait pas récupérer lui-même l'arme ?

    Naè'rush étudia l'homme. Il n'avait pas l'air malhonnête et puis il était le responsable des guerriers, il ne pouvait pas se conduire comme un voleur n'est-ce pas ? Évidemment la proposition si elle était honnête était intéressante mais à présent Naè'rsuh se demandait si en voyant l'objet l'homme ne comprendrait pas qu'elle était son origine. L'arme n'avait rien d'extraordinaire si ce n'était qu'elle était plus petite que ce que l'on pouvait attendre d'un arc avec une forme en W mais les mots gravés dessus étaient définitivement de la langue des elfes bleues si aisément reconnaissable pour qui s'y connaissait un peu dans la matière grâce à l'aspect très fluide des lettres qui faisaient qu'on avait l'impression que jamais les mots ne finissaient. Et l'homme était un guerrier, il avait sûrement beaucoup de connaissance en matière d'armes. Peut-être qu'il devinerait que la petite taille de l'arc était faite pour qu'il puisse être utilisé autant sur terre que sous l'eau.

    Cependant si elle allait le chercher, l'homme se douterait de quelque chose dans tous les cas ; après tout n'avait-elle pas caché l'arme sous l'eau ?


    "Puis-je avoir votre parole que l'arc ne sera pas revendu ? Je veux bien accepter de vous le confier si je suis sûre qu'il restera en votre possession. S'il est en lieu sûr, que ce soit là où vous l'aurez placé ou dans ma cachette, je serai rassurée. Si vous ne pouvez me promettre une telle chose alors je préfère encore aller en prison même si pour cela je dois perdre mes effets personnels."

    Naè'rush comme pour prouver qu'elle ne m'entait pas tendit, non sans un pincement au coeur, l'étui qui contenait son instrument à l'homme en le fixant droit dans les yeux, bien décidée à ne pas flancher.
    _________________
    Revenir en haut
    Mort
    Responsable de la guilde des Guerriers
    Responsable de la guilde des Guerriers

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Juin 2009
    Messages: 455
    Points d'xp:
    Age: 20
    Race: Humain
    Métier: Chasseur
    Force: 19
    Dextérité: 10
    Constitution: 17
    Intelligence: 6+1
    Sagesse: 5
    Charisme: 6
    Point(s): 35
    Fiche: URL
    Mémoire: URL

    MessagePosté le: 11/11/2010 10:56:25    Sujet du message: Une arrivée illégale sur Iwy Répondre en citant

    Non, elle n’avait pas faim, elle avait même ignoré sa proposition, se concentrant sur d’autres problèmes. C’était bizarre, il croyait qu’après un naufrage toute personne avait besoin de se nourrir, c’était fatigant de survivre à la force des vagues et on devait dépenser beaucoup d’énergie. Mais évidemment la fille avait des réserves cachées, car elle était loin d’être épuisée. Il ne lui restait qu’à attendre sa décision à l’égard de sa deuxième offre, c’est-à-dire le choix qu’il lui avait donné. Le conflit intérieur dans lequel il devait l’avoir placée ne se reflétait pas sur les expressions de son visage, mais en revanche était témoigné par le temps qui coulait avant que le Nordique ne reçoive une réponse ; mais Mort n’était pas pressé, il avait tout le temps de l’attendre, même si cela impliquait d’arriver en retard à la Caserne : il pourrait toujours prétexter quoi que ce soit et, en tout cas, s’il revenait avec la fille bleue cela-même constituerait une bonne excuse.

