Se connecter pour vérifier ses messages privésProfil
Livre du Savoir
Livre de l'Histoire

IndexPortailFAQMembresRechercherS’enregistrerConnexion
Navigation
    Port Nord Tintania Ouest Centre Est Alentours Sud Plan
  • Fermer

  • Le baptême de la première enfant de Lesnie

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum :: Iwy, nouveau continent :: Les alentours :: Les bois de Lesnie
    << Sujet précédent :: Sujet suivant >>  
    Auteur Message
    Siléas Ildien
    Assistant de la guilde des Clercs

    Hors ligne

    Inscrit le: 27 Déc 2007
    Messages: 161
    Points d'xp:
    Age: 24 ans
    Race: Demi elfe-gris
    Métier: Guérisseuse
    Force: 5+1
    Dextérité: 7
    Constitution: 7
    Intelligence: 8+1
    Sagesse: 9+1
    Charisme: 14
    Point(s): 12

    MessagePosté le: 10/10/2008 21:37:31    Sujet du message: Le baptême de la première enfant de Lesnie Répondre en citant

    Cela faisait maintenant plusieurs jours que la petite Elerinna faisait partie du monde de Siléas. Plusieurs personnes étaient déjà venues leur rendre visite au dispensaire et elles avaient déjà reçu de nombreux cadeaux.
    Cela ne faisait que quelques jours qu'elle était là et déjà sa mère avait pleins de projets pour elle! Elle comptait retourner dans sa maison très bientôt, dès qu'elle s'en sentirait la force, elle décorerait la pièce de sa maison qui ne servait actuellement à rien, afin que se soit la chambre de sa fille et elle voulait aussi lui trouver un chat. Oui un chat, après réflexion c'était un animal parfait pour que sa fille grandisse avec. Et puis Siléas avait toujours voulu avoir un chat!
    Mais pour l'heure, elle pensait au baptême qu'elle avait voulu offrir à sa fille. Cela faisait deux jours qu'elle essayait d'organiser quelque chose. Elle avait réussit à rentrer en contact avec un elfe gris qui avait accepté de baptiser sa fille selon la tradition elfique. Siléas était une demi-elfe et elle tenait autant à sa part humaine qu'à sa part elfique et elle voulait que sa fille soit aussi fière de ses origines qu'elle.

    Elle avait fait afficher un message sur le panneau d'affichage de Lesnie et elle espérait que les gens viendraient se joindre à son bonheur afin de fêter l'arriver d'Elerinna à Lesnie.
    Le soleil commençait à descendre lentement et bientôt, dans moins d'une heure, il serait derrière les hautes montagnes que l'on pouvait voir de l'autre côté de la forêt et le ciel s'obscurait...
    C'était l'heure que Siléas avait choisit pour que le baptême d'Elerinna soit célébré.

    Après avoir traversé la ville d'un pas terriblement lent, Siléas venait de sortir par la grande porte et elle se dirigeait vers un lieu qu'elle avait repéré peu après son arrivé à Lesnie. C'était au pied d'un grand chêne un peu après l'orée de la forêt.
    Pour l'occasion, la jolie Elerinna que Siléas tenait dans ses bras, portait une jolie robe blanche brodée de fils dorés. La jeune maman aussi avait fait des efforts pour sa toilette, vu que les infirmières et les clercs avaient refusé qu'elle bouge de la chambre du dispensaire pendant plusieurs jours, elle avait largement eut le temps de coudre et de broder. Du coup après avoir fait la robe de sa fille, elle avait pu faire dans le même tissus blanc sa propre robe. Elle avait cousu un ruban de satin blanc au dessous de sa poitrine et le reste de sa robe ondulait gracieusement à chacun de ses pas comme un voile léger.
    Elle avait relevé ses cheveux en un chignon d'où s'échapper des mèches bouclés. L'une des servantes du dispensaire qui l'avait aidé à se préparer, lui avait mis de petites fleurs blanches dans les cheveux.

    Siléas avait refusé de se faire accompagner par quelqu'un, elle voulait se rendre au lieu qu'elle avait choisit pour le baptême seule avec sa fille. Quand elle arriva, elle trouva les lieux préparés pour la cérémonie qui allait s'y dérouler. Des guirlandes de fleurs couraient de branches en branches, des lampions de couleur étaient suspendus aux arbres, près pour éclairer la soirée qui allait se dérouler là.


    "Regarde ma chérie...tout cela, c'est pour toi."

    Siléas s'approcha du pied du grand arbre et s'assit sur l'une des racines apparentes. Elle posa délicatement sa fille sur ses genoux et regarda ses ravissants yeux bleus fixer avec étonnement tout ce qui l'entourait.

    "Ton père aurait vraiment voulu être là avec nous ma chérie, mais je suis sure que...que là ou il est...il est immensément fier de sa magnifique petite fille."


    Siléas pris une grosse inspiration pour contrôler la vague d'émotion qui venait de monter en elle. Ce n'était pas le moment de pleurer.
    Le "prêtre" elfe n'allait surement pas tarder à arriver. Il savait à quel point c'était important pour elle que le baptême soit célébré au coucher de soleil. C'était le meilleur moment, selon les rites elfiques, pour que les bénédictions soient réellement efficaces et surtout c'était l'heure où les milliers d'étoiles commenceraient une à une à apparaître pour saluer à leur tour la jeune enfant. Il s'agissait de Jordet, elle ne connaissait pas grand chose de lui, mais elle avait été heureuse qu'il accepte de faire ça pour elle et surtout pour Elerinna. Les bénédictions en language elfique étaient très puissantes.

    Elle avait également demandé à Leila, la maitresse de la guilde des clercs de bien vouloir bénir de façon plus "traditionnelle" son enfant. Même si Siléas croyait d'avantage dans les traditions elfiques, elle respectait aussi la religion qu'elle avait hérité et connut grâce à sa mère. C'est pourquoi elle souhaitait que Elerinna puisse les connaître également.

    _________________
    Revenir en haut
    Visiter le site web du posteur
    Publicité






    MessagePosté le: 10/10/2008 21:37:31    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    PNJ Clerc
    MJ/PNJ

    Hors ligne

    Inscrit le: 12 Juil 2007
    Messages: 70
    Point(s): 9

    MessagePosté le: 15/11/2008 19:22:39    Sujet du message: Le baptême de la première enfant de Lesnie Répondre en citant

    En provenance de la place devant le dispensaire

    Jordet avait donné le coup d'envoi de la procession et tous, à présent, suivaient l'elfe gris et Siyan. Armés de torche enflammée sous un ciel où les étoiles commençaient timidement à faire leur entrée, les lesniens déambulaient telle une chenille dans les rues de la ville. Il y avait quelque chose de féerique dans ce cortège d'où s'élevait un léger brouhaha à mesure que de nouveaux invités s'y mêlaient. La cérémonie s'annonçait merveilleusement bien...

    A pas lents et emprunts de piétés, ils avancèrent vers les portes de la ville et dirigèrent leur pas vers l'orée de la forêt. Ils suivaient à la lettre les indications qu'on leur avait fourni pour trouver le lieu choisi par la jeune maman. Quelques pas de plus et Siyan remarqua aussitôt la silhouette qui se découpait au pied du chêne le plus imposant et majestueux de tous... Siléas au milieu de lampions et de guirlandes de fleurs qui ornaient les branches magnifiquement. Tout avait été organisé pour fêter dignement l'arrivée de la petite Elerinna dans ce monde, rien n'avait été laissé au hasard.

    Bien qu'il n'en soit pas à sa première cérémonie, Siyan sentait la pression monter en lui. Il ne voulait pas décevoir, il fallait que tout soit parfait. Il jeta un dernier regard sur sa carriole et constata, rassuré, qu'il avait tout ce dont il avait besoin. Il se força alors à respirer calmement, essayant de s'imprégner de la sérénité qui émanait de Jordet. Ils arrivèrent enfin face à Siléas et le prêtre s'inclina respectueusement :


    "Bonsoir Siléas "

    Il posa alors un regarda attendri sur Elerinna et lui posa un léger baiser sur le front avant de poursuivre :

    "Dame Leïla va nous rejoindre mais c'est moi qui officierait ce soir... Si tu es d'accord bien sûr"


    [HRP : je m'excuse pour la qualité médiocre de ce rp mais je ne voulais pas vous faire plus attendre

    _________________
    Les multiples personnalités du PNJ Clerc
    Revenir en haut
    Zharys
    Invité

    Hors ligne




    MessagePosté le: 23/11/2008 20:08:51    Sujet du message: Le baptême de la première enfant de Lesnie Répondre en citant

