Se connecter pour vérifier ses messages privésProfil
Livre du Savoir
Livre de l'Histoire

IndexPortailFAQMembresRechercherS’enregistrerConnexion
Navigation
    Port Nord Tintania Ouest Centre Est Alentours Sud Plan
  • Fermer

  • Famine, chasse à la nourriture vivante, 2eme chapitre.

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum :: Iwy, nouveau continent :: Les alentours :: Les bois de Lesnie
    << Sujet précédent :: Sujet suivant >>  
    Auteur Message
    Driss


    Hors ligne

    Inscrit le: 02 Juil 2010
    Messages: 23
    Points d'xp:
    Age: 20~30 ans
    Race: Homo ante-sapiens
    Métier: e.d.t.r.
    Force: 10
    Dextérité: 9
    Constitution: 14
    Intelligence: 10
    Sagesse: 2
    Charisme: 6
    Point(s): 5

    MessagePosté le: 22/09/2010 10:44:02    Sujet du message: Famine, chasse à la nourriture vivante, 2eme chapitre. Répondre en citant

    Des menaces maintenant !

    Une drow, qui lui arrivait tout juste à la ceinture, venait de l'attaquer, de le blesser, avec l'intention de le manger, l'avait insulté, méprisé. Ce sale rejeton de l'engeance maudite à la déesse arachnéenne, qui voulait qu'il devienne son tuteur. Cette gamine mal élevée donc... venait de le menacer.

    Le moins qu'on pouvait dire c'est qu'elle était assez inexpérimentée en matière de diplomatie.

    « Ok, c'est d'accord. »

    Le moins qu'on pouvait dire c'est que la diplomatie avec Driss, de toute façon, ça ne sert à rien.

    « Tu peux m'appeler papa si tu veux... »




    *Toum doum doum, éloignez vous de la bordure des synapses s'il vous plait, la réminiscence numéro, vingt-trois mille, trois cent, trois, va entrer en cervelle, voie 4.

    Aigís, chapitre un - bêlement vingt-deuxième.

    Après ces choses, Biquettum mit Béjambhel à l'épreuve, et lui dit: Bêêêêh ! (ce qui textuellement signifiait, d'après la profondeur du ton et la puissance du bêlement « je suis le Grand Cornu, le plus cornu de ce monde et je t'appelle, mon serviteur.) Et il répondit: Bêêêh ! (ce qui textuellement voulait dire, d'après la seconde modulation et la longueur du bêlement « je suis un homme de 34 ans, mesurant 6 pieds 6 pouces pour approximativement 227,07613 livres, fertile et en train de faire la vaisselle. »)
    Le Cornu lui annonça : Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes; va-t'en dans la montagne, et là ouvre le et vénère mon nom.
    Béjambhem se leva dès potron-minet, bu son lait matinal, et prit avec lui deux fromages et son fils. Il aiguisa son couteau pour la prière, et partit gravir le sommet ou l'attendais la Barbiche vénérable.
    Le troisième jour, Béjambhel, levant les yeux, vit l'aube éclairer les dernières neiges éternelles de loin. Il s'assit donc et mangea un fromage, ainsi que son fils. Et tout deux repartirent ragaillardis par la collation sacrée.
    Alors qu'il sentait que son fils allait ouvrir la bouche pour se plaindre, Béjambhel lui appliqua un paternel coup de pied à l'arrière-train pour le faire avancer. Et ils marchèrent tous deux ensemble.
    Lorsqu'ils furent enfin arrivés au lieu dit, Béjambhel y éleva un autel, et berça son fils d'un bon coup derrière l'oreille. Il lia son fils, et le mit sur l'autel.

    Puis Béjambhel étendit la main, et prit le couteau, pour éventrer son fils.
    Puis Béjambhel étendit les entrailles, pour orthographier le nom de son Saigneur.

    Mais la tache était ardue car le mot était long, et les intestins courts. Béjambhel pestait d'avoir engendré un rejeton aussi chétif quand le Biquettum apparut,serein, lui qui avait vu toute la scène. Il interpella Béjambhel d'un ton calme : Laisse tomber, c'était une idée à la con. Va, et puisses tu trouver la paix du cœur.

    Le Grand Cornu bondit dans les cieux et Béjambhel ne le revit jamais.


    Driss se souvint que le prête avait conclu que la morale à tirer de cette histoire était la suivante :
    « Il faut parfois faire des sacrifice, et ça ne sert à rien. »

    Le jeune garçon à cette époque avait tourné le regard vers son propre père, brièvement, et avait tiré ses propres conclusions :
    1- Ne jamais suivre son père au sommet d'une montagne sans raison aucune.
    2- Les papas sont tous des gros salauds.

    *



    Le jeune homme s'était figé brusquement lors de cette réminiscence si à propos, son visage figé dans un rictus de haine et de dégout. Propre a éventuellement couper court à toute mutinerie Dwennesque immédiate.
    Puis son sourire réapparut comme si de rien était et il repris sa marche.

    « Nan, en fait laisse tomber le papa. Je préfère qu'on reste simples. Appelle moi Maitre. »

    Avec un grand sourire ravis il lui laissa tout le temps de fulminer à loisir si elle le souhaitait avant de la couper.

    « Tu sais chasser ? »

    _________________


    Enchanteur : Télékinésie majeure

    Driss... il va vous faire devenir Chèvre.
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 22/09/2010 10:44:02    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
      Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum :: Iwy, nouveau continent :: Les alentours :: Les bois de Lesnie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
    Page 1 sur 1

    Sauter vers:  


    Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
    Powered by phpBB © 2001 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com
    Forum optimized for Mozilla Firefox