    Finalement l’Elfe lui exposa les conditions avec lesquelles elle céderait : ou le Guerrier lui garantissait que sa précieuse arme resterait sous son contrôle personnel, ou elle refuserait de la lui livrer et préférerait donc finir en prison, en perdant même tous ses effets personnels y compris le mystérieux étui en bois. La réponse de la femme lui donna des occasions de réfléchir sur la mentalité de son interlocutrice : elle avait bien dû penser qu’il y avait la possibilité que le Responsable profite de la situation pour faire ses affaires et donc tirer un peu d’argent de l’arc confisqué ; mais enfin elle avait fini par placer sa confiance dans le chasseur, en décidant de ne pas se méfier de lui. Quels choix avait-elle d’ailleurs ? Oui, celle de ne pas se confier à la parole d’un inconnu et en subir les conséquences. D’un autre côté, si elle avait vraiment pensé qu’en vu de son rôle de Responsable des Guerriers il ne pouvait pas la duper, alors elle s’était montrée un peu naïve : en premier lieu il aurait bel et bien pu lui mentir, et donc il pouvait être un voleur qui se déguisait en Guerrier. Mort n’avait en effet pas ses emblèmes. En deuxième lieu si elle croyait que tous les gardes étaient honnêtes, elle ne devait pas avoir vu beaucoup de monde, l’Homme du Froid pouvait énumérer beaucoup de cas où les premiers fripons étaient exactement ceux qui auraient dû les contrer.

    Mais bon, elle avait parlé, il fallait une réponse autant claire que cela. Bien sûr que si Mort donnait sa parole, cela valait plus qu’un quelconque lien : dans ses terres natales il y avait peu de lois [L] qui se transmettaient de génération en génération, oralement, et la sacralité de la parole donnée était inviolable. Sinon, tout le système social des tribus des chasseurs nomades serait brisé, car il n’y avait pas de lois écrites. La violation de la parole était punie par l’exile, personne ne pouvait participer à la vie de la Tribu s’il n’était pas fiable. Mort ayant grandi avec cette mentalité-là, il respecterait toute chose qu’il promettrait à la fille à laquelle il faisait face.


    « Ça va, alors… » Dit-il, pendant qu’il levait sa main gauche pour l’appuyer sur l’étui que l’Elfe lui tendait. Il repoussait cet objet contre le corps de la fille étendant son bras gauche, avant de continuer du même ton rauque : « J’attends votre arc, puis on ira tous les deux au bureau de recensement. Je garderait personnellement votre arc, avant de le vous rendre, au juste moment ».

    D’habitude Mort n’était guère curieux, mais, lorsqu’on parlait d’armes, son intérêt de Guerrier s’éveillait, par conséquent il avait envie de voir finalement cette arme particulière à laquelle la femme à la chevelure bleue semblait aussi liée que cela. Il imaginait un bois rare, des détails très soignés, peut-être des pierres précieuses qui garnissaient la partie centrale de l’arc, ou alors des plumes très rares collées aux flèches. Si elle avait pensé qu’il pourrait le revendre, son arme devait posséder une façon très particulière et très appréciée chez les archers. Et puis, enfin, où pouvait-elle l’avoir caché ? Peut-être que cela expliquerait en partie le mystère de son apparition, de son naufrage peut-être volontaire et que le Nordique n’arrivait pas à reconstruire.
    _________________
    Revenir en haut
    Naè'rush Ishia


    Hors ligne

    Inscrit le: 20 Sep 2010
    Messages: 21
    Age: 166 ans
    Race: Elfe bleue
    Métier: Saltimbanque
    Force: 7
    Dextérité: 10
    Constitution: 8
    Intelligence: 8
    Sagesse: 7
    Charisme: 8
    Point(s): 9

    MessagePosté le: 11/11/2010 12:01:09    Sujet du message: Une arrivée illégale sur Iwy Répondre en citant

    Naè'rush sentit son cœur bondir de joie quand l'homme accepta, il parlait même de le lui rendre un jour ! Cependant elle se garda bien de trahir ses émotions. Par contre il restait un problème : pour aller chercher l'arc il fallait qu'elle retourne dans l'eau ce qui impliquait de repasser par la plage ... à moins que ...

    Elle avait bien caché son arc au pied de la falaise donc si elle montait dans la forêt, elle pourrait se trouver en haut de la falaise. La jeune fille sans plus attendre se mit en route, elle savait que l'homme la suivrait. Le chemin montait beaucoup mais cela ne dérangeait pas la jeune fille, elle était habituée à voyager et ses pieds nus avaient appris depuis longtemps à ne plus souffrir des branches et des cailloux sur lesquels elle marchait.