    {Suite de ce Rp sur les routes}

      S’être immiscé sans autre forme de procès dans une procession à laquelle il ne fut nullement convié, se trouve être une forme commune d’indiscrétion et de suffisance. Toutefois, aucun de ceux avec qui il eut défilé ne lui en fit grief. L’allure pondérée soumise au cortège avait un Dieu ne sait quoi d’allégresse, tous avais l’air heureux d’ainsi se promener au crépuscule.
      Zharys a depuis toujours un goût prononcé pour tout ce qui pouvait s’apparenter aux cérémonies. Tant les fastueuses réceptions que les fastidieuses déclarations. Né dans l’apparat, Bercé dans la solennité; c’était un Chevalier après tout.
      De visu, la présence de prêtres et la simplicité des atours de leurs ouailles laissaient sous entendre qu’il n’y aurait ni joute ni beuverie. Tous étaient affublés de leurs plus beaux habits, arborant leurs sourires avec la plus profonde sincérité qu’il soit. Cette célébration avait tout de même l’air assez triviale ce qui ne l’empêcha pas de rester encore un peu, toujours un petit peu plus, ne serait-ce que pour découvrir la source de leur jovialité.
      À mesure que les toises se virent consumées, l’endroit où devait se tenir ladite cérémonie leur apparut. Les sobres ornements lui firent cependant méditer sa conception des rites et usages contemporains. Le décorum promettait à première vue, d’être des plus traditionnel, rompant avec sa passion insondable pour la grandiloquence. Tout ce à quoi il avait adhéré lui paraissait hors du temps et pourtant si proche… et ces gens là donnaient l’impression, avec leurs moyens, de se suffire à eux-mêmes. Zharys enviait leur bonheur et leur humilité.
      Des guirlandes fleuries, tressées avec le plus grand soin l’avait aussi envoûté. Tant par leur douce fragrance, que par la minutie qu’avait dû requérir la conception d’une œuvre si estimable à son regard. Ces dernières, nombreuses et enlacées autour des arbres, incarnaient leur profond respect et leur connivence avec la Nature.
      Des lampions d’un spectre de couleurs intenses, parsemaient l’épaisse ramure du centenaire de ce bosquet. La plupart de ces lanternes semblaient avoir été confectionnées par des enfants, non pas qu’elles soient de mauvaise facture, loin de là. C’était pétris de bonnes intentions qu’il les imaginait, composant avec les divers matériaux à leur disposition, un présent à l’image de leur amour insondable pour la jeune femme (sûrement à l’attention celle qu’il eut aperçu auprès des prêtres en venant ici).

      Et Le Chêne majestueux, théâtre de toute cette humanité, embrassait l’assistance de toute sa bienveillance. Gravant ainsi dans la mémoire collective une pensée si pure que temps même ne saurait la disperser.


      Les préparatifs liturgiques progressaient eux aussi, à leur rythme, sous le regard décontenancé des curieux. Ceux-ci lorgnaient avec une fascination non dissimulée les deux officiants tout en s’agglutinant autour de leur carriole contenant leur précieux matériel. Les prêtres implorèrent une trêve mais les jeunes gens redoublèrent d’hilarité et de questions en tout genre sur leur intriguant paquetage.
      Alors que certains commençaient juste à se réunir près du Chêne, dans l’expectative du préambule à la cérémonie, quelqu'un héla Zharys.


    Hey l’ami ! T’pourrais m’dire où que se trouve la p’tite Reine ? Chui quand même v’nu pour elle y j’la vois pas ! À scrutationner les environs d’la sorte tu l’as sûrement ben vu ? J’my trompe ? Fit y pas ton goïste l’ami…
            

      L’homme d’un certain âge l’ayant ainsi accosté le gratifia d’un sourire mi-figue mi-raisin. Le caractère impératif de sa demande ne s’accordait vraisemblablement pas avec la moue dubitative de Zharys. Quelques instant après, il lui indiqua d’un geste évasif le regroupement, toujours absorbé par « la Reine ». Après tout où était elle, ou plutôt qui était elle ? Les bavardages des jouvencelles en retrait de la masse lui apprirent plus ou moins ce dont il avait besoin (et d‘autres choses…). Sauf quelques marginaux jouant aux osselets au pied d’un orme, tout le monde avait désormais pris place. Tout allait enfin pouvoir commencer.
      La flegme de l’auditoire était à son paroxysme, chacun retenait son souffle, le rituel susceptible de débuter incessamment sous peu. Assez pour faire vibre sa fibre Héroïque.
      Ayant entendu psalmodier les officiants entre eux -et aussi par ce qu’il avait une aversion notoire pour le paganisme-, il était grand temps pour lui de rendre « l’hommage protocolaire » avant de disposer. Il épousseta sa houppelande une dernière fois et s’engagea d’une voix de stentor.


    Compagnons d’un Jour. Ainsi je requiers votre attention un modeste discours durant.
            

      La requête bouleversa quelque peu l’assistance. Ce n’est pas tant le fait qu’un inconnu veuille de la sorte exprimer sa sollicitude qui fut à l‘origine des dissensions. C’était un étranger, cela justifiait toutes les spéculations à son égard.
      Zharys se fraya tant bien que mal un chemin à travers la foule. Une fois extirpé de la multitude, c’est dos à l’estrade qu’il se tint.


    Point ce n’est pour introduire mon auguste personne que je me lève en ce jour, mais pour allouer mes bonnes grâces à ce fruit d’un Amour éperdu.
            

      Après tout c’était inévitable, ce devait au moins être fait par « amour des convenances », mais il avait 'autre chose' sur le coeur. Il était temps pour lui de mettre de coté son ego et de parler.

    Messires et gentes Dames !
       
        

      C’est de mon propre chef que j’ai choisi de vous nommer ainsi. Non pas pour me railler de vous, Compagnons. J’ai appris ce soir à vos cotés que la grandeur d’âme n’était point une question de lignage, et que sublime n’allait pas de pair avec ostentation. Mais surtout que l’on pouvait être à la fois des gens simples, et des gens nobles.
      Ainsi j’aimerai mettre de coté toutes les platitudes, et faire ce pour quoi je suis venu.

    *marque un temps d’arrêt*
       

      Point je n’aurais pu rompre les rangs en soir mémorable, sans révérence aucune.
    Ici nous sommes réunis sans grandes prétentions, si ce n’est celle que d’offrir à la jeune Elerinna un concert de louanges. Soit. Agissons mes Amis.
      La plupart d’entre nous, a déjà arpenté les sentiers tortueux vers l’âge de raison, certains même s’en sont allés au-delà en quête de sagesse.  Il tient du devoir de tout un chacun de défendre, de réconforter, de guider, d’instruire mais surtout d’aimer celle qui un jour prochain, sera une amie sinon plus.
    Parce que ce n’est pas tant de vos présents et de votre considération dont elle a besoin, mais de votre soutien et de votre amour.
     Mais c’est aussi parce qu’il n’y a jamais eu d’innéisme, qu’en acceptant de prendre soin d’elle, Compagnons, nous lui écrirons tous ensemble un avenir sur un parchemin encore vierge.
      Sur ce, mû de zèle et de fidélité, j’en viens comme convenu à lui octroyer mes faveurs. Ainsi ma présence assurée l’on ne saurait lui porter préjudice.

    Puisse ta vie être longue Elerinna.
       
           
            

      Les traits de son visage emprunt de gravité, le Chevalier esquissa une courbette obséquieuse en guise de salut. Puis il se tourna vers l‘estrade. La jeune mère se tenait devant lui, le nouveau-né dans le creux de ses bras.

      Elle arborait avec grâce une robe de satin blanc immaculée ainsi que d’élégantes fleurs de cette même couleur. À la voir, si radieuse, Zharys vint à se demander si ce n’était pas faire honneur à sa parure que de l’avoir uniquement revêtue. De même pour les fleurs, ce devait être les dernières de la saison. Sa tenue était si élaborée que ce ne pouvait être que la Reine dont parlait ce brave type.

     En outre, elle n’aurait point eu besoin de faire de l‘esbroufe, sa seule beauté imposait le respect. En attendant, elle veillait de toute sa tendresse sur son enfant, comme pour pérenniser cet instant. Le Chevalier appréciait les courbes de ses quelques mèches châtains ondulées lorsque leur regards se croisèrent. À sa plus grande stupeur, il se vit ensorcelé par le mystère de ses yeux dorés, illuminés par les cierges de l’officiant à sa droite. Cette dualité entre le bleu délicat et l’ambré enjôleur le fascinait. Il aurait pu se repaître des heures durant de cet instant. Tout cela était si ‘fantasmagorique’ comme il l’aurait sûrement dit, de la voir ainsi comblée dans son rêve d’opaline.
      L’ébauche d’un sourire tendre et mutin manqua de l’achever. C’était à n’en point douter l’une des plus belles femme qu’il lui été donné d’admirer. À cela venait s’ajouter un profond soupir, la savoir mariée lui mit la vague à l’âme… et puis il avait cette fâcheuse impression de la connaître, d’avoir son nom sur le bout de la langue. Zharys enviait aussi ce chanceux dont il n‘avait ouïs mot.

      Force lui était de constater qu’il se devait de retrouver ses esprits. Désarmé et vulnérable, ne sachant quoi dire il se contenta d’une révérence raffinée à l’attention de sa Reine puis disposa, comme prévu.

      Tous le toisaient alors qu’il s’éclipsa tant bien que mal en direction des bois profonds. Son intention première n’était pas de marcher jusqu’à ce que mort s’en suive non… il voulait profiter encore un peu, toujours un petit peu plus de leur joie à eux. Ainsi il jeta son dévolu sur l’orme où jouaient les trois baltringues avant la cérémonie. Étant seul avec lui-même, au pied de cet arbre, dos à la cérémonie, plus besoin de faire de simulacre.
     La maudite bestiole lui avait laissé en souvenir d’inquiétantes contusions au niveau des côtes, même s’il était haletant et dolent il ne voulait pas encore passer l’arme à gauche. À son grand dam, ses yeux devinrent vitreux peu après que la cérémonie eut repris. Il aurait tant aimé les remercier et profiter des festivités… ou même profiter de son ovation si tant bien qu'il en ait eu une.
     
     Le fruit de la toute noblesse et de la dévotion avait une certaine amertume.


    Dernière édition par Zharys le 14/12/2008 18:35:26; édité 4 fois
    Revenir en haut
    Siléas Ildien
    Assistant de la guilde des Clercs

    Hors ligne

    Inscrit le: 27 Déc 2007
    Messages: 161
    Points d'xp:
    Age: 24 ans
    Race: Demi elfe-gris
    Métier: Guérisseuse
    Force: 5+1
    Dextérité: 7
    Constitution: 7
    Intelligence: 8+1
    Sagesse: 9+1
    Charisme: 14
    Point(s): 12

    MessagePosté le: 26/11/2008 13:52:43    Sujet du message: Le baptême de la première enfant de Lesnie Répondre en citant

    [Wouahhhhh ^^] 
     
    Les gens commençaient à affluer au lieu où allait se tenir la cérémonie. Tous vinrent la saluer à tour de rôle. Siléas fut émue de voir que tous ces gens, des inconnus pour la plupart, avaient mis leur plus beaux vêtements, et qu'ils lui avaient même apporté de petites choses, des présents pour la remercier de cette cérémonie. 
    Ainsi une jeune femme souriante lui offrit des petites chaussettes en laine pour les pieds d'Elerinna en lui affirmant qu'elle les avait faite elle-même, un homme âgé lui offrit un panier en osier qu'il avait tressé pour l'occasion, une jeune adolescente toute joyeuse lui posa sur la tête une couronne de fleur qu'elle avait faite avec les mêmes fleurs qui étaient suspendues aux guirlandes... 
    Toutes ces petites attentions firent monter les larmes aux yeux de la jeune maman, qui se resaisit tant bien que mal et les accepta tous avec un sourire et une petite phrase de remerciement pour chacun. 
     
    Un clerc s'approcha alors d'elle pour la saluer et lui annoncer que Dame Leila les rejoindrait en cours de cérémonie et que c'est lui qui officierait. Cette nouvelle ne changeait en rien les plans de Siléas qui lui répondit en souriant. 
     
    "Je suis très heureuse de vous voir cher Clerc, et encore plus de savoir que vous allez baptiser ma fille." 
     
    Le plus surprenant d'entre eux fut un vieux monsieur qui s'approcha d'elle et lui baisa le front avant d'adresser un sourire édenté à la petite pouponne.  
     
    "Vous nous avez offert un joli cadeau ma p'tite reine. Merci" 
     
    Il s'éloigna en poitillant et alors que Siléas le cherchait des yeux pour aller le remercier, un bel homme s'avança vers l'estrade et entama un discours. La cérémonie n'était pas encore commencé et pourtant cet homme prenait les devant pour accueillir à sa façon la petite Elerinna. Les mots qu'il prononça la touchèrent, l'homme richement vêtu ne cherchait pas à paraitre mais il se présentait humblement pour saluer cette heureuse naissance. 
    Lorsqu'il eut terminé son long discours, il se tourna enfin vers elle et Siléas put voir qui était le généreux personnages qui se présentait ainsi devant tous pour prononcer d'aussi belle chose pour sa fille. 
     
    Ce fut comme un choc, ce visage, ce yeux si pétillant, elle avait l'impression de les avoir déjà vue quelque part, elle avait l'impression de connaître cet homme depuis toujours. Elle était tellement surprise qu'aucun mot ne vinrent à son esprit pour remercier cet homme. Elle n'en eut d'ailleurs pas le temps puisqu'il s'éloigna pour aller s'asseoir au pied d'un arbre. 
    Jordet n'était toujours pas arrivé et les préparatifs pas totalement terminés pour débuter les deux cérémonies, Siléas se leva et confia sa fille à l'une des infirmières du dispensaire qui l'avait rejointe. Elle en fut d'ailleurs très heureuse, tenir la petite Elerinna semblait être devenu un immense privilège. 
     
    Siléas arpenta le chemin qui la séparait de l'arbre en question et salua de la tête les groupes de gens. Quand elle fut enfin arrivée près de l'étranger, elle le regarda sans prononcer un seul mot, les secondes lui semblèrent soudain aussi longue que des années, des siècles... 
    Enfin les mots s'ordonnèrent dans sa tête et elle put parler sans avoir peur de dire trop d'annêries. 
     
    " C'était un magnifique discours, peu de gens parlent encore comme ça. Merci...pour ma fille." 
     
    Elle lui adressa un sourire remplit de remerciement, alors qu'elle allait retourner près de sa fille, son regard fut attiré par de multiples blessures. Rien de mortel à première vue mais certaines plaies pourraient s'infecter et devenir plus graves par la suite. Son instinct de guérisseuse reprit aussitôt le dessus et elle s'agenouilla près de l'homme et regarda de plus près son torse ou de petites tâches rouges tâchées les pans de chemise qui n'étaient pas déchirées
     
    "Vous seriez vous battu noble seigneur avant de venir prononcer un si beau discours ? M'autoriserez vous à regarder de plus près. Je suis guérisseuse et cette blessure n'est pas jolie. Et puis la cérémonie ne commencera pas avant l'arrive du prêtre elfe-gris alors j'ai quelques minutes à vous accorder!" 
     
    Elle lui adressa un autre sourire, un peu plus gêné du fait qu'elle se retrouvait aussi proche de cet homme qui l'avait tant surprise. Croiser à nouveau ces yeux étaient une épreuve étonnante pour la jeune femme, elle se sentait totalement absorbée, comme ailleurs. Elle en oubliait presque les gens autour et même le baptème. 
    Siléas se réprimanda mentalement et reporta son regard sur la blessure en soulevant doucement un pan de la chemise pour laisser apparaitre de gros hématomes déjà très colorés. 
     
    "Je m'appelle Siléas" finit-elle par dire pour enfin débuter les présentations. 

    _________________
    Revenir en haut
    Visiter le site web du posteur
    Zharys
    Invité

    Hors ligne




    MessagePosté le: 28/11/2008 18:37:25    Sujet du message: Le baptême de la première enfant de Lesnie Répondre en citant

      Zharys n’aurait pas souhaité qu’on le voie ainsi, mais la Providence en eu fait autrement.
      Sous le joug de son mal, l’éventail de ses choix était restreint. Se laisser choir au pied de l’orme donnait l’impression d’être une idée de tacticien né ! Mais voilà… Si ladite torpeur avait duré ne serait-ce qu’un peu plus, l’on aurait sûrement improvisé une civière pour lui. Inconcevable !
      Recouvrant tant bien que mal ses esprits, il apprécia la situation critique de son regard morne et indolent.

    Ô Ciel... confia t-il sereinement à la cantonade.
       
          
      Il ne pouvait que lui rendre grâce présentement. Et ce sincèrement. L'immensité céleste, à elle seule le purgea de ses doutes et appréhensions. Ce ne devait pas être encore l'heure de passer de vie à trépas.
      Une douce main vint effleurer son torse endolori, elle était chaude et apaisante. À sa plus grande surprise -ou à son plus grand regret-, ce fut sa douce Reine qui émergea du brouillard de ses songes. Penchée sur lui avec une moue emprunte de compassion, ses traits inquiets trahissaient le cruel échec de Zharys. Sa sollicitude à son égard aurait dû le toucher dans son for intérieur, ce qui se fît évidemment. Une telle somptuosité, une telle beauté...
       Cependant, cette majesté n'était qu'un vernis à ses yeux. Elle était, et elle resterait avant tout le Héraut de sa faiblesse, son revers de fortune. Ses remords lui tordaient les tripailles, à cet instant.

    Point je n'aurais auguré une situation telle gent Siléas, puissiez-vous me pardonner... point je voulais vous décevoir.
     
          
      Encore au pied de l'orme gracile, théâtre de ses déboires, Zharys se releva sobrement. Quelque peu pantelant, il revêtit son éternelle houppelande bleue après avoir reboutonné sa chemise.