    Enfin Naè arriva en haut, il ne lui restait plus qu'à se diriger vers l'orée du bois. Parfois la jeune elfe se disait qu'elle avait héritée un peu du sang de sa grand mère, l'elfe sylvaine, pour réussir à toujours si bien s'y retrouver en forêt. Après l'eau, c'était le deuxième endroit qu'elle préférait. Le vent dans les arbres lui faisait penser au bruit des vagues sur le sable, le chant des oiseaux étaient même plus beaux que ceux des mouettes criardes.

    Naè sortit de la forêt. Il y avait une grande bande d'herbe avant d'arriver vraiment au bord de la falaise. Naè alla se placer au plus près du bord, ses doigts de pieds ne touchant plus terre et la jeune fille contempla la longue étendue d'eau. C'était si beau, elle adorait tellement cette odeur ! Un coup d'œil vers le bas ne lui fit pas peur. Son arc se trouvait pile en dessous au pied de la falaise quelques mètres sous l'eau. Bon elle savait comment aller le chercher mais elle n'avait toujours pas de solutions pour ressortir de l'eau : elle serait obligée de repasser par la plage hors le soleil ne se coucherait pas avant des heures, le guerrier n'attendrait pas aussi longtemps ...

    Soudain il vint à la jeune elfe une pensée : si elle retournait dans l'eau rien ne l'empêchait de s'éloigner et de ressortir plus loin quand il ferait nuit. Elle aurait ainsi échappé à l'homme et à la perte de son arc ... Mais Naè savait que c'était stupide : le nouveau continent n'offrait pas des tonnes d'endroits où vivre : elle finirait bien par recroiser le guerrier, ni son physique ni sa profession n'était discrète. On entendrait parler d'elle, c'était sûr. Il était inutile de rêver à d'illusoire solution et puis l'homme n'avait-il pas donner sa parole ? Certes il restait toujours la possibilité qu'il ait menti mais ... Naè'rush avait-elle le choix.

    L'elfe bleue se retourna vers le guerrier et annonça :


    "Je suis désolée mais je crois que vous allez de nouveau devoir m'attendre à la plage ... je n'ai pas trouvé d'autres solutions. Je vous laisse ici mon étui comme caution que je serai là."


    Sur ces mots, la jeune fille posa l'étui à terre puis se retourna et plongea en un magnifique arc de cercle du haut de la falaise. Naè'rush n'avait pas peur. Elle savait qu'elle avait là une profondeur suffisante pour plonger. La jeune fille atterrit dans l'eau d'une manière si fluide que, même si l'onde bougea à son contact, il n'y eut aucun bruit.

    La jeune fille ne prit pas la peine de défaire le bandeau autour de son cou ; elle se contenta de le desserrer, cela serait suffisant pour respirer ; elle n'allait pas rester longtemps sous l'eau. Certes ce serait plus longtemps que n'importe quel humain ne le pourrait mais pour elle se serait une durée ridicule.

    Naè après avoir atteint le fond dégagea la pierre et ressortit l'arc de sa cachette. Le bois enduit du même produit qui tapissait son étui de flûte protégeait n'aurait pas souffert de l'eau s'il était resté là des mois. La jeune fille remonta ensuite à la surface et jeta un regard en haut de la falaise mais ses yeux voyaient trop mal pour pouvoir dire si l'homme s'y trouvait ou s'il était déjà parti en direction de la plage. Eh bien on verra bien qui arrivera en premier ... Naè replongea sous l'eau et se dirigea vers la plage.


    [Evidemment si tu décides que Mort arrive après tu as le droit de dire que Naè est déjà là ^^]
    _________________
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 09/12/2016 00:56:35    Sujet du message: Une arrivée illégale sur Iwy

    Revenir en haut
      Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum :: Iwy, nouveau continent :: Iwy, nouveau continent :: Les criques Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
    Aller à la page: 1, 2  >
    Page 1 sur 2

    Sauter vers:  


    Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
    Powered by phpBB © 2001 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com
    Forum optimized for Mozilla Firefox