    Pour tout vous expliquer ma Reine; nous nous sommes vus, une bête sauvage et moi-même, dans la cruelle nécessité d'échanger de bons procédés... point ne m'étais alors venu à l'esprit qu'elle puisse être si farouche et vindicative... il haussa les épaules, les bras ballants devant lui comme signe de l'impuissance universelle.  Nous nous vîmes tout deux les côtes concassées à nous être tambourinés dessus, ce fut un fameux exutoire ma Dame... Force m'est de constater que je vais pour le mieux.
     
          
      De sa bouche, la situation avait l'air si prosaïque il faut avouer. La désinvolture cynique de ses dires accentua l'inquiétude de Siléas. Dans d'autres circonstances, Zharys aurait joué à merveille le rôle du bonimenteur. Les quelques filets de sang vermeil dont il eu pu se délester ne furent pas des arguments probants... du moins pour convaincre la jeune Damoiselle angoissée du bien fondé de ses desseins. Il s'agenouilla à hauteur de sa Reine et lui susurra des mots doux :

    Ne vous en faites pas ma Belle, je suis un Héros, murmura t-il avec sarcasme, sans grande foi en ses dires, en souhaitant que cela puisse la réconforter.
            
      Un tendre sourire affectueux à l'attention de la jeune femme effleura ses lèvres. Zharys se redressa avec finesse et invita sa Reine à faire de même en lui tendant la main, en guise de soutien. Sa voix melliflue et son regard enjôleur virent lui assurer qu'elle pouvait se jouer de lui comme la corde d'un luth. Après s'être rendu compte de cela, le Chevalier se tenait quelque peu penaud et embarrassé.
     

     Point je n'aspire à saboter votre cérémonie ma Reine, ne les faites pas attendre, expliqua t-il avec peine et empathie. Puis il baissa la tête un instant, comme faisant mine de se repentir.
     
          
      Zharys aurait tant aimé lui faire don d'un discours vertueux, de parler d'elle et de sa fille des heures durant, de lui conter fleurette avec prestance et passion. D'un autre coté, son mal le tourmentait, l'opprimait avec une virulence telle qu'il en aurait prié un coup de merlin s'il en avait la force. Même s'il s'était sentit pusillanime, sujet au regard apitoyé de Siléas, ce n'était pas un jour pour manger les pissenlits par la racine.
      «Homme de Vertu que Tu es ne saurais ainsi laisser serment en suspens» lui avait seriné souventes fois son Père... tant de fois.
      C'était une triste situation...
     ... mais surtout, c'était un sentiment ineffable. Ainsi seuls ces quelques mots sincères firent l'effort de sortir.

    Merci, puisse le Destin vous sourire ma Reine         


    Dernière édition par Zharys le 14/12/2008 18:31:00; édité 1 fois
    Revenir en haut
    Siléas Ildien
    Assistant de la guilde des Clercs

    Hors ligne

    Inscrit le: 27 Déc 2007
    Messages: 161
    Points d'xp:
    Age: 24 ans
    Race: Demi elfe-gris
    Métier: Guérisseuse
    Force: 5+1
    Dextérité: 7
    Constitution: 7
    Intelligence: 8+1
    Sagesse: 9+1
    Charisme: 14
    Point(s): 12

    MessagePosté le: 08/12/2008 23:13:52    Sujet du message: Le baptême de la première enfant de Lesnie Répondre en citant

    L'homme en face d'elle eut une réaction à laquelle elle ne s'attendait pas le moins du monde. Il ne devait pas être à Lesnie depuis longtemps car Siléas était connue, autre que par ce baptême, pour ses talents de guérisseuse et pour l'aide qu'elle apportait au dispensaire depuis son arrivée. Personne encore n'avait refusé ses soins et elle en fut légèrement blessée bien qu'elle n'en montra rien. Après tout il était dans le droit du patient de refuser de se faire soigner même s'il devait mourir dans une flaque de sang.
    Siléas se releva en prenant appuie sur la main que lui tendait l'homme et lui adressa bien malgré elle une radieux sourire.

    Les manières de cet homme ne collaient pas du tout avec le décors et encore moins avec l'entourage, il avait sut rabaisser sa fierté pour déclamer un magnifique discours en l'honneur de sa fille et maintenant qu'elle se trouvait devant lui elle se demandait s'il n'avait pas tout simplement joué la comédie pour s'octroyer ses faveurs.
    Elle eut un léger froncement de sourcils à cette pensée et regarda droit dans les yeux l'homme qui tentait de se tenir fièrement malgré la blessure qui devait le faire souffrir à chaque respiration. Il devait avoir une cote cassée au moins peut-être même deux et l'hématome qui apparaissait sombrement sur le coté de son torse pouvait être le signe d'une hémorragie et dans ce cas là il était urgent de faire quelque chose mais Siléas ne bougea pas.


    "Je ne peux contraindre qui que se soit à accepter mes soins, libre à vous de les refuser. Mais si votre douleur augmente promettez moi de vous rendre au dispensaire où d'autres mains que les miennes vous soignerons si c'est ce que vous souhaitez."  
     
    Siléas baissa les yeux l'espace d'une seconde, encore blessé par ce refus. Mais que pouvait-elle faire, elle ne voulait pas le contraindre et encore moins le voir mourir sous ses yeux.

    "Ensuite Noble Seigneur, sachez que je n'ai pas la prétention de laisser des gens m'appeller Reine, je ne mérite nullement ce titre et je le désire encore moins. Votre présence au baptême de ma fille est un honneur et vous pouvez rester autant qu'il vous plaira je ne viendrai plus vous importuner."  
     
    Siléas fit quelques pas pour retourner vers sa fille et vers le baptême qui se préparait mais, poussait par une force invisible, elle fit demi tour et revint face à l'inconnu en lui souriant.

    "Sachez aussi que même les héros ont besoin d'un ange gardien ou tout simplement d'un guérisseur!"  
     
    Elle posa sa main délicatement sur la joue de cet homme dont elle ne savait absolument rien mais qui lui avait déjà volé une partie de son coeur. Elle avait tellement l'impression de l'avoir déjà rencontré, de l'avoir connu et peut-être même de l'avoir aimé. Mais soudain le visage de son défunt mari lui traversa l'esprit et elle retira sa main plus rapidement qu'elle ne l'aurait souhaité. Elle avait baissé la tête honteuse d'avoir presque oublié son époux, mais après tout elle était venue sur le nouveau continent pour refaire sa vie, elle voulait oublié ce qu'elle avait perdu sur l'ancien continent, elle voulait voir sa fille grandir et elle savait que chaque jour dans ses yeux elle croiserait le regard de Yolas mais elle ne devait pas gâcher sa vie. Yolas le lui aurait dit et elle savait qu'il aurait eut raison. En plus elle était demi-elfe et elle vivrait plus longtemps que les humains alors pourquoi vivre une vie seule dans le souvenir d'un amour perdu.

    Tout le long de ces réflexions elle n'avait pas quitté des yeux l'homme en face d'elle, elle retrouva rapidement son sourire.


    "De plus tout héro à un nom et pour le moment je ne sais rien du votre."  
     
    Alors qu'elle allait continuer, elle sentit que ses jambes cédaient sous son corps et elle s'appuya bien involontairement sur le bras de l'étranger tout en essayant de reprendre son souffle. Elle avait beaucoup marché entre la ville et la forêt et elle n'avait pas encore eut le temps de récupérer ses forces depuis son accouchement. Les clercs l'avaient prévenu et elle même savait que cette journée serait éreintante mais elle ne pensait pas se sentir aussi faible avant même le début de la cérémonie.Son visage se crispa légèrement sous l'effet de la douleur et de la fatigue. Et plus elle se sentait tombée plus elle s'appuyait sur le bras qu'elle serrait avec ses fines mains.


    "Auriez vous la gentillesse de m'aider à m'asseoir...je...je ne tiendrais pas longtemps sur...sur mes jambes. Je ne voudrais pas m'écrouler devant tout les invités...il me faut juste quelques minutes pour récupérer..."  
     
    Siléas était essoufflée, comme si elle avait couru un marathon. Ses mains étaient moites et ses jambes tremblées sous sa longue robe blanche. Elle était persuadée qu'une minute ou deux lui suffirait après tout ce n'était pas la première fois que cela lui arrivait. Son accouchement avait était plus que compliqué puisque les clercs n'avaient jamais eut de naissance au dispensaire...et elle n'avait Elerinna que depuis seulement quatre jours.
    _________________
    Revenir en haut
    Visiter le site web du posteur
    Jordet Tel'Ahn
    Guilde des Mages

    Hors ligne

    Inscrit le: 19 Jan 2007
    Messages: 979
    Points d'xp:
    Age: 299
    Race: Elfe Gris
    Métier: Scribe et mage
    Force: 5
    Dextérité: 10
    Constitution: 9
    Intelligence: 19
    Sagesse: 12
    Charisme: 12
    Point(s): 4

    MessagePosté le: 08/12/2008 23:46:25    Sujet du message: Le baptême de la première enfant de Lesnie Répondre en citant

    [HRP : Je m'excuse vraiment pour cet *énooorme* retard. Ayant des journées remplies d'imprévus ces temps-ci, je trouve rarement le calme et l'inspiration pour le rp... d'autant plus que les moments de calme sont en général mis à profit pour faire de la musique. Désolé encore ! /HRP]

    Le soleil s'était enfin couché et les derniers rayons coloriaient les rares nuages toujours de mille couleurs chatoyantes en des dégradés de rouge, d'orange et de jaune. La procession avait enfin rejoint la jeune mère et son enfant, on aurait presque dit que la moitié de Lesnie s'était déplacé pour l'occasion : une foule innombrable se tenait devant le grand chêne que Siléas avait choisi comme décor pour le baptême d'Elerinna. Tous étaient là, tous ! ... mais... il manquait quelqu'un, non ? Où était parti le deuxième prêtre ? Celui avec les oreilles pointues et les cheveux blancs ?

    Peu de gens l'avaient remarqué, bien trop occupé à commérer pendant la procession, à se tordre le cou pour voir si leur voisin était là aussi ou non, ou à faire en sorte que tout le monde voit qu'eux étaient de la procession, mais Jordet semblait comme disparu, une fois que tout le monde avait atteint la forêt. Durant la longue procession, Jordet s'était petit à petit écarté de la foule et avait emprunté un petit sentier qui l'avait conduit dans le bois de Lesnie sur une petite lisière. Baleg [sa licorne] avait par contre continué à suivre le prêtre humain, comme son maître le lui avait demandé.

    Une fois la procession passée, le silence s'installa de nouveau sur la lisière et seul un doux soupir vint déranger le calme de la forêt. Il était temps, Jordet devait se préparer. Il avait réussi à refouler ses sentiments depuis quelques jours maintenant, mais avec ce baptême et toute la nervosité qu'elle avait enclenchée chez notre elfe-gris, la tristesse et la douleur étaient remontées à la surface. Cela faisait plusieurs jours maintenant qu'un ami cher était décédé, mais Jordet ne s'était pas accordé le temps de faire son deuil - il s'était littéralement noyé dans le travail, pour s'occuper l'esprit. Jordet savait que les elfes-gris étaient censés rejoindre le bateau d'argent de leur déesse Elune une fois morts et qu'ainsi, ils traversaient chaque nuit le ciel étoilé avec elle et avec tous leurs ancêtres, mais qu'en était-il des humains ? Connaîtront-ils aussi la béatitude auprès de leurs dieux ? Ou est-ce qu'ils disparaissaient tout simplement ? ... Le moment était certainement mal choisi pour toutes ces questions : il fallait accueillir une enfant dans ce monde et la baptiser, un instant que l'on ne pouvait pas célébrer en ayant le regard triste.

    Jordet s'assit en tailleur sur l'un des rochers de la lisière et ferma les yeux un instant. Les invités pouvaient bien attendre encore un petit instant, de toute façon, les cérémonies d'Elune se déroulaient qu'une fois le soleil vraiment couché pour les raisons que tous les mythologues connaissent : Salethran, le dieu du soleil était, certes le fils, mais surtout le grand rival d'Elune et il fallait toujours, quand on organisait une cérémonie en honneur d'Elune au moins attendre que le soleil soit couché avant de l'entamer. Le fils, voyant encore avec ses derniers rayons les rites en honneur de sa mère devenait à chaque fois rouge de rage et avec lui, le ciel entier. Les elfes-gris voyaient cette jalousie avec un petit sourire au coin de la bouche, mais c'était certainement une bien maigre récompense pour le sacrifice que faisait Elune : elle fuyait son fils, mais pour le bien de ce dernier, car si jamais un combat entre les deux s'engageait, ce serait sans aucun doute (au moins aux yeux des elfes-gris) elle qui remportera la victoire, mais par la même, elle privera aussi la terre de la lumière solaire si importante pour sa végétation.

    Les yeux fermés, Jordet vit encore une dernière fois le visage ridé de Nairod, mais l'elfe lui demanda en pensées de bien vouloir céder sa place dans l'esprit de Jordet pour cette soirée et de laisser la petite Elerinna prendre toute son importance. Petit-à-petit le visage souriant de Nairod s'effaça et le petit bébé apparut devant l'oeil interne de Jordet. Il se remémora ensuite les gestes qu'il devait accomplir et les mots qu'il devait prononcer. Lorsequ'il ouvra de nouveau les yeux, le soleil avait entièrement disparu et la nuit commençait à prendre la place du jour. L'elfe-gris soupira encore une dernière fois et prit enfin son courage à deux mains : il se leva et alla rejoindre le chêne où allait se dérouler la cérémonie.

    Tout était comme il se l'avait imaginé après que Siléas lui ait dévoilé ses plans en ce qui concernait la décoration et la disposition des lieux. Une foule compacte se pressait autour du lieu de culte et tout ce petit monde ne semblait plus qu'attendre l'arrivée du prêtre elfe-gris. Il s'approcha lentement des derniers rangs de la foule en s'excusant et en priant de bien vouloir le laisser passer discrètement.

    Mais c'était sans compter avec les Lesniens... la première à le voir était une vieille dame dont les yeux avaient de plus en plus de ressemblances avec des soucoupes pendant qu'elle dévisageait Jordet. Puis, les choses s'enchaînaient assez rapidement : elle tira le bras de celui qui se tenait au plus près de lui : quasiment la même réaction, juste qu'il accompagna la métamorphose de ses orbites d'un pas vers le côté juste avant de heurter son voisin qui se mit d'ailleurs de suite à râler jusqu'à ce qu'il aperçoive l'elfe-gris. De plus en plus de gens apercevaient Jordet qui voulait de plus en plus maîtriser un sort d'invisibilité. Les gens s'écartaient de son chemin, jusqu'à former une allée jusqu'au prêtre humain. Pour passer inaperçu, c'était visiblement raté.

    D'un pas lent, Jordet s'approcha du petit groupe de clercs en saluant d'un signe de tête l'un ou l'autre visage familier dans la foule. Une fois arrivé auprès de l'infirmière qui tenait la petite Elerinna dans ses bras, il caressa la joue de la petite fille et accompagna son geste par un sourire attendri. Il regarda autour de lui : Baleg avait bien suivi le cortège et attendait un peu à l'écart avec la petite carriole de l'elfe, le prêtre humain était là aussi et il lui avait semblé avoir aperçu Mélusine et Enkeli dans la foule, les deux gardiennes de l'enfant. Il ne manquait donc plus que la mère pour pouvoir entamer la cérémonie.


    [HRP : J'ai pris la liberté d'introduire très brièvement Mélu et Enkeli dans cet rp. Si vous n'êtes pas d'accord avec la façon dont je vous 'amène', mpétez moi et je rectifie ! J'aurais très besoin de vous pour la cérémonie, donc sans vous, ça ne va pas pouvoir démarrer /HRP]
    _________________

    L'arrivée de Jordet...
    Magie maîtrisée:
    Elémentariste : Vent : Sorts majeurs; Eau : Sorts majeurs; Glace : Sorts majeurs; Feu : Sorts majeurs
    Revenir en haut
    Zharys
    Invité

    Hors ligne




    MessagePosté le: 12/12/2008 18:03:34    Sujet du message: Le baptême de la première enfant de Lesnie Répondre en citant

    Un Ange Gardien disait-elle… ? Que n’aurait t’il pas offert pour être sa pupille…?

    L’intérêt et la sollicitude que lui portait la jeune femme le laissèrent pantois. De son nom elle s‘était enquis, ce qui en soi, le chagrina. Il avait un instant espéré qu’elle devine tout cela à ses traits, qu’elle fasse une moue dubitative, qu’elle sourie tendrement puis qu’elle se fonde dans ses bras avec fougue… comme s’ils se connaissaient, comme s’il était son seul et unique, comme s‘ils s‘aimaient… « comme si ». C’est bien connu, avec des si, l’on mettrait Cidype en bouteille ! Mais bon… Devait-t-il ainsi se résigner ? Ou plutôt, le pourrait-t-il ?

    Sur ces entrefaites, la jeune femme lui étreignait son pauvre bras gourd de douleur, de ses mains vacillantes. Quelle triste façon de l’extirper de ses rêveries et ses spéculations, enfin…elle tremblait. Haletante, quelques fines gouttes de sueur perlaient sur son front. La vacuité de son doux regard inquiétait, naguère si serein et apaisant. Taraudée par des souffrances indicibles, ses jambes semblaient lui faire défaut. De son visage délicat, émanait un sentiment de détresse, mêlé à la joliesse de ses traits… un si cruel amalgame. Il s’en sentait sincèrement coupable.
    Ne sachant comment réagir à cela, il tressaillît de crainte un bref instant.

    Je… Je suis… Puissiez-vous m’excuser ma Reine, euh…balbutia Zharys.
          

    Il n’a jamais été versé en herboristerie et encore moins en vulnéraires, lui-même ne saurait faire la différence entre marguerites et pissenlits. Son impuissance le tiraillait ! À quoi bon se perdre en litanies pour la réconforter ne sachant même pas de quoi elle puis bien souffrir ?! Oui, ce serait de trop, sûrement ! Il inspira calmement, comme pour recouvrer ses esprits puis se rasséréna. Doucement…

    Zharys déboutonna sa houppelande de son autre main, sans brusquer la jeune femme. N’ayant que l’usage d’un bras, il secoua son pardessus pour l’épousseter -comme il put-, puis il se mit à rougir, conscient de la vanité de son habitude. Nul sourire n’effleura les fines lèvres de Siléas, vraisemblablement absorbée par sa douleur lancinante. Était-ce grave ? En tout cas, cela semblait préoccupant…
    Il lui fit endosser son vêtement en laine un peu élimé, d’un air protecteur, avec sollicitude. Après avoir lissé les pans de l’habit du dos de la main, il le boutonna avec prestesse, mais néanmoins calmement, dans l’espoir que cela puisse la réchauffer.

    Point vos tremblements semblent s’être ainsi dissipés ma Dame… souffrez que je m’inquiète un peu, expliqua-t-il posément. Mais ne vous faites pas de mouron pour moi, j’en ai une autre d’ailleurs, et puis je n’ai pas froid ! Enchaîna maladroitement Zharys, comme pour répondre à une question qu‘elle n‘avait pas formulée.
          

    Ça n’avait jamais été un talentueux menteur , et puis l’hiver était doux, peut-être…

    Le Chevalier la prit tendrement dans ses bras, puis la déposa, dans le creux des racines apparentes de l’orme. Une fois l’avoir adossée convenablement, il fit mine de s’excuser par des gestes pondérés -choisis avec soin-, puis s’en alla dans la multitude.
    Sa houppelande d’un bleu de nuit sans lune donnait l’impression d’être plus douce, plus somptueuse encore que s’il l’avait porté lui. Sûrement que cette dernière n’était pas plus bleue qu’auparavant, enfin… tout est sujet à réflexion.
    Encore distrait par son parfum suave de lavande et sa voix melliflue, il déambulait sans trop faire montre d’attention. L’idée était de trouver quelque remontant, mais surtout de ne pas la laisser seule dans cet état trop longtemps. Force lui était de constater que si elle tombait en pâmoison, ce serait fâcheux. Le cas échéant, il aurait de grandes chances de se faire lapider, mais de plus, Siléas le rabrouerait…
    Par pur hasard -sans doute-, un étalage se profila non loin de lui. Une femme courtaude, arborait un tablier en lin écru, et se tenait les bras croisés aux cotés d’une marmite imposante. Zharys se plaça en queue de file, derrière un garçonnet impatient. Le bruit des divers musiciens çà et là, couvrait en partie le faible bouillonnement sonore du contenu, ce qui ne manqua pas d’intriguer ses deux -jeunes- chalands.

    Hey Md’ame md’ame, j’peux en avoir, hein dis ? Sioouuuuuuplait ! Demanda-t-il avec un adorable sourire dévoilant toutes ses dents. J’ai été sage et j’ai même pas fait de bêtises.
          

    Oui oui, c’est bien, moi aussi mon p’tiot…elle s’exécuta avec habileté sans même en renverser, puis lui tendit la tasse en terre cuite. Voilà, et veille à ne pas te brûler ! J’veux pas que ta mère vienne se plaindre Kerry ! L’informa-t-elle « agréablement » en guise d’au revoir.
          

    Vint le tour de Zharys. La matrone en présence, arqua un sourcil et le toisa avec circonspection. Et ce avec une telle transparence qu’il cru l’entendre dire « mais qui que c’est que c’lui là… ».

    Ô ma Dame, vous êtes ma planche de salut ! Transi par la morsure du froid, mes membres perclus ! Puissiez-vous vous délester d’une de vos timbales, ainsi qu’une portion congrue, de votre ô tant désirée panacée ? Je me meus ardûment vous savez… il avait adopté sans vraiment s’en rendre compte une posture assez pittoresque; un genou en terre et le dos de sa main sur le front. Très obséquieux, mais très éloquent. C’est qu’il se donnait du mal pour feindre un tel désarroi.
          

    J’meuh-meuh meuh-meuh, qu’tu dis ? Ça doit être drôlement ben terrible ton machin ! J’t’envie pas ! La bonne femme riait à gorge déployée tout en lui remplissant une tasse, comme pour le précédent. Allez prend ça, et veille à ne pas te brûler ! J’veux pas que ta mère vienne se plaindre non plus ! Rajouta-t-elle cordialement à l’attention du « gamin » qui la remercia d’un hochement de tête.
          

    Quelques minutes à peine s’étaient écoulées et, à son plus grand soulagement, Siléas se tenait encore là où il l’avait déposée. Il vint doucement s’adosser au pied de l’arbre, aux cotés de la charmante jeune femme, emmitouflée dans son habit. Cette dernière semblait avoir recouvré ses esprits.
    Sans mot dire, il déposa la tasse encore fumante entre les douces mains de la jeune femme, veillant à ce qu’elle la tienne fermement. Puis, quant à son regard suspicieux, il rétorqua avec amusement que Dieu seul savait ce que ça pouvait être.

    Je suis heureux que vous alliez un peu mieux, ou tout du moins, je suis vraisemblablement soulagé… Je me nomme Zharys de Trunn, je suis à la tête d’une baronnie loin là-bas, ou tout du moins je devrais l‘être… enfin, peu me chaut vous savez. C‘est un peu prosaïque tout de même… mais je fais avec, concéda-t-il avec douceur, à la jeune femme languide qui se tenait à ses cotés.
          

    Les branchages de l’ormes n’étaient pas drus, ils étaient plutôt fins même, la plupart des feuilles n'étaient pas tombées. À cet instant, la voûte céleste s’offrait, pure et paisible, à ses deux seuls admirateurs. Les étoiles commençaient tout juste à poindre, à cet heure unique où il est trop tard pour s’en aller se coucher, mais trop tôt pour daigner se lever. Et c’était beau, tout simplement.

    Sachez que même les guérisseuses ont besoin d’un Ange gardien, ou peut-être, tout simplement d’un Héros, murmura-t-il avec tendresse, dans l’espoir de lui dérober un sourire.
          


    Dernière édition par Zharys le 14/12/2008 18:30:10; édité 2 fois
    Revenir en haut
    Siléas Ildien
    Assistant de la guilde des Clercs

    Hors ligne

    Inscrit le: 27 Déc 2007
    Messages: 161
    Points d'xp:
    Age: 24 ans
    Race: Demi elfe-gris
    Métier: Guérisseuse
    Force: 5+1
    Dextérité: 7
    Constitution: 7
    Intelligence: 8+1
    Sagesse: 9+1
    Charisme: 14
    Point(s): 12

    MessagePosté le: 13/12/2008 22:37:14    Sujet du message: Le baptême de la première enfant de Lesnie Répondre en citant

     

    Un brouillard grisâtre…oui c’était à peu près ce que voyait Siléas autour d’elle. Sa vue s’était légèrement brouillée, comme lorsque l’on se relève trop brusquement après avoir passé un moment allongé ou même assis.
    Elle avait presque l’impression qu’elle pouvait compter les secondes qui lui restaient avant de s’écrouler. Oui, voila une sorte de rêve éveillé ou toutes les choses alentours sont floues et ou on a l’impression de voir les mouvements au ralenti.
    Cependant elle retrouva vite ses esprits lorsqu’elle sentit ses pieds quitter le sol. Elle réalisa alors que le chevalier la portait pour la déposer ensuite au pied de l’arbre. Il disparut ensuite derrière cet arbre.
     

    Siléas remarqua alors qu’il lui avait passé son épais manteau autour de ses épaules. Elle ressentit immédiatement une douce chaleur, probablement celle abandonnée par son ancien porteur.
    Elle sentit également ce parfum suave et léger qui lui fit fermer les yeux quelques secondes.
    Assise, elle sentit ses forces lui revenir peu à peu, et elle s’en voulait de ne pas avoir suivit les recommandations des autres clercs, cependant, elle tenait à ce baptême et pour les rites elfiques les bébés devaient être béni avant qu’ils aient plus de deux semaines. Le mieux étant que se soit seulement quelques jours après la naissance.
     

    Après quelques petites minutes, le chevalier se présenta à nouveau devant elle,  il lui offrit un verre remplit d’un liquide inconnu mais fumant. Avec la fraicheur de la nuit cela lui ferait le plus grand bien quel que soit la consistance du breuvage.
     Elle leva les yeux vers l’homme, tout près d’elle et l’écouta.  Sa dernière phrase fit apparaitre sur ses lèvres un sourire amusé.
    Son esprit était en pleine effervescence… Zharys…ce prénom lui disait quelque chose, elle avait le sentiment de l’avoir déjà entendu, et, ces yeux si beaux, si brillant, si expressif, elle ne pouvait pas en douter, elle connaissait ce regard.
    Peut-être l’avait-elle déjà rencontré ? Non elle ne connaissait aucune baronnie sur Cidype et le nom de cet homme lui était étranger. Dans une autre vie peut-être ? Bien que cette théorie ne fasse que peu d’adeptes, elle était pourtant certaine de l’avoir rencontré, et son cœur lui disait également qu’elle l’avait déjà aimé éperdument.
     

    Elle finit par boire une gorgée de breuvage, en baissant les yeux sur les racines de l’arbre. Le liquide chaud se répandit dans tous son corps, réveillant ses doigts et ses pieds engourdis par le froid. Ce n’était pas mauvais comme boisson, mais un arrière goût légèrement acre venait piquer le fond de la gorge et rendait quelque peu désagréable sa dégustation.
     

    Siléas releva enfin les yeux vers Zharys et lui sourit tendrement.
     

    "Merci." murmura-t-elle "C’est…disons...particulier comme boisson !" 
     
    Son sourire fut plus franc et plus amusé. Cependant cette idée qui avait germé quelques secondes plus tôt dans son esprit ne voulait plus la quitter. Elle savait qu’elle avait déjà donné son cœur à cet homme, elle ressentait à nouveau cette attirance à la fois physique et émotionnelle. Etait-ce sa solitude qui la poussait à vouloir se jeter dans ses bras ou bien était-ce parce qu’elle se souvenait d’eux comme d’un refuge où elle avait toujours aimé s’abriter.
     

    « Cela va vous paraitre surement étrange mais…j’ai l’impression de vous connaitre. Comme si nous nous étions déjà rencontré… » 
     
    Ils étaient si proche l’un de l’autre que Siléas devait lever les yeux pour plonger son regard dans celui de Zharys. Elle avait entendu une vieille femme, une fois sur Cidype, dire que les yeux étaient les portes de l’âme et que si l’on savait y plonger son regard, on trouvait le chemin menant au cœur.Siléas en était sure, l’âme qu’elle voyait à travers ce regard, elle la connaissait et elle l’avait aimé. Et maintenant quoi qu’il puisse advenir elle était prête à ce donner corps et âme pour cette homme.
     

    Toutes ces pensées se mélangeaient dans sa tête, et pourtant elle arrivait à masquer son émoi. Son visage ne laissait quasiment rien transparaitre mais dans ses yeux ont pouvait surement y lire comme dans un livre ouvert.
    Gênée par la phrase qu’elle venait de prononcer elle se sentit rougir et baissa son regard sur le verre encore tiède qu’elle tenait entre ses mains.
     

    « Oubliez ça ? On doit vous dire ça tout le temps et…et puis ce n’est pas important. » 
     
    Oh si c’était important, du moins cela l’était pour elle.  Mais elle ne pouvait importuner une personne qu’elle venait à peine de rencontrer et qui pouvait ne pas éprouver la même chose. Cependant elle eut un geste qui l’étonna mais qui venait du plus profond de son cœur… elle s’était approchée du visage de Zharys et l’avait embrassé sur la joue, juste à la naissance de ses lèvres. Un chaste baiser qui ne dura qu’une brève seconde hélas trop courte mais qui fit battre si fort le cœur de la jeune femme qu’elle crut qu’il allait sortir de sa poitrine.
     

    « Merci d’être là pour moi, mon cher et noble Chevalier. » 
     
    Elle aurait pu rajouter qu’il était le héros de son  cœur et qu’elle le lui avait offert à l’instant même ou ils avaient échangé un regard, mais parfois les regards et les gestes valent bien plus qu’un millier de mots. Car ce n’est pas à travers les mots que le cœur s’exprime mais bien par le regard
    _________________
    Revenir en haut
    Visiter le site web du posteur
    Leïla
    Maîtresse de la guilde des Clercs
    Maîtresse de la guilde des Clercs

    Hors ligne

    Inscrit le: 21 Jan 2007
    Messages: 2 597
    Points d'xp:
    Age: 214
    Race: Elfe sylvain
    Métier: Guérisseuse
    Force: 7
    Dextérité: 10
    Constitution: 8
    Intelligence: 15
    Sagesse: 21
    Charisme: 16
    Point(s): 80
    Fiche: URL
    Mémoire: URL

    MessagePosté le: 27/02/2009 00:24:30    Sujet du message: Le baptême de la première enfant de Lesnie Répondre en citant

    [HRP : désolée de ne poster que maintenant ... depuis le temps que je dis qu'il faut que je le fasse J'espère que ça aura au moins comme effet de relancer ce joli rp ]

    Elle était en retard... très en retard même... et toujours cette sempiternelle question qui lui trottait dans la tête : avait-elle raison d'y aller ? D'un autre côté, elle se devait de le faire. Siléas était l'une de ses Clercs et déjà, elle n'avait pas été lui rendre visite au dispensaire, suite à son accouchement. Oh bien sûr, elle pouvait se cacher derrière tout un tas d'excuses, toutes plus meilleures les unes que les autres mais pouvait-elle alors se considérer comme une bonne Maîtresse de guilde si elle n'était pas là dans les moments importants ? Elle avait honte de son comportement de ces derniers jours mais elle ne pouvait pas non plus fuir ses responsabilités. Un jour ou l'autre, il lui faudrait affronter le regard des lesniens... le plus tôt serait sans doute le mieux.

    Oui mais le regard de Kya Jor, aurait-elle la force d'y faire face ? Elle était troublée de s'être ainsi laisser aller bien qu'elle ne puisse dénigrer le plaisir qu'elle avait ressenti. Cela n'aurait jamais dû avoir lieu, elle devait le faire comprendre au jeune homme, bien qu'elle était mal à l'aise à l'idée de lui dire. Comment allait-il réagir ? N'allait-il pas ressentir du mépris en réalisant qu'elle préférait oublier ce qui s'était passé ? Son seul réconfort, sur l'instant, était de savoir qu'il en aimait une autre.. et qu'il serait donc peut être soulagé.


    * Un peu de nerf ! Tu n'as jamais fui devant les problèmes, ce n'est pas le moment de le faire ! *

    Leïla enfila donc une longue cape qui dénotait par son contraste avec la tenue de ces derniers jours. Elle préférait avoir l'air un peu trop austère, espérant ainsi estomper quelque peu les images frivoles qu'elle avait montré d'elle. La capuche d'un geste rabattue sur la tête, la druide se mit alors en route vers le lieu du baptême.

    La semi pénombre eut tôt fait de la calmer. Elle sentait encore clairement les battements de son cœur, mais nettement moins vite, à chaque pas qu'elle faisait. Après tout, peut être que personne ne la reconnaîtrait. Elle pourrait voir Siléas discrètement et amener la bénédiction de la nature sur l'enfant. Elle arriva rapidement à l'orée du bois et vit l'attroupement au pied du grand chêne. Elle esquissa un sourire emprunt d'angoisse à la vue d'une telle assemblée : quelle meilleure façon de souhaiter la bienvenue dans ce monde au nouveau né ?

    A pas feutrés, la Maîtresse de la guilde des Clercs s'approcha et se mêla à la foule, préférant intervenir lorsqu'il y aurait moins de monde...


    [HRP : ah ben c'est court et tout moche mais au moins, Leïla est enfin au baptême ]

    _________________

    Magie Cléricale (par la Nature) :
    Maladie ordinaire, Majeur [] Blessures légères, Majeur [] Maladie et Blessure grave, Commun
    Affaiblissement/Renforcement, Commun [] Alliance naturelle, Commun [] Colère des éléments, Commun
    Revenir en haut
    Kya Jor
    Unité Icare

    Hors ligne

    Inscrit le: 27 Juin 2007
    Messages: 69
    Points d'xp:
    Age: 26 ans
    Race: Humain
    Métier: Unité Icare
    Force: 15
    Dextérité: 4
    Constitution: 12
    Intelligence: 8
    Sagesse: 5
    Charisme: 12
    Point(s): 3
    Fiche: URL
    Mémoire: URL

    MessagePosté le: 05/04/2009 03:23:24    Sujet du message: Le baptême de la première enfant de Lesnie Répondre en citant

    [HRP]Oui, je sais, c'est à la mode de prendre son temps, j'en suis désolé... Mais j'essaie de corriger ce travers, à l'occasion...[/HRP]

    Sur le chemin jusqu’à la forêt, Kya Jor eut un peu le loisir de deviser avec le petit ébouriffé qui semblait surexcité à l’idée d’assister au baptême d’Elerinna, fille de sa directrice, Dame Siléas… Cependant, il n’eut pas l’occasion de parler aux prêtres afin d’en savoir plus sur le déroulement de la cérémonie, d’autant que l’un d’eux finit par s’isoler du groupe. Dommage, c’était justement avec l’elfe gris que Kya Jor aurait voulu discuter le plus : il était toujours curieux des coutumes de ce peuple qu’il connaissait si mal…
    Finalement, la procession arriva à l’orée du bois, où une jolie jeune femme les attendait, un poupon dans les bras, dans un décor de guirlandes et de lampions, donnant un air très festif à l’endroit. Sans nul doute, il s’agissait de Dame Siléas et sa fille, qui allait être baptisée ce soir. En l’apercevant, Kya Jor ne put s’empêcher de penser tout haut :


    « Dame Siléas… Son sang elfique semble avoir eu un effet très réussi sur sa beauté… »

    A peine ces mots avaient-ils quitté sa bouche que Kya Jor s’arrêta net. Oh, pas longtemps, il ne gêna en rien la progression du cortège ! En fait, le jeune homme eut seulement le temps de se dire qu’il n’aurait jamais dû avoir cette pensée. Reprenant son pas de croisière, il continua sa réflexion, songeant qu’il était beaucoup trop sensible aux charmes féminins… En général, il s’en arrangeait, mais il avait constaté il y a peu qu’il suffisait de peu de choses (enfin…) pour qu’il ne parvienne plus du tout à se maîtriser… Il ne pouvait nier que cela avait été agréable, mais il s’en voulait tout de même : il avait trahi ses sentiments pour Freyja. Il se sentait coupable envers celle qu’il aimait, bien qu’elle ne s’en soucie probablement pas, puisqu’elle ne partageait apparemment pas ses sentiments de la même manière.
    Bon sang, il ne devait pas songer à cela pour le moment : il était venu pour profiter d’une soirée agréable et assister à une cérémonie peu commune, non pour se torturer l’esprit avec des réflexions de ce genre.
    C’est à ce moment qu’il se rendit compte que tout le monde s’était tu autour de lui : quelqu’un avait demandé l’attention de la foule. Le discours qu’il improvisa pour saluer et célébrer la venue au monde d’une nouvelle âme fut émouvant de sagesse. Kya Jor remarqua toutefois des interrogations sur certains visages autour de lui : il faut avouer que le vocabulaire de cet homme était des plus inhabituels et montrait une certaine éducation…
    Suite à cela, les discussions diverses reprirent : on ne pouvait rien débuter, de toute façon, tant que le prêtre elfe gris n’était pas arrivé…
    Il ne se montra finalement qu’une fois la nuit tombée… Mais à présent, c’était Dame Siléas qui était à l’écart… Décidément, il semblait que cette cérémonie savait se faire désirer… Kya Jor prit, comme tout le monde, son mal en patience. Heureusement, cela ne dura plus très longtemps, puisque la jeune mère rejoignit peu après le regroupement près du gros chêne, rassurant tout le monde. Kya Jor n’avait pas encore remarqué la présence d’une jeune elfe vêtue d’une longue cape, dissimulant son visage dans l’ombre de sa capuche…
    Peu à peu, le silence se fit dans la foule : l’heure était venue, visiblement, de commencer enfin le baptême de la première enfant de Lesnie.

    _________________
    Kya Jor, le fameux dyslexique
    Meneur charismatique de l'Unité Icare
    Revenir en haut
    Simon
    Assistant de la guilde des Marchands

    Hors ligne

    Inscrit le: 14 Nov 2008
    Messages: 1 519
    Points d'xp:
    Age: 17
    Race: Humain
    Métier: Commerçant
    Force: 6
    Dextérité: 14
    Constitution: 7
    Intelligence: 9
    Sagesse: 9
    Charisme: 9
    Point(s): 8
    Fiche: URL
    Mémoire: URL

    MessagePosté le: 18/05/2011 14:02:01    Sujet du message: Le baptême de la première enfant de Lesnie Répondre en citant

    [HRP]RP depuis longtemps écrit qui coïncide avec l'arrivée de Zharys au baptême. RP revu, corrigé et adapté à la situation et en hommage pour Zharys qui m'a aidé à bien débuter le vrai RP.[HRP]

    Après avoir dépassé le feuillage abondant de la forêt, Simon découvrit le baptême d’une petite fille qui avait lieu au moment même. La mère et la fille étaient vêtues d’une même robe blanche, décorée et tissée avec soin. Beaucoup de monde y étaient présents, ce devait être une naissance très populaire et importante dans la vie de Lesnie, en conclut le jeune garçon. C’est alors que l’homme qui était avec Simon partit et s’approcha de la petite fille afin de faire un discours. Simon s’écarta un peu de la foule, timide et ne voulant pas gêner les personnes qui suivaient la cérémonie avec intérêt. Il se mit à la contemplation de tout le décor fait par des doigts de fées, décor qui avait dû prendre beaucoup de temps être confectionné. Cette famille devait être très riche, déduit le nouveau colon. Il y avait en plus du reste des musiciens tout autour de la cérémonie, et des prêtres, mais, curieusement, la « troupe » semblait attendre encore du monde pour que la cérémonie se fasse. Le baptême se tenait en face d’un immense arbre qui semblait être très vieux vu la taille de son diamètre. Ce baptême promettait d’être magnifique, inoubliable et magique. Simon pensa alors à sa sœur cadette qui elle aussi s’était faite baptiser, avec quelques peu moins d’opulences.

    C’est alors que Zharys sembla avoir terminé avec son monologue, car il s’écartait de la foule. Il semblait fatigué et ses blessures devaient lui faire mal, car on voyait la douleur sur son visage. Simon décida d’aller le voir, Simon le trouvait en piteux état. Il s’avança vers lui, l’homme titubait. Il le regardait, son teint devenait de plus en plus blanc, il avait dû perdre beaucoup de sang. Ses yeux devenaient ternes, il allait sans doute perdre connaissance si on ne s’occupait pas de lui. Simon ne savait que faire, la foule qui se pressait autour du baptême les ignorait, ils n’avaient que faire de deux nouveaux colons en difficulté. Simon n’avait d’ailleurs aucune connaissance en médecine et ne pouvait aider son nouvel ami, qu’il ne connaissait que depuis peu.

    « Tenez bon ! Je vais vous sortir de là, s’il vous plaît ! Vous avez perdu beaucoup de sang, il faut que vous vous fassiez soigner ! Tenez bon ! »

    Simon se sentait vraiment perdu et ne savait pas que les blessures n’étaient que superficielles. Zharys allait s’en tirer, même si ses blessures lui étaient douloureuses. Simon ne voulait pas interrompre le baptême, cela aurait été vraiment impoli de faire ça et il avait tout de même l’espoir que quelqu’un le remarque afin de sauver l’homme qui perdait trop de sang selon lui. Et dire qu’il avait fait cela pour lui, il lui avait sauvé la vie et ne savait pas comment le remercier et le sauver à son tour. Il toucha le front du blessé, il était chaud, fiévreux.


    *J’ai besoin d’aide, s’il vous plaît !*

    Il regardait autour de lui, personne ne semblait remarquer leur présence, comment était-ce possible ? Il regardait l’homme qui perdait encore et encore son sang.

    « Respirez doucement, inspirez et respirez tranquillement, quelqu’un va bien venir nous aider ! »

    Il ne savait pas quels conseils donner à l’homme blessé. Iil avait peur de le perdre, peut-être exagérait-il, mais il ne voulait pas que cela arrive dans cette nouvelle vie. À quoi bon changer de vie pour une vie pire ? Une vie avec sur la conscience un mort qu’il n’avait pas pu sauver à cause de son ignorance ?

    Il décida alors d’essayer d’interpeller du monde, il recherchait un guérisseur ou quelqu’un qui puisse le soigner, il ne savait plus que faire à ce moment-là. Il était déboussolé, pourquoi tout cela lui arrivait-il à lui ? Il repensa encore que grâce à cet homme, il était en vie et il lui devait toujours une vie.

    Cependant, alors qu’il inspectait la foule, le jeune adolescent s’aperçut que le blessé n’était plus là. Il avait disparu et était introuvable. Le convalescent était parvenu à lui fausser compagnie alors que Simon avait relevé la tête juste quelques instants.

    Alors, Simon jugea que la situation de l’homme au sanglier n’était pas si mauvaise qu’il le croyait, comme l’homme parvenait à se déplacer. Ne cherchant plus à poursuivre le fuyard, le nouvel arrivant décida de suivre la cérémonie. Et l’identité de cet homme lui serait toujours inconnu.

    _________________
    Revenir en haut
    Visiter le site web du posteur
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 17/07/2018 08:31:22    Sujet du message: Le baptême de la première enfant de Lesnie

    Revenir en haut
      Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum :: Iwy, nouveau continent :: Les alentours :: Les bois de Lesnie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
    Page 1 sur 1

    Sauter vers:  


    Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
    Powered by phpBB © 2001 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com
    Forum optimized for Mozilla Firefox